samedi 10 décembre 2016

L'herbier de poésies, découvrons l'image 60




Voici un autre registre avec cette photo de Susi S, merci à elle de nous offrir son talent. 


À vos claviers, Chers Brins de l'Herbier.
En haïku, tanka, vers libres, prose... comme il vous plaira. 

Merci de vos participations et de votre fidélité.


photo  Susi S 





6 commentaires:

jill bill a dit…

Ok mesdames, on fait ça... joli noir et blanc de maison semblant abandonnée... ;-) merci !

jill bill a dit…

L'abandon...

Juste les murs
Quelques semblants
De fenêtre,
Le toit sans ardoise
Abrite un squatteur
De belle taille
Qui dort à la belle étoile...
Tandis que tout autour
Entre ombre et lumière
Court du buisson
De l'herbe folle
Du lapin de garenne
Deux clans de gamins
Et leur guerre des boutons...
La ferme agonise
Se nécrose au chancre
Sa terre ne rapportait plus
Que mille sou'ffrances,
A quoi bon y vivre
Si c'est pour y crever
Entre dettes et exploitation...

« A vendre »
Passe le temps
Il fait son oeuvre,
Juste les murs
Quelques illusions
De fenêtre
Et sans doute
Un ou deux fantômes
Blanc comme de la chaux...



jill bill


http://jill-bill.eklalblog.com















marine D a dit…


Un petit texte pour l'Herbier Adamante et cette maison envahie de buissons semble-t-il...@ + et bises

Le temps est passé
Sur la maison sans toit
Sans toi

Les ombres s'affadissent
Le soleil s'embrunit

Court la bise privée
Des odeurs de fumée
La cheminée sans feu
Ni lieu
Ni soupe odorante...

Absence funeste
Abandon

marine D

Quichottine a dit…

La photo est superbe !

Josette T a dit…

N° 60
Les arbres me cachent
notre maison abandonnée
depuis si longtemps

Je ne vois plus la cour, le hangar est fermé, la terrasse envahie par les arbustes qui ne sont plus taillés.
Les volets ont disparu, les vitres des fenêtres sont brisées...
Qui habiterait ici maintenant !
Tout le village semble déserté.
Parfois seules les âmes du passé errent encore quand le ciel devient gris.


http://lacachetteajosette.blogspot.fr/


Jeanne Fadosi a dit…

mon brin d'herbier 60 envoyé aussi en courriel contact :

Je n'ai plus de mots
pour dire leur désespoir

Est-ce le doigt du diable ?
alibi dérisoire
d'un immonde festin.

Je n'ai plus de mots.

©Jeanne Fadosi
http://fadosicontinue.blogspot.fr/search/label/l%27herbier%20de%20po%C3%A9sie