Communauté de l'Herbier de poésies

vendredi 29 septembre 2017

Et voici la page 87






 
L'image de MarHak ne nous a pas laissées indifférentes et c’est bien.
Voici venue l’heure de la découverte.



Et pour ouvrir la page, je rajoute ce commentaire de Quichottine :

Il est sanguin, elle est solaire
Mais est-ce une raison pour ne pas se plaire ?
Pour ne pas s'aimer ?
Le peintre a tranché, il a dit "non".






Questionnement...


Le rêve c'est quoi au juste songea Alice haute comme trois pommes... ?
Le rêve c'est le contraire du cauchemar répondit son nounours !!
Alice, nullement étonnée de voir parler son ours, renchérit...
C'est quoi au juste un cauchemar mon Teddy... ?
C'est un pays des non merveilles peuplé d'étranges choses,
bestiaire monstrueux, ô ne tombe pas dedans, c'est, cauchemardesque !
Voilà pourquoi j'existe, pour veiller sur ton sommeil rose bonbon bienheureux.
Je suis une fillette curieuse comme le dit monsieur Carroll,
Emmène-moi, je saurai tous les apprivoiser !
Le fantôme noir comme le pélican à un oeil, Barbe Rouge, le diable gris,
la raie jaune, la cigogne vautour, la main qui coupe les petits enfants en deux, cinq et sept morceaux !
NON ! Je ne peux pas, j'ai promis à tes parents de veiller sur tes nuits !
Je vais te raconter une belle histoire, tu veux bien... ?
Bon, celle du Père Noël alors, j'ai envie d'un lapin blanc aux yeux framboise vêtu d'un pardessus avec une montre de grand-père...
Que ton rêve soit exaucé, ma jeune Alice.


jill bill







À quoi bon?


À quoi bon, chercher à reconnaître ce que le peintre a voulu représenter ?
À  quoi bon, vouloir savoir ce que l’artiste a pu vouloir dire ?
Pourquoi ne pas seulement se laisser happer  par les couleurs vives ?
Pourquoi ne pas seulement laisser les émotions intenses nous emporter ?

Apprendre, lire, regarder de tous ses yeux, observer, scruter pour comprendre
Mais aussi ressentir, aimer, détester, s’attarder ou fuir hors des modes et critiques.
Chercher à savoir plus pour mieux voir mais aussi être un œil et un corps touché
Par une œuvre qui fait réagir, vomir, pleurer, se réveiller, s’endormir, rêver

Laura VANEL-COYTTE
 http://www.lauravanel-coytte.com/



 



La planche tangue

Né de l'océan
Il a surgi avec violence
Comme un cétacé
Il veut voir le firmament
Et moi et moi
Je suis le petit canard noir
Sur ma planche qui tangue
Sur la houle qui roule
Je veux tout voir
Le noir, le rouge
Le jaune, le blanc
Et surtout le bleu
Toutes les couleurs solaires
Et celles du ciel
Admirer les gros nuages
Respirer, respirer
Le bon air du large
Comme une baleine
Comme un dauphin
Comme un cormoran
J'ai peur qu'un jour
Plus personne n'ait la chance
De s'emplir les poumons
Du frisson pur de l'espace


© Marine D




 



Il a surgi de l'onde, œil affûté sur le monde, poisson lune ou poisson chat. Ide* d'eau douce ou raie mantra*. Il aimerait vous crier les cimetières des fonds marins. Il le dit avec ses couleurs. Il le dit avec sa danse.
Il a bondi sa révérence pour épater le vidéaste.
Il a enluminé la falaise, hors de son liquide primordial.

à l'affût d'images
Qu'êtes-vous prêts à tenter,
voyeur d'agonies ?

pour sauver ce qui peut l'être
d'un sursaut d'humanité.

©Jeanne Fadosi

*les "fautes d'orthographe" sont assumées.



 



Le Cri du poisson.


Quand je suis arrivée au monde
Je venais de tomber du ciel
Chute vertigineuse
Amortie par le sable et la boue
Où j’ai glissé glissé
Pour enfin amerrir dans une eau claire
Reflet réel de mon ciel
La force de ma chute m’a fait toucher le fond
J’ai pris appui sur ce fond
Pour refaire surface
Et là, sur cette image sainte,
Vous me voyez m’éjecter de cette eau salvatrice
Expulsion
Œil étonné et bouche ouverte
Je crie à la Vie.

©Jamadrou





 

Chouette, c’est chouette,
Un hibou styliste des couleurs,
Séducteur, au clin d’œil de charme,
Invité, par sa princesse grenouille,
À la mare au diable,
Pour le bal des sorcières.

Chouette, c’est chouette,
Mais qu’en dira la chouette ?

©ABC



 

La chose

Une panique soudaine du troupeau l'avait laissé seul, loin de sa mère, au beau milieu du ventre chaud des lendemains... Il erra dans la nuit noire, l'âme en peine.
Ses cris creusaient le silence effrayant, traçant une quête sonore dans l'infini.
Tout demeurait en attente... La nuit l'écouta puis l'oublia. La vie se terra au fond de lui jusqu'au petit matin.
Dans la transparence cristalline de l'air, la lumière irradia peu à peu les êtres et les choses...
Les loups enragés l'avaient épargné et la peur desserra son étau.
C'était un petit mouton noir à peine sorti du ventre de sa mère !
Qu'ils étaient beaux les rêves d'hier ! Cheminant auprès de sa mère, tout baigné de lumière, enivré et joyeux, il possédait la terre sans y songer.
Dans ce monde sans boussole, où s'égouttaient encore des voiles de brume au-dessus des flaques d'eau, vacillait l'espoir.
Soudain surgit d'une flaque une forme immense enveloppée de bleu où rutilaient l'or et le rouge...
Une Chose à la crinière illuminée de lumière d'où émergeait une tête à cornes, se dressait devant lui, semblant prendre d'assaut l'Horizon...
Des frissons d'épouvante figèrent le petit mouton noir sur place. Il lutta pied à pied contre les forces mauvaises qui habitaient sa tête...
Une main levée semblait prête à s'abattre sur lui... Déjà son âme pulsait, tourbillonnait, voulant s'enfuir de la prison de son corps...
Il sentait la vie le quitter !

"N'aie pas peur, petit", tonna une voix mâle, "Je suis ton père et je viens te chercher"....

©Luciole



 


Monologue en forme de dialogue.


Toujours prolixe Monsieur de Mar Hack ?
Qui êtes-vous Monseigneur ?
Génie ou mystificateur ?

Les deux ma Petit' Dame.
À prendre ou à laisser, c'est vous qui décidez .....

Au Minotaure, vous me fîtes penser
Et puis au fils d'Ariane

Au fils d'Ariane petit' Madame ?

Mais non, au fil d'Ariane, vous êtes tatillon !
Peut-être à cause du rouge ? Le fil d'Ariane est toujours un fil rouge.
Mais qu'est-ce donc en bas, là ?
Ce gros pâté sur la copie ?

Pâté ? Qu'est-ce qu'un pâté ?

Eh oui ! vous ne pouvez savoir. Avec un clavier, aujourd'hui, plus de pâté !
Autrefois, écoute-moi petit
J'écrivais avec de l'encre, et une plume Sergent Major,
Si la plume était trop chargée
C'était un pâté assuré !
Pas le pâté Fouzitou, non, le pâté Gachatou.
Le pâté qui tâche,
Une grosse tâche noire, splash
Un geste d'humeur Monsieur de Mar Hack ?

©Françoise
Mardi 26 septembre 2017

P.S. Pas de lien. C'est volontaire  :-)




 



Tonitruance divine

Il surgit au-dessus des eaux, formidable, puissant.
Sa bouche grande ouverte lance un cri inaudible qui pourtant réveille les formes.
Il dégouline avec superbe sur des lambeaux de robe, plus versatiles que les nuages.
C’est la fourmilière de l’indéfini qui grouille là. Partout les eaux se cherchent pour se réinventer.
Parfaite éclaboussure d’un masque de Bali peu amène, une sorte de mouton Miro-ien, en appui sur sa queue lui fait face. À son côté, un genre de moaï au nez bleu observe l’esquisse d’un Modigliani à perruque blonde, perdu dans les plis de sa robe.
Tout ici est aux aguets pour saisir la tonitruance divine.

Mais à bien y regarder, si la bouche devient visage, ce génie des eaux, ce cétacé ubuesque évadé des grands fonds, n’est peut-être rien d’autre après tout que Ma Dalton, le colt à la main, dans sa robe bleue ouistiti, assise sur un masque Vénitien et regardant passer un mouton en gondole.

À la vision du peintre s’ajoute mon délire, j’en conclue donc, me référant à la sagesse chinoise, que « tout dépend du point de vue où l’on se place et de l’idée que l’on s’en fait ».

©Adamante Donsimoni


 

 


16 commentaires:

  1. Bonjour tout l'monde... encore des pépites et comme le dit Laura à quoi bon chercher à savoir, on regarde, on s'attarde, on aime ou pas, chacun se forgeant sa propre opinion, comme ici le vendredi... ;-) merci, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Jill. De quoi découvrir ce qui se cache derrière les mots et les images. Merci et belle journée.

      Supprimer
  2. J'adore, au petit matin venir vous saluer ! à la lecture du texte je joue à la devinette : Tiens le texte d'un tel, d'une telle ... à la signature : Ben non, je m'est trompée !ou Ben té, j'arrive à mieux cerner qui tu es ! je retrouve des connivences ! c'est sympa et ma journée en est tout éclairée. Merci pour tous les messages reçus et que vous ignorez à moins que je ne les communique avec des mots précis, et encore ! ... Je me sens en fraternité, et ça me fait du bien !
    Bonne journée à vous poètes d'un instant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fraternité, voilà un mot à vivre. Heureuse qu'on le vive ici.

      Supprimer
  3. Oui, c'est bien cela, tout dépend de l'idée que l'on sent fait, juste ce moment bref ou l'imagination s'enflamme, j'aime tes réminiscences Miro-iennes, ou de masque de moaï, j'y ai vu un instant une tête d'aigle-dauphin surgi de nulle part. prêt à avaler tout l'espace...
    Merci de nous permettre ces échanges Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à celles et ceux moins nombreux qui participent.
      J'ai visité tes parutions sur ton blog, mais de mon portable je n'ai pas trouvé comment te laisser des commentaires.
      Cela n'apparait pas. Désolée.

      Supprimer
  4. "On aime ou pas une oeuvre" comme dit Jill
    l'important c'est qu'elle ne nous laisse pas indifférents (nos textes en sont la preuve)
    l'important c'est qu'elle nous transporte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces visions sont intéressantes qui nous font découvrir l'imaginaire de chacun quand la forme n'est pas définie. Merci à toi.

      Supprimer
  5. Et l'idée que l'on s'en fait est souvent un flash instantané dont il est difficile de se défaire...
    J'aime cette variété des regards qui permet de lire et de relire une œuvre en multiples versions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. L'éclairage d'un autre permet l'ouverture de notre propre champ de vision. C'est essentiel pour découvrir les petits sentiers qui longent l'autoroute. Merci,Annick.

      Supprimer
  6. Je suis saisie par la multiplicités des visions, toutes plus belles les unes que les autres, qui racontent des imaginaires riches et cultivés.... A chaque fois le même émerveillement !
    Merci Adamante de nous permettre de lire les richesses de chacun(e)s... Moi aussi, je me sens en pays de fraternité !
    Bisous tout contents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que nous avons là un grand et beau livre de brins tous aussi talentueux les uns que les autres. Ah, qu'il serai bon de pouvoir le tenir en main. Qui sait, peut-être un jour...

      Supprimer
  7. Qu'ajouter à ces mots qui traduisent bien aussi tout ce que je pense et de la "lecture" des images proposées (lecture un mot qui ne convient pas bien en deçà de ce que le visuel suggère et éveille en soi) et de ce rendez-vous de partage. Oui merci à Adamante et autres glaneurs de brins de poésies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, on assume même le talent d'être des glaneuses (c'est le cas pour cette page, que des filles !) à l'imaginaire débridé. Même les fautes sont volontaires, c'est pour dire ! Un espace de liberté où l'on s'exprime sans hésiter mais avec la grâce d'un partage fraternel.

      Supprimer
  8. C'est une très belle page de nouveau.
    Merci à toutes.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rajouté ton précédent commentaire. Merci, Quichottine, à bientôt.

      Supprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -