jeudi 28 octobre 2021

Pour la page 183

 

"La Marguerite" acrylique sur papier froissé - Adamante


Voici une proposition pour la page de lundi. Belle fin de semaine et à très bientôt. Adamante 



 

dimanche 24 octobre 2021

La page 182

Ce n'était pas évident mais quel page ! Bravo bravo à vous ! Merci !

 

Et pour accompagner la lecture un peu de Françoise Hardy 

pour le plaisir.

 


 


 

Dessin adamante


Souvenirs d'enfance



-Moi je me souviens, très bien

Très bien du pot à lait cabossé

Cabossé mais corvéable

Corvéable objet du quotidien

Quotidien ce litre de lait

Lait fumant du pis de la vache

Ferme pour voisine

Et ses prairies à traverser

-Par tous les temps !!

Leur barbelé qui nous trouait le short

-Et le polo bon marché !

Le ruisseau à salamandres, à sauter à pieds joints

-Plutôt tritons...

Un oeil sur le taureau

-Et la jument au poulain !


-Ah tu t'en souviens mon frère

-Comment oublier son enfance...

Nous étions deux gamins d'la campagne

Avec pour jeu ce que nous fabriquions

-Avec le père...

-Oh oui !

Balançoire et cerf-volant, épée en bois

-Et les silex pour osselets !

-Oui, oui, aussi...

-Ce cerf-volant montait haut

-Très haut !

Finissait par briser son fil

Voguant libre dans l'azur, traîne en papier journal

Pied d'nez à deux jeunes terriens...

-Les mains vides, vent voleur, plaisir éphémère,

Nous restait la corvée du pot à lait... !

-Oh pas tant, j'aimais jouer avec leur chien...

-Et puis nous avons connu la ville

Au décès de l'aïeule, adieu pot au lait cabossé

Bonjour la crèmerie du coin !

-Eh oui, la marchande était bien plus moche...


Passé sans retour

mais ancré dans nos mémoires

Délicieux bagages  



jill bill











 

Au bord du gouffre

 

Au bord du gouffre, de la falaise, du précipice, entre vertige et rêve, une promenade arc-en-ciel.

J’admire le bleu, le vert, le rouge, l’ocre, la violine… J’espère le blanc… Au théâtre de la nature, je cherche le silence…


Mon vase se vide

en équilibre instable

de moi à moi


Où suis-je ? 

Je frappe à l’orée d’un bois ouvert sur la splendeur de la vie. Je marie couleurs et paysages. Je marche sur le chemin escarpé d’une montagne tutoyant le ciel. Plonge dans une mer turquoise. Galope sur une steppe désertique…


L’oiseau vocalise

perché sur un arbre en fleurs –

mon ouïe s’éveille


Je cherche le silence… Tout est bruit. L’eau coule. La pierre rebondit. Le vent s’essouffle. L’orage gronde. Le rossignol chante… Je perçois l’écho des jours, la mélodie des saisons, le tempo des années, la symphonie chaotique d’un monde en perpétuel construction…


Sur le fil du temps

j’arrime mon imaginaire 

l’esprit en dérive


J’admire la vastitude des paysages. Interpelée par la splendeur du cadre, je fonds de gratitude, une larme à la paupière. Je suis minuscule, le monde est immense… Au bord du gouffre, de la falaise, du précipice, entre vertige et rêve, sur le balancier du temps, je plane… J’entends la vie… Le silence est intérieur…


Sa beauté offerte

sans aucune modération

Dame Nature sourit


J’écoute son chant mélodieux

tout en moi s’apaise



ABC











                            «Il faut habiter le temps» Jean Tardieu




UN POINT D'ORGUE


Il a perçu un point sur le pupitre

A portée de violon

Un point commun

Un point sur le i

Susurré mille accents

Mille prouesses

Inventé le spectacle du siècle

Ajouté des vers à soie

Pas pour les autres

Libres de se tortiller

Recherché la courbe du sol

Et s'est retrouvé sur le flan

Hors de portée

Ni en haut

Ni en bas


Il a ouvert la porte

J'ai fermé la fenêtre

La mouche s'est cachée

Du monde exaspéré

L'herbe a pris l'eau

La mélodie aussi

Et puis, sans demander son reste

La poudre d'escampette



Quand la sonate s'arrête

Le frisson est passé




                                            

Marine Dussarrat  - 20 octobre 21













Grand-Père ce héros au sourire si doux

 

Je n'étais pas encore née en ce matin de novembre 1935, jour de la grande foire de la St Clément dans cette petite bourgade du Gard.

Il fait encore nuit

Et de grands cris résonnent 

Traversent toujours 

La nuit du temps.

Que se passe-il donc se demande l'homme à sa fenêtre. Il perçoit immédiatement le drame.

Un faisceau de lampe

Un être hurlant terrorisé 

Une bête efflanquée affamée 

Un gamin qui surgit

La bête se détourne 

Il n'en faut pas plus pour que l'homme se précipite à la recherche de  son fusil , épaule, mais ne peut tirer. Le second boucher attaqué à son tour est au sol déjà le crâne entre les crocs de la lionne squelettique. 

Grand Père réveillé par les hurlements de terreur accourt à son tour.

Une nouvelle fois l'animal se détourne et lui saute dessus.

"Fais le mort" pense mon Papé en un éclair. Il se jette au sol. Et la bête sur lui.  

Un fauve ancré par ses griffes à son dos......


..... Remonté livide dans sa chambre à coucher quand il dit " Un lion voulait me dévorer " la Mamé lui répondra "mais François, à cette heure, tu n'as pourtant pas bu !"


Acteur bien malgré toi d'un fait divers que plus tard les journaux traiteront de "tartarinade" ( bien sûr on n'est pas loin de Tarascon et l'on connaît Alphonse Daudet et son Tartarin) , Grand Père, tu ne parlais jamais de cet événement, pas plus que de ta guerre de 14/18. Je ne vis qu'une fois les cicatrices laissées sur ton dos par les griffes de l'animal. Tu en pleurais encore. ......


Bien des années plus tard, le gamin jamais devenu boucher, épousa une nièce du Papé François.

Il sont encore vivants.


Françoise, à Lyon, 20 octobre 2021.











Sortilèges et fantasmes

 

 

Le souvenir d’une journée chaude se dissolvait lentement  à l’horizon. Tandis qu’au cœur d’une aura indolente, la nuit étendait langoureusement ses voiles opalescents. Son toucher vaporeux lissait inlassablement l’eau du grand lac. Comme pour gommer  un monologue parasite.

.

Friselis ténus-

Sur la vaste étendue d’eau

Nocturne pour harpe

.

Une impression étrange montait, ondulait près de la surface. Le temps semblait se dilater extraordinairement comme un ballon près d’éclater. Puis se rétractait jusqu’au soupir rose thé d’une âme extasiée.

.

Sur le piano à queue

des cannes des roseaux

Légende aquatique

.

Arpèges au goût astral unis à un sourire flottant. Voici qu’à fleur d’eau ondoyait un visage inouï. Beau? Laid?  Déconcertant, c’était certain. Des yeux immenses, très allongés vers les tempes. Le nez droit et court.  La bouche? Ah cette bouche aux lèvres pleines, esquissant un sourire lascif, attirait et repoussait en même temps.  Était-ce un triton? Un atlante? Un extraterrestre? Une chimère née de cette heure entre chien et loup? La  réponse mourut sous les palmes d’un canard tapageur…

.

Avant-nuit marine-

Sortilèges et fantasmes

Perdus corps et biens

.


Martine Madelaine-Richard

 





 

Souvenirs flous


 

Pour la troisième fois en moins de cinq minutes, elle me fait la liste de ce dont elle a besoin, deux serviettes de toilette, un pantalon supplémentaire, deux polos, une paire de chaussures... Une liste qui varie à la marge et qui ne m'est même pas destinée. C'est pour la conversation me dit-elle sèchement.


Les souvenirs flous

font la mémoire de naguère

au présent d'oubli.


Naguère, c'est il n'y a guère, plus récemment que jadis, un "critique" littéraire bien connu s’apitoyait sur son âge en citant une autre célébrité : "La vieillesse est un naufrage." Longtemps maître de cérémonie des mots, du dico par effraction  à  l'orthographe par sa dictée, s'interrogeait-il seulement sur les glissements de vocabulaire,


tels "vieux", et "vieillards"

renommés "personnes âgées"

"seniors", "troisième âge" ?


C'était une plainte assassine d'un vieux bel égocentrique qui n'acceptait pas de vieillir. Une plainte qui me chagrine, avec dans la tête la sagesse et l'émerveillement de vieilles, mère, sœurs, amies, supportant l'usure et les maux du corps, les petites défaillances de la pensée, étonnées d'être parvenues presque vaillantes si loin et si bien sur leur long chemin de vie.


De sa séduction

ils faisaient un passeport

qui avait terni.


Virilité arrogante,

féminité illusoire.


Nouvel appel téléphonique, presque chaque jour, pour prendre des nouvelles et maintenir le lien de loin. La même litanie à quelques variantes. Inventaire à la Prévert. Conversion du salaire médian (plafond de la prime carburant) d'euros en anciens francs d'avant 1959. Hors contexte, un chiffre qui ne veut rien dire. Mais je suis un instant muette devant l'exactitude du calcul.


Son temps d'hier s'efface.

C'est celui de ses vingt ans

qui répond présent.


Je me souviens soudain, il y a plus longtemps, une autre vieille dame qui devait avoir à peu près l'âge qu'a maintenant la dame du téléphone. Corps alerte et esprit vif, je l'avais accompagnée à son invitation suivre un cours de l'Université du troisième Âge de la Rochelle sur la Bibliothèque d'Alexandrie*. Elle se plaignait elle aussi de sa mémoire au point de craindre d'avoir la maladie d'Alzheimer, thème fort à la mode à l'époque dans les médias.


Tant de livres détruits

mémoires de l'Antiquité

Histoire effacée.


Sans doute avais-je pris quelque risque en lui proposant d'être mon guide pour une marche le long des étiers et des salines de son Île. Sans elle et sa connaissance du terrain, j'aurais été bien incapable de retrouver notre chemin à cette époque sans GPS et au réseau aléatoire.


Audace du pari,

Certitude de la confiance,

Réassurance.


Elle avait alors l'âge de la dame du téléphone aujourd'hui et le vieux monsieur a quelques années de plus. Il ne les connaît pas et il a maintenant surmonté que "La mémoire n'en fait qu'à sa tête"**. Il accepte la normalité de ses défaillances, capable désormais de dire, apaisé, "Mais la vie continue"***.


Naguère ou jadis

il avait été une fois.

C'était quand déjà ?


©Jeanne Fadosi, dimanche 24 octobre 2021



* https://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_d%27Alexandrie 

** Bernard Pivot, La mémoire n'en fait qu'à sa tête, Albin Michel 2017

*** Bernard Pivot, Mais la vie continue, Albin Michel 2021

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Pivot


 



 

Voyage en morse des routes



C’était la nuit, le moteur ronronnait au fur et à mesure que la route défilait. Dans l’habitacle le silence me berçait. À demi éveillée, à demi endormie, à demi n’importe quoi dans le noir de la nuit, je flottais, regardant mes idées cavaler librement au gré de leur fantaisie. Attention aux virages !


le ciel étoilé

les bas-côtés ombrageux

hypnose, ô hypnose


Les étoiles jouaient à saute-mouton dans les frondaisons des géants que nous croisions. Y-aurait-il des routes à la cime des arbres ? En bas, des phares aveuglants trouaient la nuit : « haut les mains, voyageurs, minuit passé gare aux rôdeurs ! » Un cavalier qui surgit de la nuit court vers l’aventure au galop, son nom… Mon héros ! Court Tornado, envole toi par-dessus les nids de poule !


le morse des routes

pour établir quelque lien

l’espace d’un souffle


Le temps qui s’éternise s’efface de lui-même dans la torpeur d’un corps privé du mouvement. J’étais dans la dauphine de mon père, pas avec ce conducteur fantôme qui disparaissait dans la nuit. J’avais cinq ans, adieu tout ! Je pouvais dormir tranquille.


le temps est abscons

notion d’une situation

tout aussi abstraite


la tête et les mots se vident

dans l’espace indéfini.


Adamante Donsimoni


Allez, bonne semaine avec le héros qui surgit toujours hors de la nuit !





mardi 19 octobre 2021

remontée de la P. 44

 




"Vous vous en souvenez ?"

"Je m'en souviens... et vous ?"

 

Non, je ne vais pas vous redonner "la Sonate des trois Messieurs" du grand Jean Tardieu. Sans aucun doute mon poète favori. 


Non, je rebondis juste sur un mail de Françoise, eh oui, parce qu'encore une fois je n'ai pas proposé avant de photo pour ce lundi, mais c'est une idée "excellentisssssiiime" (dis-je en roulant  une pointe de... euh... ma moustache -) .

  

Et si, 

-après avoir lu l'extrait ou écouté la pièce*-

pour votre prochain haïbun

vous faisiez appel à un souvenir 

un peu rêve, organisé tout en étant décousu, un peu ailleurs, 

ou en équilibre sur le fil du rasoir ? 

Pour lundi prochain.


Régalez-vous

Poétiquement vôtre

Adamante

LA PAGE 44


https://imagesreves.blogspot.com/2016/05/lherbier-de-poesie-page-44.html


* CD Jean Tardieu ou comment parler musique