dimanche 7 mars 2021

P 173

 

Coucou les Brins,

 

Quelle richesse de se promener dans cette page,  avec toutes ces vidéos. 

Paul Barton est vraiment un magicien.

Je vous souhaite plein d'émotions, l'œil humide et le cœur comblé.

Je ne sais quand je proposerai une autre... image ? musique ? autre ? Je ne sais, ce que je sais c'est que c'est un vrai bonheur que de vous lire. 

Un immense merci ! Tiens, si je savais jouer du piano, je vous jouerai quelque chose. Bon, il vaut mieux que ce soit Paul Barton. 

Merci, aux poètes et à nos visiteurs, un herbier content.

 Adamante

 

Ce qu'en dit Paul Barton, le pianiste. 

 "Mongkol est un ancien éléphant bûcheron de 61 ans. Il a passé sa vie en captivité à transporter des arbres dans la forêt thaïlandaise. Son corps est déformé par le dur labeur, il a perdu son œil droit et ses défenses au cours de cette pratique forestière brutale.

Mongkol a été secouru et amené à Elephants World pour passer paisiblement le reste de ses jours, libre au bord de la rivière Kwai. 

J’ai découvert que Mongkol est un éléphant extrêmement doux et sensible qui aime la musique, surtout ce mouvement lent de Beethoven que je lui joue occasionnellement de jour comme de nuit. "   

https://www.facebook.com/PaulBartonPiano 

https://www.youtube.com/watch?v=_4AcjvsVn5k&ab_channel=PaulBarton 


L'installation du piano et le jeu, toujours avec Mongkol : 

https://www.facebook.com/PaulBartonPiano/videos/681924909144558 


et l'autre facette de l'Artiste 







Adagio à fleur d'émotion

 

Tandis que coule la rivière aux flots rapides mais harmonieux de cette nature si paisible, on ne s' étonne point de voir un piano posé sur l'une de ses rives et l'on pressent déjà comme un certain mystère, la magie des instants d'une histoire à naître, à vivre, à ressentir profondément dans ce paradis vert sur un coin de la terre. 

  

Sur son piano un chant

À l'autre bout du monde

Rencontres inespérées

  

L'homme n'est pas toujours le sauvage que l'on croit, il a même souvent la générosité du coeur et oeuvre pour ses semblables et pour les êtres souffrants. 

Ainsi Paul Barton offre sa musique aux vieux éléphants blessés ou aveugles. 

De ces instants uniques chargés d'émotion, naît un sentiment de communion intense.

 

Des notes envolées

Adagio au clair des matins

Cadeau lumineux

 

L'éléphant retrouve un semblant de bien être, ses oreilles frémissent, quelques traces de larmes sur sa vieille peau ridée, la musique l'apaise,  il renoue avec l'humain qui l'a tant exploité, meurtri, détruit. 

 

Un souffle sur la main

L'émotion nous étreint

La musique panse


Balaline 4 mars 2021




 



De l'eau qui murmure

un piano droit sur la rive

un éléphant sage


Quelques notes douces égrenées

et le buzz sur les réseaux

 


L'éléphant tout ouïe

un écureuil intrigué

la musique en lien


Pour les animaux blessés

pour tenter d'apprivoiser

 

©Jeanne Fadosi, jeudi 4 mars 2021


 



 

Planète confinée

les touristes ont déserté

leurs plages d'Eden


La musique pour consoler

les petits singes affamés


©Jeanne Fadosi, jeudi 4 mars 2021


 

https://www.rtbf.be/musiq3/article/detail_en-thailande-le-pianiste-paul-barton-joue-pour-apaiser-des-singes-affames?id=10638805``

 






 



Elle se mit en quête sur You tube , et y fit des rencontres peu banales.

Hazel, l’ânesse qui s’essaye à la chanson avec ses maîtres au son de la guitare.

Un tout petit écureuil pourtant réputé aussi timide que les cornes d’un escargot. 

 Des vaches, les unes dansant au son d’un orchestre de Jazz, ou l’autre, tombant amoureuse d’un accordéon.

Et bien d’autres encore.


Dans les réserves de Thaïlande, dans un sanctuaire dédié à nombre d’éléphants rendus aveugles par la grâce des hommes s’en servant comme bulldozers pour la déforestation d’une partie de la planète bleue, 

un dénommé Paul Barton, pianiste réputé 

consacre beaucoup de son temps à soulager les douleurs de ces vieux éléphants si proches des humains qui les ont maltraités.

Piquée par la curiosité, elle continua sa recherche :


https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/covid-19-les-singes-affames-en-thailande-apaises-par-beethoven-grace-au-pianiste-paul-barton/



Elle se souvint alors 

« du pleur de la chamelle » 

qui valût récompense à une jeune cinéaste,


https://fr.m.wikipedia.org/wiki/L%27Histoire_du_chameau_qui_pleure

 



                                    Frères humains vous

                              Monstres  ou  vous  les fêlés 

                                     Silence on joue. Hou !


                                    Elle renvoya dos à dos  

                                 scientifiques z’et religieux 

                          qui n’en croyaient pas leurs z’yeux.

 


Françoise jeudi 4 mars 2021


 



L'homme au piano et l'éléphant

 


Un éléphant dans un cadre aquatique au bord d'une rivière chantante et un homme qui y pose son piano comme un peintre poserait son chevalet. Tels sont les acteurs de cette vidéo. Magie de l'instant à capter! Emerveillement!


Le piano chuchote

à l'oreille de l'éléphant-

suavité


Touchante réaction, l'éléphant est intéressé, voire fasciné, il s'approche du piano, dodeline de la tête comme s'il voulait suivre la musique,  son oreille dans un élan spontané se met à vibrer, il fait quelques pas rythmés vers cette douceur si apaisante.


Douceur pianistique

vibrations sensorielles-

harmonie des coeurs


Certes, ne dit-on pas que la musique adoucit les moeurs, mais on peut observer comme l'a souligné Aristote que l'éléphant est « la bête qui dépasse toutes les autres par l'intelligence et l'esprit ».


L'homme et l'éléphant par le biais de la musique ont appris à communiquer. Beaucoup d'émotion et de tendresse imprègne cette vidéo pleine d'humanité. Surtout quand on sait que cet éléphant, victime de mauvais traitements est vulnérable et a besoin d'attention pour se rétablir.


L'homme et l'éléphant-

des réserves de tendresse

à partager

 


Claudie Caratini



 

Collage - Marine D


      Mongkol 


L'éléphant Mongkol

rescapé des massacres

écoute la musique

 

tout proche du pianiste

il savoure  la mélodie


 

Chacun de nous

connaît ce moment ineffable

où la paix est un baume


 

Animal mon ami

ton  innocence est une leçon

à ne jamais oublier


            

marine D






 







Le pianiste insolite



La musique adoucit les mœurs

Qu'importe l'endroit, elle met à l'envers

Ici le cœur d'un mastodonte

Qui inspire la frousse, mais,

Devenu inoffensif mélomane...

Ah, rien de classique là-dedans, me trompe-je... !?


Accoudé comme on s'accoude à un bar

Pour siroter une bière, en solitaire,

La bête écoute, captivée...


L'eau qui passe semble applaudir

 Si loin de la société dite civilisée

Et ses divertissements urbains...


« Joue homme blanc joue

Pour moi l'éléphant à tes pieds

Moi le baladeur de touristes,

Plein l'dos parfois...



jill bill







 

Mongkol, le mélomane


Il progresse lentement, le vieil éléphant. Les sages ne sont pas pressés. Il s’avance vers ce rendez-vous insolite où un piano, en pleine nature, l’attend.


quelques cris d’oiseaux

le chant de la rivière Kwaï

tout n’est que musique


Le pianiste à son tour s’avance. Il assure sa partition contre le vent. Il est si aisé pour un papier musique de s’envoler à tire notes pour jouer les petits bateaux dans la rivière


quelques gestes lents

c’est le temps qui prend son temps

déjà un point d’orgue


Le vieux sage, tout près de l’homme, reste immobile. Il se prépare à goûter l’instant rare et précieux qui s’offrira à lui dès le premier accord. Il le sait, le silence intérieur qui apaise les corps est rituel de purification, indispensable avant le concert.


quel instant précieux

que celui d’une promesse-

le cœur s’ouvre en grand


Tout est prêt. L’homme vient de s’asseoir. Il attaque les première mesures saluées par quelques battements d’oreilles de l’immense mélomane. Le cœur exprime ainsi son trop plein


un balancement

la musique envahit le grand corps-

la tendresse


L’immense pachyderme, repose avec délicatesse le bout de sa trompe sur la berge. Est-ce pour mieux goûter ces vibrations d’amour que lui offre l’homme en train de jouer ? Comme c’est bon l’amour après une vie d’esclavage, après tant de contraintes, tant de souffrances et de blessures. 

Âme blessée, corps violenté ce vieux bûcheron a tant de douceur à offrir…


la musique apaise

c’est là sa grande magie-

le don de l’espoir.


Adamante Donsimoni

 



 








juste de passage, l'émotion en écho à vos mots et une vision personnelle de la scène :


sa trompe posé sur l'épaule du pianiste,

l'éléphant remercie.

Les notes chantent leur complicité,

la paix en partage ! 


ABC9 mars 2021 à 09:49 





 







23 commentaires:

  1. Merci Adamante de nous avoir fait découvrir cet homme de bien qui adoucit la vie de ces grands animaux, si attachants. je relais sur Le jardin de Titi, avec ces beaux textes que ces images ont inspirés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Marine, de ta participation si riche et du relai que tu fais de la page. Merci

      Supprimer
  2. magnifique page en effet. Merci Adamante de cette proposition qui a suscité ma curiosité et m'a rappelé la manière dont on traite les vivants sur cette planète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été très émue en voyant la vidéo. j'ai visionné il y a déjà longtemps une vidéo de dressage des éléphants, c'est une horreur, et une autre encore d'une éléphante (cela ce dit ainsi je crois) que je n'ose même pas évoquer ici. Même chez les pachidermes il n'est pas bon d'être du genre féminin.

      Supprimer
  3. A Françoise : merci extraordinaire documentaire que "l'histoire du chameau qui pleure"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pour ma part suivi le lien, cherché en vain, je n'ai pas trouvé de video. Comment as-tu fait Jeanne ?

      Supprimer
  4. Un peu de douceur dans un monde de brutes, j'ai aimé cette vidéo d'une tendre complicité musicale rare, merci l'Herbier et ses brins, amitiés, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,JB, la tendresse n'a pas de prix, c'est un sourire qui se pose sur la douleur, un espoir qui refuse de disparaître.

      Supprimer
  5. Bonjour Adamante et les brins,

    Très belle page une fois de plus. De magnifiques vidéos qui vous remuent "l’intérieur". Et qui ont suscité de très beaux textes.
    J'étais quant à moi incapable d'écrire depuis plusieurs jours à cause de douleurs à la tête. J'ai même pensé mettre mon blog en pause. Heureusement que j'avais un petit texte dans mes brouillons pour ceux qui aiment me lire chaque dimanche.

    A bientôt Adamante ainsi qu'à tous les brins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas mieux et que tu pourras retrouver la forme. Merci de ta visite et de ces mots qui nous touchent beaucoup.

      Supprimer
  6. Superbe page, et une très belle découverte pour moi.
    Merci pour le partage à tous les brins.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Douce journée à toi, en musique et en tendresse.

      Supprimer
  7. juste de passage, l'émotion en écho à vos mots et une vision personnelle de la scène :

    sa trompe posé sur l'épaule du pianiste,
    l'éléphant remercie.
    Les notes chantent leur complicité,
    la paix en partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces quelques vers que je rajoute sous la photo en question. Un passage remarqué et apprécié.

      Supprimer
  8. Un écho magnifique à cette belle page :
    http://www.philosophie-poeme.com/l-ane-dormant-a127270222

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, et merci, car oui, tout le monde rêve. Je rajoute en lien sur la page.

      Supprimer
  9. Bonjour à tous, et merci pour toutes ces belles découvertes ! Toujours un bonheur ces partages enrichissants.
    Jeanne, as-tu trouvé l’intégralité du documentaire dont est tirée la vidéo que je cite? L’ensemble est magnifique.
    À la semaine prochaine, j’espère, si tous mes maux me laissent encore du répit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise, j'espère bien que tes maux laisseront place à tes mots, pour la prochaine proposition. En attendant, je ne sais si Jeanne a trouvé la vidéo, moi j'ai eu beau chercher, j'ai fait choux blanc. J'aurais aimé le voir ce rituel musical pour que cette chamelle accepte son petit blanc.

      Supprimer
    2. Sur YouTube il n’y a que le moment du rituel . J’ai mis la vidéo dans ma page sur OB. Si l’on veut voit tout le documentaire, il faut trouver une page de streaming. Il faut alors, si l’on souhaite visionner gratuitement, s’inscrire en donnant un n° valide de carte bancaire et se désabonner dans les cinq jours. Ou alors faire un téléchargement pour moins de trois euros, sur un autre site.

      Supprimer
  10. Une belle vidéo, et des participations à la hauteur!
    Merci à toutes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour nous toutes, Annette, à très bientôt te lire.

      Supprimer
  11. Bonjour, Adamante

    J'ai aimé participer à cette belle page si pleine d'émotion! Merci à tous les brins et à toi de nous rassembler ainsi pour un si beau partage!

    Claudie

    RépondreSupprimer
  12. Que de tendresse et d'émotion en visionnant ces vidéos puis en vous lisant! Cela nous réchauffe le coeur même si le mal est déjà fait, nous réconciliant un peu avec le genre humain.
    Merci à toutes pour ces instants de partage

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha. Si vous commentez sous "Anonyme" signez d'un pseudo ou d'un prénom, c'est toujours plus sympathique.
Je ne peux plus répondre en direct à vos commentaires en tant qu'administratrice du blog. Impossible de trouver la panne.