Communauté de l'Herbier de poésies

jeudi 17 mai 2018

La bannière de Mawangdui P 111

Un détail de la Bannière de Mawangdui

Je publie pour une seconde fois cette page car l'e-mail de Serge s'est égaré dans les méandres de free. 
Le voici donc en première position. Pardon à tous.  Adamante


 
Terre lointaine, territoire d’orient

Je connais un pays où les hommes ne pensaient pas leur corps loin de leur esprit,
Où ils se sentaient un, et dans la possibilité d’agir de l’un sur l’autre,
(du corps sur leur état d’esprit et même sur la sagesse de leur pensée,
de l’esprit sur l’état de ce corps qu’ils se sentaient être ).
Entre les deux, ils ne parvenaient pas à glisser ne serait-ce qu’une feuille de papier.

Marquis’ Ma Wang Dui
En fait de vie éternelle,
Dû mourir pour être.

Dans cette part du monde,
Qui regardait autour d’elle, non pour prendre, asservir et corrompre,
Mais en se souciant de bien-être, de l’ordre des choses, d’être et de bien faire plutôt que de faire simplement, et produire beaucoup-,
Un animal n’était pas que kilos de chair,
Mais noble forme de l’être,
Expression d’une sagesse inscrite dans la trame des formes observables du réel,
Modèle à suivre et exemples de pratique.

Portant dans la mort,
Sa bannière, elle donna vie
Au grand renouveau.

Là, la vie n’était pas que force à dompter,
Mais aussi espace où s’harmoniser :
Dynamique vivante, partout ! en soi et au dehors,
Énergie vitale à laquelle il importait de rendre la possibilité de circuler,
De s’épanouir en toute liberté.

Elle vécut Qi gong
D’une peau de melon mourut ;
Bannière a sauvée

Dans ce coin du monde, vivait une marquise de Dai,
Noble de Ma Wang Dui,
Qui emportant dans sa tombe un trésor,
Nous permet 2000 ans plus tard de lire encore ce qui lui tenait à cœur, à l’époque
Et de le défendre aujourd’hui encore,
Pour qui veut faire de son art, sa pratique.

La marquise de Dai ,
Marquise ou même duchesse,
Valait bien une reine .

Serge De La Torre
https://instantsdecriture.blogspot.fr/

http://www.tao-yin.com/tao-yin/mawangdui_duchesse.htm






Respiration :

J’inspire,
J'expire
Je soupire,
Je bâille

Je respire,
Je m'étire,
Je chante pour les étoiles,
Amorçant les premiers pas,
Du bal de la nuit
Je bâille

Tout mon corps rime
Au rythme de ma vie

En chemin de lumière
Au feu des rayons nocturnes
Je plonge au cœur du bien-être

J’apprends l’épanouissement,
Le chant des mots m’emporte
Sous la bannière du temps
Je vais vers un ailleurs

J’inspire,
J’expire,
Je soupire,
Je bâille,
Sans m’endormir
Un pas de deux
Une course folle
J’explore mes limites
Sur un chemin bienfaiteur

Je danse sous les étoiles
Ce soir je suis au bal

 ABC


 



La bannière de Mawangdui

Ce texte que je vais écrire pour la page 111, oui oui c’est ce chiffre 111 qui m’a invitée à élever mes pensées pour les voir s’envoler telles feuilles au vent en direction de l’Herbier.
Ce chiffre 111 m’a dit d’avoir confiance en ma sagesse intérieure et mes intuitions.
Il m’a dit : vous faites partie d’un tout et vous êtes importante pour l’humanité et son élévation, soyez convaincue que vous pouvez être une source d’inspiration pour le monde.
Pour écrire ce texte, c’est certain,  j’aurais aimé ne rien connaître de cette Bannière,  j’aurais pu alors vous raconter n’importe quoi. Ce n’importe quoi qui fait de moi ce que je suis.
 Je vous aurais dit : à trop voler aux quatre vents depuis si longtemps la soie de cette bannière s’est usée, la voici pleine d’accrocs. Ou alors je vous aurais dit les dessins et couleurs de cette bannière se sont estompés (et non pas estampés) avec le temps pour nous donner à lire l’essentiel.
Je vous aurais dit, regardez les personnages, ils ont l’air de faire leur gymnastique sérieusement mais sans fatigue. Et le fond de l’air dans ses tons de jaune de brun de roux nous laisse penser qu’il fait doux. Vraiment faire ainsi sa gymnastique doit être plus agréable que devant son écran en compagnie de Véronique et Davina.
Recette de gym tonique sur cette bannière ou recette pour préparation du corps à d‘autres jeux plus érotiques et plus coquins ?  On  aurait pu lire tout ça dans les accrocs disparus.
Quoiqu’il en soit, soie, de jolis personnages aux traits sûrs, au geste parfait.
Mais pourquoi donc l’artiste n’a-t-il pas voulu signer son œuvre ? Œuvre qui pourrait faire fureur dans nos musées où l’inachevé est « une fin en soie » !

[Bien sûr, je sais que tout ce que je viens d’écrire n’est que faribole puisqu’en fait je suis bien renseignée sur cette Bannière de Mawangdui, j’aurais dû  la vénérer et être plus sérieuse. Alors je dis à la Marquise de Dai, paix à votre âme Madame la Marquise il n’y a pas feu au domaine, je ne suis que pauvre écri-vaine qui dit n’importe quoi ne sachant parler que le « JAMADIEN FUNICULAIRE » *,  une langue bien pendu parlée par une minuscule communauté installée au sommet de la terre qui penche, là au bout de la terre.]
*Cette langue est expliquée en détail dans mon ouvrage : « Langue vernaculaire et communautés »

jamadrou © 9 mai 18  (A fleur d’images)




 



 La bannière de Mawangdui

Du méthane fuse, enflammé, symptôme d'une décomposition organique. Des archéologues, dépêchés en urgence découvrent un site funéraire de femme noble étonnamment conservé. Parmi les objets, une bannière de soie, peut-être le voyage que devra suivre son âme. L'autre étoffe évoque des postures d'une gymnastique millénaire.

L'art du calligraphe
a décomposé le geste
pour mieux l'expliquer

Que disait ce précieux mémo à l'âme de la défunte, à son corps sublimé ?

Un tissu préservé
un ou des corps en mouvement
puissance de l'image

Que dit par delà les âges, cette découverte improbable de lointaines coutumes ? Les gestes ont traversé le temps, survécu à leur effacement, trouvé une nouvelle vigueur.

Que restera-t-il
de nos époques pressées
et de nos futurs ?

©Jeanne Fadosi, mercredi 9 mai 2018
pour l'herbier de poésies 111

lien vers mon blog sur le mot clé l'herbierde Poésies






La bannière de Mawangdui

Sur la bannière de Mawangdui
Fusionnent des symboles de vie
Empruntés au royaume sacré
Où les ours et les loups cohabitent
Le dragon et la grue vivent en paix
Le singe et le faucon veillent
Les énergies bienfaisantes circulent
Elles font partie d'une danse
Aux gestes lents et codés
Immuable et toujours renouvelée
Autour de la dépouille de Dai
Le Qi Gong s'illustre
En toute sérénité










Fusion cosmique

Danse des corps dans l’espace, l’Univers contient tout. Dans la vibration intemporelle, l’osmose se dit dans la lenteur, le souffle est là.
L’union est un rayonnement, une fusion cosmique totale. C’est le chant des cellules ouvertes sur l’indéfini, la respiration des sphères parcourant le monde originel où l’ascension brûlante de se réaliser, arrivée à l’apex de sa trajectoire, s’accorde de redescendre pour accepter le froid.

yin yang, l’eau, le feu
enchaînement des sphères
le lâcher prise 

©Adamante

 

 

 

 

 

 

 

Je le mets, mais… voilà

c’est la toute dernière fois

 car ici, éblouie ou pas, 

on ne rime pas !



Aujourd'hui
Je découvre éblouie
La Bannière de Mawangdui
Grâce à l'Herbier de poésies
Et à sa créatrice Adamante Donsimoni.

Aujourd'hui
Je découvre éblouie
La Bannière de Mawangdui
La curiosité me conduit
Dans le savoir, je m'introduis

Aujourd'hui
Je découvre éblouie
La Bannière de Mawangdui
Apprendre me séduit
Découvrir contre l'ennui


Laura VANEL-COYTTE
http://www.lauravanel-coytte.com

2 commentaires:

  1. Une bannière pleine de symbole qui élargit la respiration et mène en douceur vers le silence intérieur.

    RépondreSupprimer
  2. Une page qui a su se faire attendre et que j'ai dégusté du bout des yeux en attendant d'y revenir plus longuement
    J'espère que les problèmes internet ont pu être résolus
    Ces petites machines qui nous rendent tant de services et tant de soucis aussi seront des énigmes si quelque excentrique décide d'être enterré avec elles ...

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -