vendredi 22 septembre 2017

Page 86, l'herbier en couleur

Merci de vos participations, j'espère n'avoir oublié personne.
Nous sommes six  ce vendredi. 
Belle fin de semaine à tous.




Jamadrou  décembre 2016 Marbling  de  20/15 cm sur papier
puis petits croquis aléatoires aux pinceaux et encres de couleur





Dis, dessine-moi...

Dis monsieur Seguin, dessine-moi un mouton,
Un mou-ton, s'il te plaît, monsieur Seguin...

Ah, je ne sais pas bien dessiner de mouton, petit Prince,
Accepte mon aquarelle, ma chèvre Blanquette,
Garde-la bien du lever au couchant, en bon berger,
Elle est si peu sage, ivre de liberté, d'herbe plus verte...

A la montagne le loup est diablement malin,
Il se transforme en Pégase, en coq lie de vin, en sirène vert absinthe, qui enivre les marins en mer...
Ô pour tromper son monde, il trompe
Pour ne faire qu'une bouchée, des naïves...

Promis juré petit Prince ?
Monsieur Seguin, promis craché !
Il est beau ton dessin, j'l'aime bien
Comme je suis dedans il sera bien gardé, ton mouton...


jill bill








Lascaux, Kandinsky et Chagall etc.

A Lascaux, des taureaux, des mains, des chevaux, des bisons, des mammouths, des hommes[1] ;
Sur le beige de la grotte qui se fait toile, mon orange préféré, du noir-feu, du marron-terre
Et du jaune pour apporter la lumière et dire la vie dans cette Sixtine de la Préhistoire.

« Du spirituel dans l’art[2] » de Kandinsky,  la naissance des couleurs, « Jaune, rouge, bleu[3]. »
Comme la Sainte Trinité de l’art abstrait pour un inventeur théoricien et artiste lyrique.
Le primaire rejoint la Préhistoire dans le Panthéon des artistes et des œuvres que je préfère.

Bleu Chagall dans sa peinture que j’intronise dans la « religion de l’art » : clowns et anges
Dans le jaune soleil de son musée biblique de Nice et sa chapelle à Vence, bleu Matisse
Ou Klein : papiers découpés, vitraux et monochromes dans une farandole de corps et d’âmes.


[2] Essai de Kandinsky

Laura VANEL-COYTTE




 



Ciel d'équinoxe

Voyez-vous comme tout bouge
se mélange et s’interpelle
L'air se dilate
Les nuées se forment
L'encre et les couleurs se diluent
puis se rassemblent
Les nuages deviennent des personnages
Face à face ils se sourient 
Au moindre souffle d’Éole
 ils se métamorphosent
L'un s'esquive entraînant son chat
L'autre retient sa chevrette
Et la sirène alanguie
s'abandonne à la caresse du soleil

Le vent se lève
agitant le kaléidoscope
D'un ciel d'équinoxe

Josette T






Sur la page blanche
mille pensées vagabondent
réveillant mille ombres

Danse la vie qui s'éveille
s'animant de mille vies

Un poney étonné, la chèvre de Monsieur Seguin. la Mère Michèle qui n'en peut mais s'est étalée parmi les trèfles.

Un punk a crié
et sa crête dégouline
en rouge sanguine.

Le chat noir de Mélusine
prévient la chèvre insouciante

Le jaune a dessiné un soleil. Quelle drôle d'idée, des escarpins dans la prairie ! chante la blanche colombe au gracieux pégase azuré, se moquant gentiment de la dame étalée. Et la source en son pied ruisselle en flaque bleue.

Sur la page blanche
dansent toutes les couleurs
d'une lumière arc-en-ciel

La robe blanche est restée immaculée. Au milieu coulera une rivière

©Jeanne Fadosi
mercredi 20 septembre 2017




 




Il fait gris, il pleut mais un léger souffle voudrait bien chasser les nuages.
Et ils se dissipent  ces nuages ! Les entendez-vous chahuter,  rire, se chatouiller ?
Sentez-vous les couleurs du ciel se mettre en fête ?
Une folle sarabande s’approche, chacun voulant participer à la fête.
La joie est communicative, ils veulent tous avoir leur part de chahut, de rire et de chatouilles.
Les voyez-vous ces joyeux drilles ?
Il y a…
-          Le coq qui réveille son monde
-          La vache
-          La chèvre étonnées de tout ce remue ménage
Remue-ménage, remue-méninges !
Douce tempête d’idées qui chacune pointe le bout de son  nez et veut participer.
Voyez-vous  l’être au nez rouge, a-t-il puisé sa joie au fond d’une bouteille ?
Et la dame nue entrain de prendre un bain de lune va-t-elle se faire emporter par la sorcière bleue dans un monde aux couleurs passées ?
Allez les visions courage, jaillissez,  car dans un court instant, le léger souffle vous  aura vraiment chassées  et vous vous retrouverez bien penaudes devant une  page  blanche !

jamadrou






Le prince des nuages


Le prince des nuages, sur son cheval-bouc guerroie. Le dragon à tête bleue vient d’avaler la belle Fleur d’automne aux cheveux roux dont le prince est amoureux. Diamant vert, le chat fidèle de la demoiselle reste pétrifié au pied du coq à tête et ventre rouge qui chante la victoire du sérial-dragon. Ce premier avalé est sans aucun doute victime du syndrome de Stockholm.
Un chevalier de la lune, sorte d’ange gardien insoumis, poursuit le prince :  « ton combat est vain jeune inconscient, le dragon bleu ne rend jamais rien, comme le système capitaliste, il peut tout avaler sans être jamais malade et il va t’avaler à ton tour si tu persistes dans ta folie. Vois cette Mélisande aux longs cheveux verts qui m’accompagne. Oublie ta belle, viens la rejoindre. ».
Le drame est noué. Que fera le prince ? Et toi, lecteur, que ferais-tu ?

Adamante Donsimoni



Je vous invite à visiter les parutions précédentes car il arrive que des textes arrivent en retard et ce serait dommage de les ignorer. Ne m'en veuillez pas de ne pas vous rendre beaucoup de visites, j'ai beaucoup de difficultés à naviguer sur internet en journée, et le soir parfois je n'en ai plus le courage.
Mais j'apprécie vous lire, n'en doutez pas. AD



De nouveaux textes sont arrivés en commentaires. 
Je vous invite aussi à les lire. 
Je n'ai hélas pas le temps de revenir pour les intégrer à la page.


 

19 commentaires:

  1. Bonsoir la compagnie, une feuille, un dessin et autant de contes... ton prince des nuages est un peu un Don Quichotte, moi que ferais-je... tuer le dragon tel un saint Georges, oh moi je regarde tout ce monde dans mon coin !!! Merci, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parfait de s'accorder le temps de la réflexion. M.Seguin serait d'accord tant il est sage.
      Biz,JB

      Supprimer
  2. De la haute voltige !
    que des textes qui me remplissent de joie.
    Je sais que ce petit dessin en lisant vos regards danse la sarabande, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De magnifiques participations sur une œuvre ouverte. Merci de nous permettre de telles découvertes avec tes formes et tes couleurs, c'est précieux.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup cette encre de Jamadrou, j'ai commencé à lire, je vais revenir... merci Adamante

    RépondreSupprimer
  4. Je reviens, je te comprends le soir moi non plus je n'ai plus le courage, fatigue, douleurs, alors je prends du retard, excuses moi pour cela...
    Bises Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème ici tout doit être joie et détente. Les retardataires ont toujours leur petite place réservée au moment où je peux la leur faire, et j'y tiens.

      Supprimer
  5. Pas pu participer ! Mais je disais, quand j'ai reçu la proposition de cette semaine - voir commentaire sur Proposition pour la P.86 - tout mon intérêt qui ne se relâche pas. De belles créations qui éclairent celle de Jamadrou de lumières complémentaires !
    Je n'ai pu le mettre en mots, mais ce tableau évoque pour moi le superbe livre d'Eric-Emmanuel SCHMITT : Oscar et la Dame Rose.
    Je serais ta Dame Rose petit diablotin
    Et je viendrais te visiter
    Je t'apporterais un tableau du grand frère Chagall
    Et nous divaguerions
    "Tu vois Nannie, c'est la famille NODULE
    Ici c'est moi, j'ai mis une perruque orange
    Et là, c'est Nannie Rigolotte.
    Ma Nannie, elle me raconte toujours des histoire coquines, un peu comme toi, Nannie Rose. J'aime bien ma Nannie ....
    Oscar, s'est endormi pour toujours en rêvant d'animaux de toutes les couleurs, de Prince Chevalier, de fée Mélusine, de papas et mamans qui flottent dans le ciel.... Quand on s'aime, on est sur un petit nuage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un commentaire magnifique Dame Marmotte. Cette page est riche de A à Z. Sourire de 11h.

      Supprimer
  6. Une bien belle symphonie de couleurs et de personnages pour saluer l'automne qui se manifeste en été indien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ton texte, Jeanne, le lire et le relire...
      Comme cette page est belle. Je ne peux que vous remercier toutes.

      Supprimer
  7. Je l'ai posté sur Dans les voiles
    http://dans-les-voiles.over-blog.com/2017/09/museau-bleu.html
    Bises Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne manquerai pas de venir prendre un bol de cet air (dans les voiles, ce qui me suggère la mer).

      Supprimer
  8. Bonjour Adamante

    Même avec retard, je joins ici ma participation.Bravo à toutes et merci à toi ainsi qu'à Jamadrou.

    Paroles de rêves

    Trois petits tours de nuit et déjà l'aube claire où le rêve décroche les couleurs de la vie.
    Le jaune a le parfum des glaces à la vanille
    du soleil sur la peau
    de l'or de ses cheveux
    des tournesols charmeurs.
    Le ciel s'est dilué dans la mer aux écumes,
    chevaux enfin domptés,
    le bleu s'apaise
    se noie dans le couchant.
    Le rouge vibre au premier chant du coq
    dégouline de rage sur tous les corps meurtris
    hurle dans les arènes quand le taureau se meurt.
    Le vert a souligné l'ombre de ses épaules
    regard perdu sur l'horizon,
    fuyant l'arbre blessé, la prairie asséchée.
    Et le noir,la nuit épaisse, angoissante et profonde
    s'étire comme un chat à la pointe du jour.
    Couleur des rêves, mêlées, enlacées, presque vivantes,
    charriant les angoisses,l'espoir, les petits riens,
    longues étoles blanches parfois bordées de rouille
    du doux et de l'amer.

    Balaline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai écrit dans une de mes rèponses je ne manqurai pas de rajouter à un moment où un autre. Merci, Ballaline

      Supprimer
  9. Merci à tous pour le partage, j'ai beaucoup aimé lire, ici et/ou ailleurs les participations de chacun.
    Pas toujours facile d'être à l'heure. :)
    Passe une douce soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que dire de moi qui voyage si peu ces derniers temps pour saluer la fidélité des écrivains de l'herbier ? Je suis au dessous de tout comme on dit.
      Merci de tes visites, Quichottine, elles sont un rayon de soleil sur les herbes d'ici.😊

      Supprimer
  10. Je viens de lire cette page et les commentaires, je suis bouleversée : c'est magnifique !
    Je te comprends, ô combien, Adamante ! être constamment sur la brèche fatigue et la vie se bouscule sans qu'on ne puisse faire ce qui fait plaisir, bien souvent !
    Bon courage dans ton quotidien et merci pour ce blog qui réunit tant de talents !
    Heure un peu tardive pour te souhaiter une bonne nuit :)
    Je continue ma promenade solitaire chez toi

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -