Communauté de l'Herbier de poésies

vendredi 24 février 2017

La page 67 tout en profondeur




  Franz Marc "Chevaux rêvant" 1913 - Aquarelle sur papier


Rêve arc-en-ciel
d'une nuit chevaline -
sommeil bleu

***
Tendresse d’un soir
à l’écurie –
palette d’une berceuse

***
Songes équestres
aux rayons de lune –
verte espérance


©ABC








Le répit...


Cheval
Jeté dans la guerre
Tel l'homme
Où exister
N'est plus que survivre,
Périra lui aussi
Sous le feu d'la mitraille...

Alors, le temps
D'une courte trêve
Épuisé,
Affalé dans le chaos
Il songe, comme le troufion,
Au retour au pays...

L'herbe verte
Sous un ciel bleu
La ferme natale
Les sillons à tracer au champ
Même l'hiver y est plus doux
Que le chant des canons...

Il rêve,
Tout comme moi le poilu,
Le cheval de guerre...
Il rêve, le saviez-vous
Mon général...













Petit cheval couché
Bienheureux endormi
La douce jument brune
Veille sur ton repos
Tout un ciel pommelé
Recouvre la prairie
De bulles de nuages
D'ailes et d'appels
Petit cheval qui dort
Dans le bleu de tes rêves...







Sentent-ils venir l'orage
des heures sombres de l'Histoire ?

Quand vient la pénombre
à quoi rêvent les chevaux
aux heures bleues du soir?

Quelques abeilles attardées
tintinnabulent à leurs oreilles.

Bientôt les années
enfouiront hommes et chevaux
au fond des tranchées

Déshonneur d'humanité
pour l'honneur de leurs patries

©Jeanne Fadosi










Si j'étais peintre...

Imaginons le bleu le rouge le vert comme une trinité où dormirait la vie.
Du haut, c'est certain, la lumière jaillirait.
Les meilleurs  grands amis de l’homme seraient là, sereins
Dans ce calme offert par la trinité et sa lumière.
Ils éclateraient de clarté, même allongés, yeux fermés, là au milieu des verts pâturages.
Oui, vraiment, imaginons que je sois peintre. J’aurais fait de ma toile, ma campagne.
J’y aurais cherché la profondeur de mes rêves.
Et pour trouver cette profondeur,  j’aurais creusé
et j’aurais eu alors dans mon atelier un tas impressionnant de fatras, bien plus haut que moi !
Dans cette profondeur ainsi libérée, j’aurais pu déposer deux chevaux rêvant au paradis sur terre…












L'oubli est une barque tentante

Elle rêve la cavale, bleue, étendue sur le flanc,
Elle rêve aussi sa compagne qui, debout, s’abandonne à la tendresse du sommeil,
Pourtant ?
Qui rêve de l’autre, qui est dans le songe, et qui dans le réel ? 
La Vie et  la Mort sont, ici, en bataille.
L’espoir ?
Un songe fou, une bulle qui contient à la fois Tout, et surtout le Vide.
Point d’hommes ! Tout est animal : jusqu’au repos !
La Paix des bêtes endormies se mêle à la violence explosive des rouges.
Les teintes sont étalées en un combat où se tissent, lignes et plans, à l’équilibre.
Rayons de lune verts ou lampées de lumière brûlantes : les couleurs explosent
Dans l’économie du tableau. Il s’y inscrit jusqu’à la moustache du pinceau
Les lignes sont des contours flous et les transparences des limites instables.
Chaque porte est un four, une impasse. Quand les brasiers ont envahis la prairie.
L’avenir brûle et le présent l’ignore. L’oubli est, alors, une barque tentante. 
Mais vers où ? 

 Le 22/02/2017
http://decoeuretdencre.blogspot.fr/











Le petit cheval dort

Il dort et se confond à l’herbe, au soleil.
Il dort, il rêve.
Il dort.
La terre le berce
Désir de chevauchées débridées dans des paysages où la paix arc-en-ciel ensemence la vie en joie et en couleurs.

Il rêve.
Un autre, pour le réveiller ? lui murmure à l’oreille ses envies de galops dans des paysages sans frontière. Invitation à hennir jusqu’à l’infini de la lumière.
Deux crinières flottant jusqu’au bord du ciel, ivres de libertés.
Le rêve.

De l’autre côté de leur monde, un peintre les observe.
Il s’identifie à son œuvre.
Il se rêve cheval, assoupi dans une apothéose mystique de formes et de couleurs.

Rêveur rêvé engendré par le rêve.

Quelques lignes se déforment. Prémisses d’angles interrompant la courbe, évasion.
Il faut sortir du cadre !
    Il faut sortir du cadre !
        Il faut vivre la transcendance.

Les pigments explosent, irradient la feuille.
Les dimensions s’imbriquent.
S’évader !
Ne plus entendre ces grondements annonciateurs de ténèbres.
L’éclat, il faut l’éclat.
Mais bientôt, un autre éclat. La main vaincue déposera la brosse.
Ce sera le grand silence du sang versé.

Et là, sur le papier, couché, toujours rêvant, le petit cheval dort.
Je le regarde. Quelle lumière ! C’est doux comme un regard d’enfant émerveillé.
Mais, couché sur le flanc, son image m’évoque alors un tout autre sommeil.

Dehors le vent souffle sur ma nuit blanche sa vaine tentative de me masquer les grondements d’un monde au bord de la rupture.
Rejouerons-nous encore cette partition de cauchemar si souvent interprétée jusqu'à l’écœurement ?

Le petit cheval dort et se confond à l’herbe…
Mon cœur à la fois lourd et ouvert s’incline ; j’accueille.
Ma seule puissance est l’abandon, la vacuité de l’amour dans le non agir.

Le petit cheval dort.
Paix arc-en-ciel de la lumière.






Il est des fraternités,
Il est des fraternités qui ne se construisent pas sur les liens du sang.
Des fraternités qui ont la couleur du feu, ou de la nuit profonde.
Il est des fraternités choisies par l'oeil qui épouse les formes douces des collines violettes, la fougue du cheval bleu, le panache du renard, ou la nostalgie de la note bleue en demi-teinte.
Il est des fraternités qui n'ont rien à voir avec les gênes d'un clan, qui se créent au hasard d'une rencontre, ou à des siècles de distance.
Il est des fraternités plus fortes que les liens du sang quand se révèle frère celui que l'on attendait  le moins du monde sur sa route ...














18 commentaires:

  1. Bonjour Adamante, encore de jolis points de vue sur cette nouvelle proposition de tableau... peintre que j'ai découvert ! Merci et bravo à tous... jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant il manquait encore des textes. Pas facile toujours de gérer une page, alors je me demande comment tu fais. Belle fin de journée, JB

      Supprimer
  2. Comme toujours, je suis touchée par la page et les différentes approches des uns et des autres.
    J'admire.
    Certains poèmes me touchent plus que d'autres, mais tous sont beaux.
    Merci à tous pour cette nouvelle récolte pour l'herbier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Quichottine, de tes visites fidèles, cela me touche d'autant que je sais ton activité et que j'ai parfois bien du mal à gérer cette simple page. Mais il faut sourire, même quand ça bugggggg de partout, même dans mon neurone.

      Supprimer
  3. Que de la profondeur et du sérieux pour une peinture éclatante de couleur: nous sommes sérieux dans "L'Herbier"!

    Ce matin petits-enfants aidant, une odeur de chocolat flotte dans mes mots:


    Gourmandise de mon enfance
    Fondre de plaisir
    Collection d'images
    Le petit poulain galope dans ma tête
    Et  gambade depuis si longtemps
    Qu'aujourd'hui tranquillement
    Il dort auprès de sa maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un poème à lire aux petits enfants (en mangeant le chocolat ;)))
      Sérieux ? Peut-être, cette page a été pour moi une série d'oubli, de spams, de disparitions et il semble qu'enfin tout soit rentré dans l'ordre. Ouf !
      J'aurais bien besoin d'un peu de chocolat moi aussi.

      Supprimer
    2. Je me joins à Jamadrou pour t'en envoyer une louche !

      Supprimer
  4. J'ai lu les différentes interprétations puis j'ai regardé de nouveau le tableau, le rouge m'a alors sauté aux yeux, alors que pour moi ce tableau s'était immédiatement offert en vert et bleu... Je garde ma première vision en essayant d'y intégrer les vôtres, tout en restant imprégnée par cette représentation d'une paisible tendresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, la tendresse est tellement présente et nous en avons tant besoin. Belle fin de journée, Annick.

      Supprimer
  5. Bien sûr je n'étais encore pas là. J'ouvre et je vois ce tableau d'une très grand beauté. Je l'ai pris en plein cœur. De suite, je pense Rimbaud : Le dormeur du Val.
    Maintenant que j'ai écrit mon ressenti, j'ai lu les vôtres. Je m'aperçois que d'autres que moi, dont toi, ont eu ce même sentiment de mort, de guerre.
    Bonne journée Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peintre que j'aime beaucoup et, en effet, la mort apparaît, s'agissait-il pour lui d'une sorte de prémonition ?
      Amitié

      Supprimer
  6. Bonne moisson, une fois encore.
    Petite précision, cependant, sans grande conséquence. J'absous d'avance l'erreur! Le texte qui m'est attribué (Recueillement et Chimères) est bien le mien, mais il correspond à la dernière proposition (proposition 66, envoyée le 16 février à 15h49) .
    Pour ce qui est de la proposition 67, j'ai transmis le texte Mardi 22 de cette semaine, même s'il n’apparaît pas ici. Pas grave! Je ferai une publication sur Google+ ou mon blog, "ce qui compte est écrire" , plus en tout cas que d'être vu ici ou là.
    Merci pour le travail que représente cette mise en ligne de nos textes, cette sélection inspirée d'oeuvre qui nous conduit à écrire, à franchir le pas du témoignage et de l'émotion explorée par les mots.
    Amicalement à chacune et chacun .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je me suis posé la question en te lisant, mais comme je te l'ai dit un e-mail comportant tant de textes (et une tête sans doute un peu "ailleurs"), j'ai buggué moi aussi. Je t'en demande pardon. J'ai réparé la bavure et te remercie de ton absolution, je suis parfois un peu juste au niveau du temps et, entre les liens qui manquent, (une fois même un texte à aller chercher sur un blog, ce que je ne ferai plus), cela m'absorbe pas mal. Il va falloir que je trouve une solution pour unifier les participations, il n'y a rien de plus désagréable que d'oublier quelqu'un et je m'en veux.
      Amicalement

      Supprimer
    2. La solution ne serait-elle pas de dédier une boite e-mail (avec une forme donnée et exclusive : éventuellement préformatée) ou une page de blog réservée à ces textes donnés en réponse à une proposition: une forme de modération comme une autre, en somme!. Je suis personnellement prêt à toutes les adaptations facilitatrices:facilitatrice pour la personne qui se charge de la mise en page globale, c'est quand même le moins que l'on puisse faire, en tant qu'usagers et auteurs.
      Trop de possibilités et une bienveillance trop humaniste finissent par être douloureuses pour l'animatrice.
      Pourquoi aller jusque là?
      Pourquoi ne pas rendre les choses claires, précises et organisées au départ?
      Il doit bien y avoir une solution simplificatrice. j'y suis en tout cas prêt et favorable.
      Toute erreur de ma part ne sera née que de ne pas bien connaitre les besoins qui peuvent être les vôtres.
      Entre gens de bonne volonté et de bonne composition, il doit bien y avoir moyen de s'entendre sur une solution d'usage simplificatrice.
      Amicalement,
      Serge

      Supprimer
    3. La solution ne serait-elle pas de dédier une boite e-mail (avec une forme donnée et exclusive : éventuellement préformatée) ou une page de blog réservée à ces textes donnés en réponse à une proposition: une forme de modération comme une autre, en somme!. Je suis personnellement prêt à toutes les adaptations facilitatrices:facilitatrice pour la personne qui se charge de la mise en page globale, c'est quand même le moins que l'on puisse faire, en tant qu'usagers et auteurs.
      Trop de possibilités et une bienveillance trop humaniste finissent par être douloureuses pour l'animatrice.
      Pourquoi aller jusque là?
      Pourquoi ne pas rendre les choses claires, précises et organisées au départ?
      Il doit bien y avoir une solution simplificatrice. j'y suis en tout cas prêt et favorable.
      Toute erreur de ma part ne sera née que de ne pas bien connaitre les besoins qui peuvent être les vôtres.
      Entre gens de bonne volonté et de bonne composition, il doit bien y avoir moyen de s'entendre sur une solution d'usage simplificatrice.
      Amicalement,
      Serge

      Supprimer
  7. La solution serait peut-être en effet l'ouverture d'une boite e-mail dédiée. Je vais voir aussi s'il n'existe pas un widget spécifique qui pourrait convenir. En tout cas merci pour ta sollicitude. Ici tout le monde est assez cool et je suis certaine que nous trouverons une solution avec le sourire et la bonne humeur.
    Encore merci.

    RépondreSupprimer
  8. Encore un peu de temps, et cette journée de fada (je cause pour moi) sera passée !
    <> disait souvent mon beau-père !!!!!!

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -