mardi 25 septembre 2018

Pour la page 120 Non violence !




Carl Fredrik Reuterswärd, Non-Violence, 1980, bronze, Malmö © ADAGP, Paris, 2018, photo : François Polito


"New York, le 8 décembre 1980 : le chanteur John Lennon, ex-membre du mythique groupe The Beatles, vient d'être assassiné. L'arme du crime ? Un revolver.

Alors que le monde pleure la disparition de l'icône, c'est cette même arme à feu que l'artiste suédois Reuterswärd immortalise sous la forme d’une grande statue de bronze. N’est-ce pas un peu déplacé, comme hommage ?

L’artiste, qui était un grand ami de Lennon, sait très bien ce qu’il fait. Sa sculpture représente un revolver tenant en équilibre sur sa crosse.
Pourtant, l’arme ne risque pas de faire beaucoup de mal : son canon est noué. Il n’est vraiment pas conseillé d’appuyer sur la détente ! Pour conjurer l'assassinat par balle de son ami, Reuterswärd imagine une arme qui ne peut tuer...
L’artiste partage les convictions pacifistes du chanteur disparu. C’est pourquoi sa sculpture dépasse le simple hommage personnel : il l’imagine comme un message universel de paix.

Avec ce nœud qui ne la rend dangereuse que pour celui qui l'utilise, elle appelle à la non-violence (c’est d’ailleurs son titre) et au désarmement.   Aujourd'hui, de nombreux exemplaires de l’œuvre sont exposés à travers le monde. L'un d'entre eux se trouve justement devant une institution chargée du maintien de la paix : l'Organisation des Nations Unies, à New York.

En faisant d'une arme à feu un symbole pacifiste universel, Reuterswärd offre le plus beau des hommages à celui qui chantait : "Imagine tous les gens vivant leur vie en paix"."       Artips



John Lennon et Yoko Ono, 1980, photo : Jack Mitchell
Carl Fredrik Reuterswärd, 1964, photo : Erling Mandelmann    
 






9 commentaires:

  1. Assassiné en 1980 par un frustré, auquel, il me semble, JL n'avait accordé d'autographe, ben voyons… ! En Amérique en posséder une est monnaie courante, un bien ou un mal… surtout dans les mains de gens imprévisibles… merci Adamante… JB

    RépondreSupprimer

  2. Flinguons les revolvers...


    Bang bang
    Je tue, il tue, nous tuons...
    Bang bang
    De guerre en règlement de compte...
    Tombé au champ de bataille,
    Tombé par homicide,
    Tombé même par hasard,
    Au coin de la rue, drôle de jeu...

    L'humain est devenu gibier
    Qu'on abat pour de « bonnes » raisons
    Un jour,
    Car il y en a toujours une,
    Foi de chasseur...

    Arme à feu en vente aisée
    Au pays de la Liberté, trop libre...
    Combien de revolvers
    On fait saigner le coeur des mères ou épousées...
    Alors imagine un monde sans,
    Sans pétoires et leur violence,
    Mourrons, d'accord, chantait Brassens
    Mais de mort lente, dans son lit, en beau vieillard,
    Point en martyr
    Pour le drapeau ou autre prétexte...

    Flinguons les revolvers...
    Clouons leur le bec,
    Faisons les taire, pour toujours !


    jill bill


    http://jill-bill.eklablog.com













    RépondreSupprimer
  3. un grand sujet mais je ne sais pas encore comment y répondre...
    Merci Adamante

    RépondreSupprimer
  4. Je me demande parfois si l'abandon de toutes les armes permettraient vraiment la paix... Je ne sais pas.
    Mais cette sculpture est magnifique.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle sculpture ! je découvre ! est-ce mon manque de culture ou le silence des medias ?
    Merci pour cette image. Je vais laisser les mots dire ...

    RépondreSupprimer
  6. Cette image a tué mon inspiration, je n'ai rien "hé cri"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ! crie donc avant le prochain coup, puis expire profondément avant la prochaine inspiration. Cela s'appelle : vivre .....

      Supprimer
    2. Bonjour à tous !
      Quelle puissance dans cette image !
      La réalité au service de l'impossible ? Un vrai révolver fait pour tuer qui me dit : mais non, ton imagination peut détourner mon véritable usage !!

      Supprimer
  7. Un révolver qui crie vers le ciel son envie d'une poignée de main amicale... Puissent tous les hommes saisir cette chance pour unir leur force vive...

    Je reviens seulement sur les pelouses de l'herbier après une quinzaine d'absence.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha. Si vous commentez sous "Anonyme" signez d'un pseudo ou d'un prénom, c'est toujours plus sympathique.
Je ne peux plus répondre en direct à vos commentaires en tant qu'administratrice du blog. Impossible de trouver la panne.