Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 5 juillet 2016

L'herbier, page 48




 Une moisson "doudou", une moisson tendresse, une moisson magique. 
Un grand merci à vous.








La Madonne monstrueuse à l’enfant endormie

Elle donne à voir une belle tendresse
La Madone monstrueuse.
Elle porte comme  un livre ouvert
Cette enfant-poupée qui sommeille bouche ouverte :
Cheveux nourriciers, tête des poupées de maïs,
La fillette enseigne le ciel à la mère aux traits immatures,
 Quand  celle-ci  découvre la maternité de l’informe devenir,
L’émotion de l’innocence découverte.
Dans son manteau de tendresse  mauve,
Elle  offre un lieu de repos à celle qui vient de naître.
Toute d’écoute et de compassion,
La régente médite les mondes à venir :
Dans sa musette les épis d’or nourriciers
S’amoncellent comme les symboles d’une récolte future
À ses pieds comme des univers dans un cosmos
Des sphères translucides l’environnent de couleurs  
La tendresse est au-delà de l’apparence,
Le bras  maternant a quelque chose d’une aile d’ange.
Derrière la ride, sur son visage ébauché le bleu de l’azur,
Le rouge d’une bouche et l’infini d’un regard.  













L'ours et la poupée...

« Moi je dors
Avec nounours
Dans les bras »
Chantait Margot, hier encore...
Puis un soir
Gros soupirs
Elle est arrivée
Avec une fanfreluche
A la houppette jaune
Aux lèvres carmin,
Violette de son prénom...
Jaloux
J'ai cru le devenir
Moi le roi Colargol, détrôné...
Mais mise dans mes bras ;
J'en suis tombé en amour !

Depuis inséparables
Nous le sommes,
Elle aime mes yeux outremer
J'aime sa mèche canari...
L'ours et la poupée
La poupée et l'ours,
Il était une fois...
Encore et toujours amoureux
Même sans Margot
Devenue grande fille
Dans les bras d'un prince charmant...

















Sans titre
mais non sans tendresse

À la fête de l'école
doudou ourson
rencontre
doudou joli bec
belle plume
yeux de velours
de valse en slow
émus
cœurs battant
les voilà subjugués
envoûtés
demain ils se marient
pour ne plus se quitter

Ce soir à minuit
deux enfants dépités
ont perdu leur doudou
                             au bal de fin d'année











 

L'ours enlace la poupée, il voudrait qu'elle lui réponde.
Mais, perdue dans ses rêves, elle ne voit pas son regard tendre et ne sent pas non plus la douceur de ses bras.
Gardera-t-il son sourire malgré tout ?












Le rêve magique emporte l'enfant
Être maternel nourricier
Nounours providentiel
Vers le haut, vers les cieux
Là où les étoiles brillent toujours
Là où les bulles s'entrouvrent
Et découvrent un monde arc en ciel
Révélant des foyers secourables
Un univers sans violence et sans peur
Où une main secourable
Élève au-dessus des fureurs
Au-dessus des flots glacés
Dans la forêt profonde des simples
Au-delà des rejets nauséabonds
Là où un cœur d'amour
                                            Offre le meilleur de son être...


Marine 











- Écoute Seccotine, j'ai fait un rêve !
"Je suis toute ouïe Spirou, mais je ne peux te le dire !"
- Écoute ma douce, j'étais le naufragé.
Et toi Nausicaa, surgie des entrailles de la mer,
tu me berçais, me réchauffais à ton sourire
pendant que les autres femmes riaient en jouant au ballon.
               Un instant qui durerait l'éternité ...














À l’heure où les étoiles font descendre les rêves jusqu’au lit des enfants,
le sage tend l’oreille vers l’espace. Perplexe il s’interroge sur la finalité du monde. Sa grande main exprime un désarroi aussi profond que le vide après la douleur.
Venue du fond de sa conscience, comme une fée jaillissant de son âme et prenant forme juste pour lui, une voix lui murmure qu’il lui faut accueillir sans juger ni désespérer. Alors ses yeux se voilent, il se retire dans l’infini de la compassion, au-delà des sentiments qui bouleversent l’humanité.

Adamante







                                Les retardataires :




Au bout de mes nuits

Au bout de mes nuits sans sommeil
tu restes l'image apaisante
le ciel de lit de mon enfance
cocon tendresse
aux douceurs chatoyantes.
Ta main a le visage de l'absence
ce doux effleurement de tes doigts sur ma joue
avant tes longs voyages.

J'avais cinq ans
et le coeur en morceaux.

Balaline 




Au bal des saisons Été et Automne ont tant dansé, "temps" tourné
Qu’Été, étourdi par cette valse endiablée, a rendu l'âme dans les bras d'Automne éberlué.
Avez-vous saisi le pourquoi de ce début d'été pourri ?


Jamadrou




Quand on est tout petit, qu'on a la chance d'être né dans une famille et un environnement confortables, on ne sait pas l'immensité du monde, ni la cruauté humaine. Mais le bébé qui naît non désiré, qui naît, au milieu des décombres engendrés par des bombes, qu'éprouve-t-il ? Je ne sais et j'en suis profondément affligée. A-t-il au moins un nounours, une poupée pour se rassurer ? Et quelques visages tendres et des mains caressantes ? Pour le bébé, quel que soit l'endroit où il naît, le centre du monde, c'est lui-même. Il ne sait pas la course des planètes ni le cosmos qui prolonge ses mystères sans fin, dont il n'est qu'un minuscule grain.

Avant d'apprendre l'existence des planètes, le bébé qui a de la chance peut-être voit-il d'abord les boules de Noël, du sapin, qui s'impriment sur sa rétine ? Je repense à moi, petite fille, sujette à de longs moments d'insomnie dans mon lit, petite lampe allumée parce que je ne supportais pas l'obscurité. Déjà j'avais appris que la Terre tourne autour du Soleil et qu'elle tourne sur elle-même, et vite ! Cette nouvelle m'avait donné le tournis, ben oui, et je méditais là-dessus, parfois, dans mon lit. Et tout à coup, mon lit, la maison se mettaient à filer, j'en sentais la prodigieuse vitesse, justement, dans ces moments de la nuit où tout semble calme et immobile. Lorsque je confiai cette sensation à mes parents, je vis papa perplexe dans un premier temps, puis son esprit de "physicien" reprit le dessus et doucement il m'affirma que cela ne se pouvait pas, qu'on ne pouvait pas ressentir ces immenses mouvements, nous, posés sur notre planète. Je le crois et pourtant, maintenant encore je le ressens.

Et mon moi d'adulte vient de vérifier : la Terre tourne sur elle-même à la vitesse de 1100 km/h pour la France (les vitesses diffèrent selon l'endroit du monde où l'on se trouve), autour du Soleil à la vitesse d'environ 1750 km/h. Nous voyageons donc tout le temps, plus vite qu'un TGV ou qu'un avion de ligne, même quand nous sommes posés, sur un banc, dans un fauteuil ou un transat !

Telles sont les pensées que la superbe composition d'Adamante m'a inspirées. Quand tout vacille, ou tourne autour de nous, et que nous tournons aussi, emportés par des mouvements qui nous dépassent, rien de tel qu'une oreille amie attentive, un sourire tendre, une main enveloppante et le souvenir de notre plus ancien confident, un doudou poupée de chiffon, un nounours qui sait garder des secrets.

Lenaïg 




Tu as revêtu
ta grande cape de sauveteur du monde
Avec tes grandes oreilles
tes petits yeux rieurs
ta langue qui se tire sous l'effort
on voit bien Dumbo
la douceur de ton geste
pour relever la belle tombée dans les épis de maïs
crois-tu qu'au réveil
elle veuille bien de toi



Pimprenelle









 

17 commentaires:

  1. Ah oui alors... d'accord avec ton titre pour présenter ce "tableau"... j'aime le tout de ce mardi encore !! Belle imagination, au plaisir Adamante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La marque des jardins secrets de l'enfance, comme un voyage dans le temps. Amitiés JB.

      Supprimer
  2. Désolée Adamante, j'avais oublié.

    Saisi sur le vif.

    Au bal des saisons Été et Automne ont tant dansé, "temps" tourné
    Qu’Été, étourdi par cette valse endiablée, a rendu l'âme dans les bras d'Automne éberlué.
    Avez-vous saisi le pourquoi de ce début d'été pourri?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une réponse qui convient parfaitement, tout en pluie.
      Il nous faut faire une page pour appeler le soleil.

      Supprimer
    2. Là-bas, une page:
      http://jama.e-monsite.com/pages/mes-pages-de-juillet/incantation.html

      Supprimer
    3. Je ne sais si c'est ta participation, mais je rajoute à la page, j'aime !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Cos-mots, un beau florilège autour de la tendresse.

      Supprimer
  4. Place à la tendresse dont notre monde a tant besoin, j'aime la douceur de cette page doudous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une sorte de parenthèse cocon. Merci de ta présence, Annick. Je vais profiter des vacances pour rendre quelques visites aux participants.

      Supprimer
  5. "Accueillir sans juger ni désespérer", au fond c'est ce que faisait déjà Nausicaa, guidée il est vrai dans son rêve par Athena. J'avais peur d'être "hors sujet". Encore une belle moisson douceur. Rêve ? en tous cas encore une fois merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de mettre le point d'interrogation après Rêve. Qu'est-ce donc que le rêve ?
      Amicalement

      Supprimer
  6. J'aime énormément cette page et les participations de chacun.
    Merci pour toute cette tendresse, Adamante.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, j'ai lu ce matin chez toi ce magnifique texte qui parle de "Mémé". Pas de mots à rajouter, juste un j'aime.

      Supprimer
  7. Bonjour Adamante et désolée de ce nouveau retard( encore un problème de connexion !)et merci de ta patience.

    Au bout de mes nuits

    Au bout de mes nuits sans sommeil
    tu restes l'image apaisante
    le ciel de lit de mon enfance
    cocon tendresse
    aux douceurs chatoyantes.
    Ta main a le visage de l'absence
    ce doux effleurement de tes doigts sur ma joue
    avant tes longs voyages.

    J'avais cinq ans
    et le coeur en morceaux.

    Balaline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rajouté ton texte sur la page. Merci de ta participation.
      Belle journée.

      Supprimer
  8. De bien beaux textes retardataires.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -