mardi 9 octobre 2018

P 121 Hélianthe

photo  Marine

Tristes tournesols, automne incertain ?
 Le soleil boit à la santé d'l'été en fleurs...
Je vous remercie de vos participations. 

Adamante




Tristes tournesols,
Tu pendouilles, assoiffé,
Sous un ciel souillé !

Chevelure ébouriffée
Dans une aube délavée,
Trois de tes fleurs pointent ;

Feuilles lustrées vertes
Sur fond de buissons ternes,
Tu guettes l’ondée. 




  

La chanson de Charles...


Une deux trois abeilles mexicaines
Descendues d'leur car
Au Jardin Extraordinaire
Commandent trois Margarita
Dans un verre jaune tournesol
Assises sur vert tabouret...

A la santé d'l'été en fleurs
Hic hic hic
Ses ors qui nous tournent la tête
Ivresse à ciel ouvert
Dans ce coin de douce France,
Qu'il fait bon « Trenet » ici...

Bouquet de soleils
fait de l'oeil aux butineurs
- Tu montes chéri -

Un deux trois bourdons américains
Descendus d'leur car
S'installent bruyamment au vert...
Joue chérubin en pierre, joue sur ton luth
Au bar des insectes
La chanson de Charles...













Plus haut toujours plus haut, leurs rêves les transportent dans des conversations interminables, qu'elles échafaudent de connivence, lors d'escapades nimbées de mystère.
Secrètes
Elles « conciliabulent »
escapades blondes
élancées sur leur tige
Je les soucoupes volantes

Jusqu'au jour où, enfin, il leur semble décoller. En dignes filles d'Icare, elles s'envolent, dans un heureux tourbillon : rêve, réalité ou transport d’allégresse ?

Adieu nos sœurs
le voyage s'ouvre à nous
en lévitation

En-dessous d'elles, le jardin en extase les regarde tourbillonner. D'une saison à l'autre, l'été ouvrant la porte à l'automne, les topinambours s’interrogent. Combien de jours leur restent-t-ils pour s’illusionner avant les premières gelées ?

Dernière valse
avant leur grand sommeil

de leurs nuages
Hiver les décrochera

©ABC







Il est temps d’oublier
Soleil brûlant, mer, maillot
Dans le jardin, les soleils jaunes se font géants pour toucher le ciel

Fleurs jaunes s’étirent
En torticolis du soir
La brume est au sol

Octobre est là, le soir tombe si vite que le temps manque pour cueillir  les dernières pommes du verger.
Des pommes pommes pommes
Tarte gourmande et sur la table
Bouquet rudbeckia

Le vent agite les hautes tiges, la pluie mouille de soulagement les grandes pousses dressées vers le soleil levant dans un ultime effort pour toucher le ciel
Les arbres pleurent leurs feuilles détachées du réel
Feuilles qui volent et dansent sur les notes de la musique du vent

Tout me rappelle que l’automne s’installe confortablement.





  


Quand j'ouvre la porte le petit chat Neoù trouve refuge sous l'hélianthe qui dresse ses grandes fleurs et sous la sauge odorante, il y vit mille aventures, on perd sa trace pour un bon moment, je l’appelle, il fait le sourd, il se joue de moi...
Il est si petit, je ne peux m'empêcher de craindre qu'un prédateur vorace à l'affut n'en fasse qu'une bouchée...

Ce matin d'octobre
les fleurs jaunes ploient leur tiges
toutes en souplesse


Une averse soudaine agite le massif, vite, vite mon chaton, viens te réfugier sur tes coussins et t'accrocher aux rideaux !

 Marine DUSSARRAT           

















Hélios Anthos, Hélianthus

Dans le soir finissant, alors que la lumière irradie l’océan, je marche sur le chemin de grève. Le parfum de quelques épineux m’éveille.
Quel bonheur de vivre !

Un rien qui s’offre
avec le vent complice
et tout est parfait.

Quelques fleurs s’empourprent en cette arrière-saison. Filles naturelles du Dieu flamboyant, enfants de la Terre où elles accrochent leurs racines jusque dans les sols les plus rudes, elles tirent leurs langues d’or au ciel.

Soleils et fleurs
petits astres délicats
magnificence.


©Adamante Donsimoni
http://le-champ-du-souffle.blogspot.fr/







9 commentaires:

  1. Des odes au soleil, à la saison, et au bonheur de vivre, merci d'avoir si bien accompagné ces Hélianthus Adamante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de les avoir si bien photographiées. Longue vie à Néoù... et à tes rideaux.

      Supprimer
  2. Magnifique ces chants d'automne autour de quelques fleurs qui n'en demandaient pas tant !!!

    J'ai cru que c'était pour la semaine prochaine, je publie maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je n'avais pas précisé la date. La chanson est prévue pour vendredi. Amitiés

      Supprimer
  3. Pas tjs facile de mettre un nom sur plante méconnue pour ma part, entre tournesol, topinambour et hélianthe… Après tout qu'importe, elle est chez elle ici ! ,-) Bravo aux brins de l'Herbier, JB

    RépondreSupprimer
  4. Dans l'Herbier, les brins d'herbe sont tous de magnifiques Asteracées ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  5. les "soleils" de Marine enchante l'automne et les textes me ravissent

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour cette très belle page de l'Herbier.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  7. une bien jolie gerbes de haïbuns et autres poèmes pour ces fleurs que j'ai aussi au fond de mon jardin

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -