Communauté de l'Herbier de poésies

vendredi 21 octobre 2016

L'herbier, page 52


 




Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par mon texte. Quelle impolitesse me direz-vous.
C’est vrai, mais je le devais à l’héroïne de l’image, car ceci est une histoire vraie, le souvenir chaleureux d’une belle rencontre.

Alors vous me pardonnerez ?



Merci de vos participations si variées.






La petite rose rouge

Tache de sang
sur le rire des herbes
que la lumière éclabousse.


Elle rêvait d’un métier où glisseraient entre les fils de trame les mains expertes d’un lissier.

Fille d’une bouture oubliée, elle était éclose dans le massif où dominaient des rosiers de haute lisse. Elle s’épanouissait timidement, avec des allures de bouton avorté. Mais elle était tellement attirée par la lumière qu’elle avait décidé de devenir fleur. Passé sa première nuit, surprise : elle incarnait la perfection en miniature.
Des pétales jaunes, blanchis par le temps, étaient venus s’échouer à ses pieds, offrant à sa beauté un tapis de lumière.
Je m’étais arrêtée, je m’étais accroupie et, dans le silence de nos âmes, je l’avais accueillie. Puis, sachant la durée éphémère de sa vie, je l’avais « immortalisée », tout au moins le temps de ma propre durée, car il n’est aucune photo pouvant immortaliser sa prise.
Bien après qu’elle eut disparu, en regardant son image parmi la moisson de l’été, j’ai senti vibrer en moi l’écho de sa courte vie. Elle me parlait encore, elle vivait là, quelque part en moi. Alors, répondant à son appel, je me suis emparée de ses formes, de ses couleurs, j’ai tenté, avec mes modestes moyens, mais avec toute la force de mon âme, de satisfaire son attente : elle rêvait d’un métier où glisseraient, entre les fils de trame, les mains expertes d’un lissier.
J’en ai fait une image à la façon des cartonniers* et son rêve est devenu mon rêve.
Qui sait, un jour, un lissier* la regardant lui offrira un ultime hommage, une place entre les fils de trame de son métier où glisseront ses mains expertes.


*termes utilisés à Aubusson, capitale mondiale de la tapisserie où j’ai appris à dessiner.







Coup de tonnerre
Coup de sang
Coup de foudre
Coup de cœur
Un éclat de vie !









 Le personnage-machine et la rose de papier

Aléatoires roses de papier
Sur papier gaufré !

Cœur de sang,
Parmi les éclairs de façades aux blancs nuancés.
Ombres végétales floutées, illusoires ou signées,


Saisies en perspectives transparentes ou en modules compressés.

La géométrie de l’apparence est construite,
Elle imite et suggère,
Comme l’original des contes
Qui se lit dans les ogres de jardins.
Origami ! Montage composite : 

Personnage-machine d’un grand pas enlevé. 








La roumaine...

Rouge à lèvres
Appuyé
Ne voir que lui
Sur ce visage,
Œillade
Aux oiseaux de nuit,
Elle racole, muette
Sur la voie,
Plus une oie blanche
La femme
Du trottoir
Chignon en bataille
Elle te fait l'amour
Pour dix balles...

Rouge à lèvres
Appuyé,
Rose de Noël
Qu'on la nomme
La belle plante
Vendeuse de ses soleils
À minuit...










Une rose troublée
Incluse dans le magma
Dans les ruines, dans les pierres
Saccagée
Sa robe écarlate
Tâchée, repeinte
À l'unisson de ces êtres déchirés
Bombes meurtrières
Secousses et tremblements
La terre a dit non
Plus forte que les hommes
Reciselée
Diamants tranchants
Pas de pause
Dans l'horreur
Pas de quartier
Pas de paix









La Barbarie avait encore frappé aujourd'hui. Il fallait à tout prix qu'elle l'extirpe du tréfonds d'elle-même.
Elle saisit ses ciseaux, papiers, colle. Les formes sont aiguës. Sur ses lèvres affleurent les sons en un seul souffle d'Onitsura
"Mon âme plonge dans l'eau
Et ressort
Avec le cormoran"
Les formes aiguës s'ordonnent jusqu'à l'esquisse du grand oiseau .....
"L'homme est un rat pour l'homme"
disait ce matin l'artisan de l'abolition de la peine de mort
"Le rat, seul prédateur qui tue pour le plaisir de tuer."
"Mon âme plonge dans l'eau
Et ressort
Avec le cormoran"

Tu es responsable à jamais de ce que tu as apprivoisé. Et coupe et colle et taillent les ciseaux. Les formes se superposent.
Point final : la tâche rouge sang.





Nota - mon illustration sonore peut être "Le dormeur du val", poème de Rimbaud, chanté par Sapho

ou bien "Comme un p'tit coqu'licot" par Mouloudji
                 Onitsura : poète Japonnais



 



Et la danseuse danse danse
et son cœur chante chante
L'été autour du feu de joie
A l'automne dans sa roulotte
Son cœur est toujours gros comme ça.
Dans l'hiver elle fera le gros dos
En attendant le retour du printemps.








Un texte qui s'est perdu dans le flux et que je n'avais pas reçu comme je l'aurais dû, le commentaire semble être encore la meilleure solution, à moins que je ne trouve une solution pour vous communiquer mon e-mail, le voici avec un peu de retard, désolée, Jamadrou :

Ce lundi matin, il avait oublié de te dire combien il t'aimait.
Alors il a dessiné sur le grand miroir un coeur rouge.
Le lacet de son soulier était cassé
Doucement il s'est baissé
La terre s'est mise à trembler
Le miroir s'est brisé et tout d'un coup dans le silence du matin
Le plafond s'est effondré
Sa tête fut dévastée
Il a entendu ta voix qui l'appelait
Il a touché son coeur où étaient entrés les éclats de miroir de ton beau rire étoilé.


jamadrou le 16 octobre







15 commentaires:

  1. J'ai pris plaisir à lire ces variations autour de ce beau visuel.
    Bravo à tous et merci pour votre talent.

    RépondreSupprimer
  2. L'ordre de passage n'a pas d'importance Adamante, ta rose a su émouvoir, et comme d'habitude des écrits variés et bien beaux, merci encore et bravo à tous, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une si petite rose... et plein de feu, de danse dans les écrits. Merci, merci.

      Supprimer
  3. Il n'y a pas une façon de regarder la vie, mais il faut toute une vie parfois pour se rendre pleinement compte que chaque regard peut être unique sur une même quelconque réalité. Merci à chacune, chacun de nous offrir son regard singulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il faut du temps pour comprendre la valeur d'un regard émancipé. Merci, Serge.

      Supprimer
  4. La rose se laisse raconter, avec ou sans épine, elle se dessine différemment de plume en plume...instant magique qui se découvre avec plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi beaucoup apprécié tous ces regards et découvert des formes que je n'avais pas encore vues. Une vraie richesse. Merci, Annick.

      Supprimer
  5. Merci Adamante. Tu as encore ce souvenir troublant dans ton coeur et tu as su nous le montrer.
    De beaux mots pour un bel origami et pour cette fleur souvenir que tu as fait naître à mes yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, on pourrait penser à un origami. Origami, carton, les mots ont si bien dansé sur la forme. Bon week end, Pimprenelle.

      Supprimer
  6. Adamante
    je t'avais envoyé ma participation (mercredi soir je crois) via le formulaire de contact.
    Je ne la vois pas ici. Pas grave. Vous pourrez tous la trouver sur mon blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, Jamadrou, je ne l'ai pas reçue. La voilà à sa place. Encore merci de ces éclats étoilés.

      Supprimer
  7. Passant sur mes terres, tu y as laissé un commentaire imagé.Je te cite :
    << Un texte de haute lisse, tricoté de pensées d'auteurs, que j'apprécie particulièrement.>> Ici ma réponse : Je me cite (!)
    << Une belle image que tu exprimes là ! ..... Les textes proposés par les autres participants ne manquent pas de tenue ! des Poètes en "Herbe" qui aiment les mots, c'est incontestable. J'aime bien participer à cette activité dans ce groupe, assez homogène pour que je m'y trouve à l'aise. Une heureuse initiative ! Merci Adamante >>
    Et Merci à tous pour chaque mosaïque que forment tous les textes à chacune des Pages de cet Herbier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai répondu sur tes terres car je partage ton avis sur ce regroupement d'herbes à la "pensée sauvage". C'est pour moi un grand bonheur que de découvrir chaque semaine les mots qui viennent se poser ici, comme des hirondelles au printemps. Une moisson toujours de qualité. Belle fin de journée.

      Supprimer
  8. Les mains du lissier pour travailler le fil, les mots et les échappatoires que nous laissons fuser, et tout cela est très beau, merci Adamante

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -