vendredi 15 février 2019

La page 136 est arrivée


MarHak



Cascade d’or :

Au fil de la vie, chaque paysage emplit sa garde-robe de nos souvenirs et s’habille de la richesse de nos regards.

Sans mot, sans voix
j’écoute la cascade d’or
son chant d’eau

Verrais-tu seulement ce que j’y vois ? Te souviendrais-tu de nos escapades ?

A fleur d’enfance
renaissent les souvenirs -
notre torrent alpin

Là-haut, tout là-haut le glacier recule lentement, en bas la cascade nous enchante.
Entre pont et barrages d’un jour, se bousculent nos jeux d’alors, fous rires et inconscience…

Aux couleurs chaudes
se mêlent bleu et vert tendre
l’été s’installe

Tant de saisons depuis ont défilé, parsemées des multiples nuances de la vie. Couleurs et nuances se coordonnent. Les unes faisant échos aux autres, du printemps à l’hiver, oscillant d’hier vers aujourd’hui et réciproquement… Goutte à goutte, la clepsydre s’écoule. Les années passent…
Seule, je contemple le paysage, en remontant l’horloge des ans…

Un tableau
m’y voilà, nous y sommes
c’était hier

sans toi l’absence s’y incruste
aujourd’hui

ABC






Comme le tableau de MarHak
Naître, voguer et disparaître
La vie, n'est point banal cadeau
Élixir ou poison
A la veine ou déveine
Selon que nous soyons
Puissant ou misérable
Noir ou blanc...
Je ne suis ni pauvre, ni pleine aux as,
Ni sombre, ni claire
J'aime à dire colorée
Comme ce monde, cette peinture 
Où une coquille de noix
Cingle vers l'horizon
Tantôt chahutée, tantôt paisible...
Sans jeter l'ancre
sans jamais abandonner
J'arrime mes jours
Voile gonflée
Front face à la tempête
Faiseuse d'avaries
Elle arrive à me trouer, je recouds
Elle me troue encore
Je re'recouds, et tiens bon,
   La mer s'en finit toujours par tomber...
Corne de brume
  Pour les matins
A couper au sabre,
 Chanson aux lèvres
Pour les soirs heureux
 A sabrer une bouteille 
   Douce ivresse du contentement...
 D'un soleil à l'autre
 embarquer dans l'aube nouvelle
d'un hisse et haut









Voiles déployées
Comme un grand bateau blanc
Sous un ciel turbulent
Qui se laisse emporter
Bousculer vaillamment
Toutes voiles dehors
Fanions qui claquent au vent
La vie est diablement fascinante
Pleine de peps, de folie
De dangers, de couleurs
Sans prévenir
 L'eau assaille, ruisselle
Gronde, clame à tue-tête
Le voilier tangue et rebondit
Il rit dans sa cape
Il aime l'aventure
La course, le combat, les défis
Les rencontres incertaines
Qui mènent aux iles d'or
Paradis des vainqueurs








Dans le silence des mots tus, je me noie dans la contemplation de la peinture. Peu à peu l'eau et les algues. Peu à peu le sable et la tache.
Épave sur la plage
dans le clapotis d'écume
flaque rouge sang
Les traits de l'outil, pinceau ou couteau, ont fait vivre la peinture. Les coraux se meurent. Le bois flotté fait sculpture et remplace les vivants.
Quand tout fait mirage
pour crier mon désarroi
je n'ai plus de mots.
Alchimie étrange que ce mélange de rage et de douceur, la prairie sous-marine, désertée par la faune, fait linceul. Repos éternel, bercé par la houle.
Quand tout fait naufrage,
je n'ai même plus de colère
sans résignation.



Illustration musicale
Debussy, La cathédrale engloutie









Floïde, fils de Cahout, petit fils de Cahout


Au fond, tout au fond de la grande forêt aux arbres vertigineux,  le soleil n’atteint jamais le sol.
Mousses et lichens-
Elle se promène sans peur
La grande limace
Sous le couvert des branches tissant une toile vert bouteille ,  Floïde, fils de Cahout, et petit fils de Cahout, s’ennuie à mourir.
Une… deux… trois fourmis…
Noires comme le jour
Sans ami et sans joie
Floïde  se morfond en soupirant très fort. « Qui souffle ainsi  à m’assécher le dos? »  se plaint la grenouille verte. « C’est moi Floïde, fils de Cahout et petit fils de Cahout ».  « Cahout? Jamais entendu parlé. Pourquoi ce vent sur mon teint satiné? ».  « Parce que je ne sais pas quoi faire. C’est casse-pieds! ».   « Ah bon? A ce point là? Allez, suis-moi petit Floïde! »
Nappe d’eau dormante-
Feu d’artifice
Des libellules
« Alors Floïde? Un bon bain, ça te dit? » . »C’est que… » hésite le petit Cahout.  « Quoi? Cela ne te fait pas envie avec ce temps sec? ». Floïde avoue, piteux « Je ne me suis jamais baigné. C’est défendu ». « Défendu? Pourquoi? » s’étonne la grenouille. « Je ne sais pas. C’est interdit, c’est tout ».  « Bah, sûrement des bêtises d’adultes qui ne veulent pas que tu te baignes tout seul. Mais je suis là pour te surveiller. Allez viens! » Et hop!  Le batracien saute à l’eau et,  hilare, asperge le petit Cahout.
Aux reflets de l’eau
En ricochets
Moult éclats de rires
Floïde ivre de bonheur plonge et remonte couvert de feuilles et d’algues. Il barbote, frappe le liquide, fait des bulles. Tout à son allégresse ne s’aperçoit pas qu’il se délave à vue d’œil. Le voici jaune comme un citron.  Qu’importe. Il n’en a cure. C’est si bon la vie quand on a un copain!



Galerie de tableaux:







L’eau et le bois mort

De l’eau, le soleil, comme de la mère et père tout à la fois, l’enfant.
Du milieu aquatique, le bleu reflet de ciel, le vert. L’air nourricier indispensable aux racines joue d’échanges gazeux à la surface du magma.

Une fougère
quelques algues alanguies
et le bois mort

Il flotte dans le courant
un grand désir d’ascendre

Le monde balbutie, expérimente formes et mouvements, couleurs et parfums. Déjà il est en partance pour sa fin. L’or du printemps est éphémère.

Vivre c’est s’user
aux frottements incessants
du temps qui passe

Le rouge n’a qu’un temps, il brûle puis doit laisser place. La cendre succède au feu, c’est la loi.

Tenir n’est pas vivre
vivre n’est pas soumettre
vivre c’est être

Vivre, c’est comprendre la nécessité de composer à chaque instant avec le chemin, de s’arrimer, racine bien en Terre, afin d’accueillir le ciel. Demeurer tout à la fois souple et droit, c’est cela la maîtrise.

L’homme déterré
déboussolé, titube
au final, noyé.









16 commentaires:

  1. J'en ai lu ce matin via les blogs concernés, je découvre Marine et le tien… Pas toujours aisé de laisser un texte sur un tableau abstrait, mais sur l'Herbier, je ne sais pourquoi, ça semble si facile… bravo mesdames, merci Adamante et MarHak… JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel merveilleux compliment, Fabienne, c'est formidable. La prochaine proposition, j'en suis certaine, va faire "braire" dans l'herbier (surprise !) ;-))

      Supprimer
  2. Magnifique page ! Je n' y ai pas participé, submergé par le nécessaire, mais ravi aujourd'hui de ce que je lis. Merci ! A bientôt !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun problème, la prochaine peut-être. Amitiés et bon vent à ce livre dont je parlerai ici bientôt.

      Supprimer
    2. Oh! je serai ravi de lire ce texte: un point de vue après lecture, le rêve. Qu'il soit positif ou "constructivement"critique. Comment ne pas apprécier un point de vue si riche.
      Il y a même aussi possibilité de mettre ces avis sur les sites marchands m'a-t-on dit?(Je ne me suis pas penché sur la question encore) . Je reste à part entière (si vous le voulez bien !) membre actif de l'Herbier et heureux de ce rendez-vous hebdomadaire avec moi-même et avec chacune des participantes.

      Supprimer
    3. Merci Serge, Tout d'abord, pour en parler, il faudra que je le commande, ce que j'ai prévu mais que je n'ai pas encore fait. Mais j'ai envie d'en parler ici avant pour le présenter aux membres de notre petite communauté. J'aimerais que vous puissiez me faire une petite présentation, un extrait... Est-ce possible ?
      Je vais voir où le commander (pas sur Amazone en tout cas) et vous le faire dédicacer .

      Supprimer
  3. J'aime la richesse des regards face à une même œuvre, cette page en est une belle illustration !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve que toutes ces pages sont vraiment très riches à chaque fois, voire de plus en plus riches. Merci, Annick.

      Supprimer
  4. Bonsoir Adamante,

    J'arrive bien tard.
    Je viens de lire toutes les participations. Et, c'est vrai, comme dit Jill,cela semble tellement plus facile ici pour créer des mots sur un tableau abstrait. Je ne sais pas où je vais chercher ces idées là mais c'est un tel plaisir d'écrire et ensuite de se découvrir mutuellement. C'est comme lorsque avec plusieurs amis artistes nous travaillons face au même sujet pour en faire naître des œuvres tellement différentes. Cela nous enrichit!
    Merci Adamante pour cette belle présentation de chacun. Que de travail .
    Bravo à tous les brins
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela, un bouquet de regards sur une œuvre, on s'enrichit du regard de l'autre. C'est sans doute pour cela que je continue, parfois avec peine, à soutenir l'Herbier et à le nourrir (il est vorace d'images ce livre !). Merci, Martine.

      Supprimer
  5. Comme Serge je trouve cette page magnifique et comme Serge je n'y ai pas participé.
    Et je me pose la question "est-ce ma non participation qui me fait trouver cette page si belle?"

    J'avais écrit un petit texte hors délai "de livraison".


    Depuis un petit mois je suis "entrée en peinture" comme on entre en religion et je flotte dans le bleu glacier, le terre de Sienne, terre brûlée, noir de mars , bleu Hoggar, vert sapin, jaune de cadmium, jaune Sahara, rouge carmin...je vole et je plane entre légende et réalité. Toujours entre deux mondes je ne suis pas sérieuse et délaisse mes "obligations"
    Je vous prie de bien vouloir m'excuser.
    Beau week end à tous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu cela, c'est une production intéressante, très intéressante.
      Il nous arrive à tous d'être pris par une passion, la vie ou autre chose encore. L'herbier garde ses pages ouvertes et les textes en retard peuvent toujours y trouver place. D'ailleurs je jongle parfois avec les parutions et les visites. La semaine prochaine va être chargée, par exemple, mais bon. Inutile de courir, le temps prend son temps et c'est bien ainsi.

      Supprimer
  6. Je m'y attendais, c'est de nouveau une magnifique page !
    Merci pour toutes ces merveilleuses participations.
    Merci pour la présentation sur cette page.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Quichottine, de nous faire l'honneur de tes visites, cela compte pour nous énormément et les brins de l'herbier sont ravis de cet avis qui nous laisse avec le sourire aux lèvres et dans le cœur.

      Supprimer
  7. Bravo à toutes... et merci pour ces belles interprétations.
    Le quotidien m'absorbe beaucoup et je regrette mon manque d’organisation pour assumer l'intendance maison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Josette, c'est formidable de prendre le temps de venir nous lire ici alors que le temps manque pour participer. Merci encore.

      Supprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha. Si vous commentez sous "Anonyme" signez d'un pseudo ou d'un prénom, c'est toujours plus sympathique.
Je ne peux plus répondre en direct à vos commentaires en tant qu'administratrice du blog. Impossible de trouver la panne.