Communauté de l'Herbier de poésies

dimanche 31 janvier 2016

L'herbier de poésie proposition 32






Voici, un peu en retard, la proposition pour la page de mardi prochain.

J'espère que tout comme moi l'image vous parlera.



Un grand merci à Susi S 
qui a accepté de jouer avec nous.




Attention, vérifiez, révisez les règles de la communauté ICI



Photo © Susi S








16 commentaires:

  1. Merci Adamante et à Susi S aussi ! En avant...

    RépondreSupprimer
  2. Il est des nuits...

    Tels des flambeaux éteints
    S'embrasant au feu
    D'un soleil couchant,
    Ku Klux Klan nocturne
    Cérémonie macabre
    Sous la noirceur des cieux...

    Il est des nuits
    Où le hibou
    Reste au creux de l'arbre
    La grenouille
    Au fond de la mare
    Le mulot
    Sous terre
    Le fantôme
    Au château
    La bigote
    Au fond du lit...

    Il est des nuits
    Qui lèvent
    Des armées de roseaux ;
    Il est de nuits
    Dans les marais
    Où l'oeil du diable
    Ordonne on ne sait quoi...

    jill bill


















    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup l'intensité de cette photo de Susi S, voici le texte que d'emblée il m'inspire :

    Baudelaire, en son spleen, abandonna son ciel bas et lourd, sur un champ de roseaux. Au miroir d’un étang, les ombres de leurs épis trouvèrent un rayon de lumière, laissant jaillir, dans le noir, les forces de la vie…

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir à tout le monde !
    L'Attente.
    Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
    Lances-étoupe et bâtons, prêtes à flamboyer
    Le choeur lourd des esclaves est encor en éveil,
    Un seul geste devant
    Vers un ciel entr'ouvert .....
    Françoise ISABEL, la Vieille Marmotte

    RépondreSupprimer
  5. une image troublante, poétique et belle
    le dernier soleil
    s'est piqué à la quenouille
    pour dormir cent ans
    Jeanne Fadosi
    http://fadosicontinue.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  6. Je m'aperçois que j'ai oublié de te redonner mon lien de blog :
    http://jardin-des-mots.eklablog.com/

    Bonne fin de soirée et à mardi (cette photo est vraiment magnifique !)

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Adamante, je t'envoie ce texte pour cette très belle photo, merci


    Dans le fond opaque du marais
    Quand le ciel s'obscurcit
    Les sentinelles du soir
    Gardent l'encre des vies aquatiques
    Se livrant au dictat du couchant
    Qui, l'espace d'un instant
    Coiffe son auréole incendiaire
    Tandis que le ciel violine
    Brulé de ses derniers rayons
    Abandonne la lutte
    Il laisse la place aux sorcières
    Pour une nuit de sabbat...


    marine D

    RépondreSupprimer
  8. Dans le tunnel
    Elles attendaient
    Soudain réveillées
    En rang serré
    Les ombres avançaient
    Vers la clarté
    Mais du soleil
    Ce n'était que le reflet
    Elles se précipitaient
    Et se sont retrouvées
    Au fond de la grotte
    Sans comprendre
    Qu'il ne se passait
    Qu'un voyage
    Au bout de leur nuit

    LC de la Cachette texte

    RépondreSupprimer
  9. Ils avancent sans peur, se hâtent.
    Les premiers ont trouvé le chemin vers la lumière.
    Il ne faudrait pas que la nuit se referme avant qu'ils aient eu aussi franchi le pas.

    RépondreSupprimer
  10. Merci, Josette, de ta participation. J'ai laissé cette jolie poésie en commentaire afin que je puisse te répondre. Je la publierai pour mardi, mais Je t'invite à relire les règles ou surtout la règle fondamentale de la communauté : pas de rimes.
    http://imagesreves.blogspot.fr/p/communaute-lherbier-de-poesie.html
    Sont bienvenus le Haïku (un ou plusieurs) , le tanka, haïbun et toute la famille , le poème de l'instant à la façon des poètes chinois, la prose poétique.
    Il y a beaucoup de communauté pour la versification, raison du choix de l'herbier de se démarquer.
    Bien amicalement, adamante.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Adamante,

    Belle ambiance!
    Voici ce que cela m'a inspiré:

    Face au Levant
    Tête nue filetée d'or
    Le roseau se dresse
    Lui
    Et ses frères
    Foule oscillante
    Emergeant des rêves épars
    Des traquenards bleus
    Abandonnés par la Sorgue.
    Salut au soleil
    A sa chaleur
    A la vie...

    RépondreSupprimer
  12. J’ai traversé le temps, j’ai traversé les terres.
    J’ai vu les hommes noirs debout dans les bayous, cherchant au loin la lumière pâle qui guidera leurs pas vers la liberté.
    J’ai traversé les marécages la peur au ventre.
    Je n’ai pas saisi le bruit des clapotis dans le noir du soir.
    Le bruit sourds des pas dans les massettes à larges feuilles.
    J’ai traversé le temps, j’ai traversé les terres, j’ai cru entendre le sifflement des machettes.
    Oui, j’avais la peur au ventre.

    RépondreSupprimer
  13. J'ai posté ta proposition 32 sur Emprises de brises
    Merci Adamante, je vais lire cette récolte

    http://emprises-de-brises.over-blog.com/#fromadmin

    RépondreSupprimer
  14. Réponses
    1. Unknown ?? ah lala !!j'ai oublié de mettre mon URL et mon pseudo que tu peux retrouver chez Jill-Bill

      Supprimer
  15. Dans cette nuit lunaire
    Que rien ne trouble,
    On entend la lente mélopée d'une geisha
    qui s'accompagne au shamisen;
    En fermant les yeux,
    Elle rêve à l'Amour
    Et qu’à son bras droit,
    Elle se laisse entrainer au rythme d'une danse
    Au pas nonchalant et sensuel...

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -