vendredi 3 janvier 2020

pour la 158 première de 2020

Conseil de l'Herbier :
Veuillez ne pas oublier de copier les légendes des photos pour vos blogs
Droits Réservés


Je vous raconterai l'histoire (prise sur Artips) très bientôt, afin de ne pas influencer vos écrits. En haïbun ? comme toujours ?

Pour la page du vendredi 10 janvier 2020

Francis Bacon, Étude de taureau, 1991, huile, peinture en aérosol et poussière sur toile, 198 x 147 cm, collection particulière © The Estate of Francis Bacon / All rights reserved / ADAGP, Paris and DACS, London 2019





9 commentaires:

  1. Belle bête, yapluka… olé ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Jolie photo, j'aime beaucoup.
    Je ne sais pas si tu as reçu mon message concernant ton livre... ?
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quichottine, et pour te répondre, non, je n'ai rien reçu comme message concernant mon livre. Désolée. À très bientôt.

      Supprimer
  3. Bonjour Adamante,

    Une œuvre très intéressante.
    Bonne et heureuse année à tous les brins de l'Herbier. Que dame poésie se penche sur votre épaule
    ;)

    RépondreSupprimer
  4. Une image inspirante ... et tu fais bien de ne pas raconter son histoire. C'est vrai que pour écrire, il m'est difficile d'en faire abstraction si je la connais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela limite en effet. Et après tout, cela fera une page après la parution de LA page pour expliquer l'œuvre. Quand il s'agira d'un emprunt à Artips.

      Supprimer
  5. Nous éditerons un calendrier spécial "Herbier de poésies".
    Un calendrier où chaque semaine sera illustrée d'un thème pictural, chaque mois représentant une série, comme une variation autour dudit thème.
    Les mois y seraient à géométrie variable, et notre décembre serait dédié aux bovins, mais "à cheval" sur deux mois (décembre et janvier) .
    Normal d'ailleurs que nous ayons une affection particulière pour les herbivores et les ruminants (Bris d'herbe obligent).
    Rosa Bonheur nous aura régalé depuis le Marché aux bestiaux, jusqu'à ses scènes de la vie de campagne: vaches, boeufs et chevaux .
    Ne manquait finalement que le taureau. Il en fallait un pour boucler la boucle. Il nous faudra encore les veaux, les cochons et la couvée, pour finir la liste à la façon de Perette et du Pot au lait.
    Bon j'arrête là mes élucubrations, il semblerait que tous les relents festifs des divers réveillons ne se sont pas encore dissipés.
    Je tenterai d'être plus sobre d'ici Vendredi, enfin, si je peux.
    Un taureau, bah! oui! hein! Pourquoi pas? Porque no? comme disait sans doute mon grand-père d'origine espagnole.

    RépondreSupprimer
  6. En remontant pas très haut dans mon arbre généalogique, j’ai des Papys et Mamies Vedel, Vedelle = veaux, vaches .... Et sans savoir cela, j’ai épousé un Monsieur ... ? ... VACHER . Amusant, non ?

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha.