Communauté de l'Herbier de poésies

samedi 30 septembre 2017

Page 86 une suite et les Herbes


Ces textes arrivés un peu en retard pour une suite à la page 86. Eh oui, l'herbier ne vous quitte plus.

Petit rappel  :
J'attends vos pages sur les herbes, vous vous en souvenez ? Nous avons déjà publié une page commune. Et le texte paru pourra être le premier de votre page. N'oubliez pas de le rajouter à votre envoi.
Une semaine pour savoir ce que les herbes vous racontent chaque jour (entre 5 et 7 textes selon votre choix d'une petite ou d'une grande semaine) à m'adresser en une seule fois.  
Parution dès le début octobre de la page individuelle de chaque participant tout au long de la semaine ou plus si vous êtes nombreux à participer.
La première à ouvrir le bal, parce qu'elle fut la première à m'adresser sa page est notre amie Françoise, la vieille marmotte, la seconde Laura Vanel-Coytte, qui sera le suivant ?

Alors. Quand  vos textes seront au complet, adressez les moi à l'adresse de l'herbier : 

herbierdepoesies@free.fr



Jamadrou

 
Sur les murs
Au fond des eaux troubles
Ailleurs dans le no man's land
Des rêves traversés
J'ai aperçu le museau bleu
Du petit renard
De l'autre côté du miroir
Il avait des mèches blondes
Tout s'est mélangé
Jamais oublié, jamais retrouvé
Un monde se lit dans le ressac
Il m'a cherché
Je l'ai évité
Je l'ai regretté
La biquette en rit encore
Elle a compté les points
Absurdité....

Marine D




Jamadrou



Paroles de rêves

Trois petits tours de nuit et déjà l'aube claire où le rêve décroche les couleurs de la vie.
Le jaune a le parfum des glaces à la vanille
du soleil sur la peau
de l'or de ses cheveux
des tournesols charmeurs.
Le ciel s'est dilué dans la mer aux écumes,
chevaux enfin domptés,
le bleu s'apaise
se noie dans le couchant.
Le rouge vibre au premier chant du coq
dégouline de rage sur tous les corps meurtris
hurle dans les arènes quand le taureau se meurt.
Le vert a souligné l'ombre de ses épaules
regard perdu sur l'horizon,
fuyant l'arbre blessé, la prairie asséchée.
Et le noir,la nuit épaisse, angoissante et profonde
s'étire comme un chat à la pointe du jour.
Couleur des rêves, mêlées, enlacées, presque vivantes,
charriant les angoisses,l'espoir, les petits riens,
longues étoles blanches parfois bordées de rouille
du doux et de l'amer.

Balaline





Jamadrou



La Vieille Marmotte22 septembre 2017 à 11:29

Pas pu participer ! Mais je disais, quand j'ai reçu la proposition de cette semaine - voir commentaire sur Proposition pour la P.86 - tout mon intérêt qui ne se relâche pas. De belles créations qui éclairent celle de Jamadrou de lumières complémentaires !
Je n'ai pu le mettre en mots, mais ce tableau évoque pour moi le superbe livre d'Eric-Emmanuel SCHMITT : Oscar et la Dame Rose.

Je serais ta Dame Rose petit diablotin
Et je viendrais te visiter
Je t'apporterais un tableau du grand frère Chagall
Et nous divaguerions
"Tu vois Nannie, c'est la famille NODULE
Ici c'est moi, j'ai mis une perruque orange
Et là, c'est Nannie Rigolotte.
Ma Nannie, elle me raconte toujours des histoire coquines, un peu comme toi, Nannie Rose. J'aime bien ma Nannie ....
Oscar, s'est endormi pour toujours en rêvant d'animaux de toutes les couleurs, de Prince Chevalier, de fée Mélusine, de papas et mamans qui flottent dans le ciel.... Quand on s'aime, on est sur un petit nuage !

La vieille Marmotte
https://www.blogger.com/profile/02500929543481564228




Jamadrou

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -