dimanche 20 décembre 2020

P 167 - Chagall

 


 

Toutes les images (D.R.) ont un lien sur leurs sources, le plus souvent ici le Centre Pompidou, & le Musée d'Art Moderrne. 

Vous pourrez les voir en grand sur le site et admirer les autres œuvres de l'artiste.  Un autre lien ICI 

Merci pour vos beaux textes. AD




Musician with violin, 1919 - Marc Chagall -




Kinor




Il jouait, pour un verre ou deux Kinor

C'était l'homme au violon

  Barbe rousse habit noir

Nez crochu

Sourire en demie lune,

C'était l'homme de circonstance...


Il jouait dans les noces

Les baptêmes, les enterrements de campagne

Des airs slaves qui savaient faire pleurer ou rire,

Contre, un verre ou deux...


Il jouait Kinor le juif

Parce qu'il ne savait rien faire d'autre

Avec ces doigts en or

Taillés pour l'archet

Pas pour être tailleur, comme Moché son père,

Qui lui en avait tant voulu...


Il ne jouera plus Kinor, il ne jouera plus

Des airs slaves à faire pleurer ou à rire

Contre, un verre ou deux...


Emporté par la mort

Il a emporté son violon dans la tombe

On l'entend jouer le juif, ses airs russes

Dans ses nuits noires à l'infini,

Enfin, c'est ce que racontent les paysans

A boire, plus d'un verre ou deux...

   


jill bill







Fleurs et plumes, tableau de Chagall, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou




Rencontre insolite
aux clins d’œil complices –

boule de tendresse


Juste un songe, au cœur de la nuit. La lune, discrète apostrophe, en témoin, s’emplume. 


Regards intenses

 au-delà des mots –

atout cœur 


D’un œil à l’autre, l’extase. Leur cœur, au vent de leurs émois, tourbillonnant à l’unisson, fleurissent en un bouquet champêtre. 


Heureuse nuit

pour âmes en fête -
tableau surréaliste


Tandis que notre terre dort, le tête-à-tête d’un amour bleu s’éveille, magie nocturne jaillissant du monde enchanteur de l’artiste.


ABC














Parce que nous sommes deux

 

Bleu nuage vaporeux

Bleu magique de l'amour

léger comme le vent d'été

qui retient les instants souverains

parce que nous sommes deux

dans les bras du rêve échappé

de sa prison terrestre

Plus que les mots plus que les sons

les fleurs racontent le beau des âmes

la sensibilité la force des regards

et cette envolée merveilleuse

ouvre les portes de la sérénité

de la plénitude

Parce que nous sommes deux

cette deuxième naissance

enracinée sous la voûte céleste

accueille chaque petit bonheur

dévoile toutes les beautés du monde

quand se fanent les heures

 

Balaline











Lettre à Monsieur Moïche Zakharovitch  CHAGALov

de Liozna, près Vitebsk, Empire Russe,

aujourdhui Biélorussie.


Cher Vieux Monsieur,

 

Vous naquîtes au 19ième siècle le 7 juillet 1887, et mourûtes presque centenaire ; après avoir traversé le XXe siècle, connu une révolution, deux guerres et l’exil. Vous conjuguâtes toutes ces expériences avec de grands thèmes fondateurs et  vous revisitez inlassablement votre ville natale, la tradition juive, la Bible, le couple, la famille..... et le cirque ! Vous sûtes vous affranchir des règles et des codes, tout en vous en nourrissant, demeurant toujours indépendant et libre.

Vous trépassâtes la veille de mes deux fois quatre ans (44 ans), le 28 Mars 1985. Et vous êtes toujours bien vivant puisqu’on parle encore de vous sur notre belle Planète. OUI, elle est belle notre Planète. À n’en pas douter quand vous nous la montrez au travers de votre regard. 

En 1943, vous peignîtes un Tableau dénommé LE JONGLEUR, l’année de ma naissance ! (Aurions -nous quelques point de gémellité ?)

Bien des raisons pour que je vous chérisse.

 

LE JONGLEUR.   

C’est celui-ci que je choisis à l’intention de mes Copinautes de l’Herbier de poésies. CLIC


En équilibre sur un pied

l’œil en éveil 

Rouge sang et nuit noire

fleurs de la Bien-Aimée

village et temps qui passe lutrin de la Torah

univers Chagallien

Qui me dit tout du mien

Exil,    Envol ! ....

Je m’arrache les cheveux. Choisir me fend le cœur, car je les aime tous vos tableaux et pas seulement vos Tableaux, mais encore, vos vitraux, vos céramiques, vos écrits, car tel ce JONGLEUR, vous vous jouâtes de tout. Vous ne fûtes pas le spectateur de ce cirque, mais DANS l’arène, grand frère ! vous êtes acteur à part entière . Vous êtes resté un gosse,  hors du temps, et ça, j’adore. Alors je vous le dis, Vieux Monsieur, je me sens comme votre petite sœur.

Imaginons que vous fussiez encore là, aujourd’hui, dans votre enveloppe charnelle ? Que diriez vous ?

Oh je crois rien de plus que ce que hurle chacun de vos Tableaux, si richement colorés, si richement musicaux, si richement planants, plein d’amour, si richement enracinés dans la glèbe de Vitebsk, si richement remplis de rêves et de poésie. En un mot si HUMAINS.

Et moi j’entends   :  taisons-nous, mais taisons-nous, nous qui savons tout mais qui ne savons rien. Cessons ces guerres fratricides. Ces «c’est moi qui ai raison » . Revenons à l’Essentiel. Cultivons notre Esprit d’Enfance en ce temps de Noël. Gardons nos yeux émerveillés.

Pitié, plus de guerres de religion. L’on peut être Juif (ou tout autre) et le rester en profondeur, sans faire de mal à quiconque   [••••••••••]   

Plus de Peste ni de Choléra. Ni de .... Covida 19 ou plus. L’art est vital, essentiel, salvateur. Le rêve et la poésie font partie intégrante de la Vie. Une autre manière de dire les choses, un autre Regard ....

Merci Marc Chagall du Temps  où vous choisîtes la France des Lumières comme patrie d’élection, que vous quittâtes  durant le régime de Vichy. Mais vous y êtes revenu. 

Merci Marc Chagall , Moïche Zakharovitch  CHAGALov pour ce temps oû vous fûtes heureux d’habiter la France , et contribuâtes à enrichir son patrimoine. 

Je vois parfois les choses un petit peu comme vous.


Françoise Isabel









 Sur le tableau  "Les amants en bleu" peint en 1914.

 



L'amante aux larmes de lune



Vêtue du clair obscur

Perles nacre et soie bleu nuit

Silhouette ténébreuse

L'amante aux larmes de lune

Déambule à l'orée de ses rêves

S'immisce dans ses chimères

Trouble l'azur de son regard

Fait frissonner l'ourlet de ses lèvres.

 

Martine Madelaine-Richard




 








La vie, Chagall, 1964, publié dans Il Dialogo di Monza 


Évoquer Chagall, c'est grimper comme des fous les marches du grand escalier pour arriver au poulailler avant la fin de la sonnerie et de la fermeture de la salle. Avant l'extinction des lumières.


Ouf, reprendre son souffle,

la scène en bas, minuscule,

plein feux sur la voute.


Chercher sur la Toile en se laissant vagabonder sur l'escalier imaginaire. Images du Net. Rêverie fissurée par un souvenir oublié. La diapo était nette quoique rognant l' oeuvre sur les côtés ; le poster réussi sinon tout à fait fidèle aux couleurs.


"La vie", de Chagall,

célébrant les arts vivants,

prélude au plafond.


La vie qui palpite dans les balles des jongleurs, dans les orteils souffrants des danseuses, dans les ailes des oiseaux. La vie qui fait vibrer l'air sous les archers des violons, dans le souffle d'une flûte et d'un hautbois ou d'une trompe, les gongs des cymbales ; qui survit aussi, pour combien de temps, près de la barque surchargée, tout là-haut à gauche des Tables de la Loi, encore intactes.


Sous l'échelle céleste

montera ? montera pas ?

Meunier ou Jacob


Dans leur bulle les amoureux de Peynet rêvent leur futur, sans se soucier des écueils, ni de l'immense oiseau bleu comme la nuit qui souffle sur les braises de leur sommeil. En son sein, l'oisillon se devine. En haut de l'échelle, la lune est bien au rendez-vous du soleil.


Ils auront leur enfant roi

béni par les arts en fête.

 


©Jeanne Fadosi, dimanche 20 décembre 2020









Ce tableau a été peint après le décès de son épouse Bella qui fut aussi son modèle et sa muse.

 

Le violoniste absent


Le violoniste est absent

Mais quelque part

Peut-être

Perdu dans le bleu

Dans une maison

Sous globe éclairé lune

J’entends pleurer l’archet

Des notes s’envolent 

Par deux 

Couple amoureux


Elle 

Porte un long voile blanc

Il s’élève 

Vers les buissons du ciel

Arc-en-ciel délavé 

Larmes de neige

Le froid

Nouvelle demeure

De l’Aimée


Lui

Porte le bleu

Bleu solitude

Bleu cœur orphelin

Sa bouche s’ouvre vers le ciel

Cri atone

Déchirant la nuit

Bleue

Comme son âme blessée


Là-haut

Au-dessus des Hommes

Un oiseau porte flamme

Jaune

Comme la lune

Comme l’étoile

Aux piques acérées

De l’exclusion et des pogroms


Deux notes

Sur la partition de l’amour

Inséparables 

Séparés


La toile est un porte peine

Illustré couleur de larmes 

Les brosses 

Devant le chevalet

Attendent le prochain sanglot.


Chaque jour est un jour d’adieu.

 


Adamante Donsimoni

Samedi 19 décembre 2020

 

 Et si vous aimez la musique contemporaine CLIC



LE COIN DES RETARDATAIRES



"Fantaisie de Noël"

J'ai choisi "Fantaisie de Noël" pour rendre compte de l'univers de Chagall ! 

Ce tableau a été peint en 1938 quand Chagall, même en exil, a la volonté de fêter Noël.


 

Un horizon bleu, si bleu parcheminé d'un rêve, celui d'un peintre en quête d'Espoir, de solidarité pour Noël!


Un horizon bleu

où la ferveur grandit-

un ange passe


Un ange éperdu descend du ciel, gagné par la féerie magnifiant le Paysage.


Une partition insolite

des fantaisies surréalistes-

l'onirisme du peintre


L'Envol d'un cheval blanc dans les nues nous transporte de joie, quelle douce cavalcade! Même un sapin vert poétise l'espace dans un ciel d'ouate jauni !


Un univers surréaliste nous émerveille avec l'Envol d'un parapluie jaune éblouissant, comme un vrai soleil qui rit!


La partition se fait Amour et symphonie en blanc majeur : dans la vallée recouverte d'un grand manteau blanc, un couple d'amoureux s'étreint, souvenir radieux de son union avec Bella..


La partition devient un hymne à la Joie dans ce désert de neige.


Désert de neige

un visage souriant-

une note d'espoir


Dans ce conte- tableau, Chagall se fait l'apôtre de l'Avenir car cette fantaisie  de Noël fait naître un rêve somptueux pour des jours meilleurs...


La vie coloriée

d'un Chant d'Espoir-

fêter Noël

 

Cette toile illustre parfaitement les mots de Marc Chagall :

 

"Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d'amour et d'espoir."


Bien amicalement


Claudie Caratini.




11 commentaires:

  1. Bonjour l'Herbier, choix de tableaux différents, pour des écrits fort bien inspirés ! Encore une fois bravo... et merci Adamante, au plaisir, jill

    RépondreSupprimer
  2. De belles inspirations, de beaux textes...
    J'espère participer bientôt.
    Annette

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Adamante ainsi qu'à tous les brins.

    Une nouvelle page , toujours aussi somptueuse! C'est un vrai bonheur que ce rendez-vous Adamante. Merci aussi pour cette belle mise en page.
    Au plaisir sur d'autres partages
    :)

    RépondreSupprimer
  4. Tout est dit et surtout tout est peint par un artiste hors pair...

    RépondreSupprimer
  5. L'art par son art (peinture, vitraux, mosaïques) de susciter des mots de poésies. un rendez-vous magique entre réalisme et onirisme

    RépondreSupprimer
  6. Bravo Claudie pour ce beau choix, ce tableau de Chagall est vraiment un clin d'œil souriant dont nous avons tant besoin aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  7. Merci, Adamante, pour la publication...j'ai aimé les différentes partitions de l'Herbier qui m'ont fait connaître d'autres peintures de Chagall! un joli écrin de beauté et d'onirisme! Merci à chacune d'entre-vous pour cette poésie!

    Claudie

    RépondreSupprimer
  8. Je reviens lire Claudie

    Un autre joyau qui vient se poser dans ce bel écrin de l'Herbier. Et cette merveilleuse citation pour conclure. J'aime! :)

    RépondreSupprimer
  9. Je bisse Martine. Excellent choix et haïbun sur cette fantaisie de Noël de Chagall

    RépondreSupprimer
  10. Quel cadeau cette lecture, une grande diversités d'oeuvres mises en mots avec cette superbe fantaisie de Noël qui s'adapte parfaitement au moment.
    bravo à toutes et merci Adamante

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Adamante et tous les brins
    C'est un festival de couleurs, de mots et de voyages,une très belle page riche de nos diversités et de nos rêves !
    Merci et doux Noël à tous les brins.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, non par intention de bloquer mais pour être avertie de leur dépôt.