Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 14 juin 2016

L'herbier page 46



MarHak nous fait rêver, un rien Miro sans aucun doute, sur Procol Harum, jusqu'au bout de la nuit.
Le grand  livre est ouvert, la joie comptée, mais allez donc débattre des goûts et des couleurs lorsqu'il s'agit d'une danse rituelle, à moins qu'une couleur arc en ciel sur un pot de confiture...

Allez encore merci, merci, merci à tous et bonne semaine !



MarHak - Partition de la vie 
Hymne à Miro - Formes funambules
acrylique sur toile 24x30





Le Klein caprice...

Dans une galerie d'art
Son regard se braqua
Sur un Braque...
Un rien Miro
Je me Courbet
Pour en voir le prix...
Pas de la p'tite Monet
Que j'en de Vinci... pâle oh !
Envie de crier
Tel un Munch !!
Ma Wallis, ne désires-tu pas
À la place un Buffet
La Klimt
Ou une Cabane pour le jardin ?
Non, mon ange Michel !
Soupir, ça va faire du Degas
Dans notre trésorerie
On finira aux œufs Bacon
Au Boudin sans pomme
Aux pissenlits du Chardin !
Je suis Modigliani...
Le Martiros du mois passé
Déjà dépassé... Jeaurat tout vu
Avec toi mon Poussin !







À livre ouvert
Dans un verre de glace
S’enflamment ses idées
En volutes colorées
Chaud-froid étincelant
D’une âme passionnée

















La commode.

Je me souviens
Dans le coin de ta chambre
Une commode blanche
Au mur un papier peint années 60
(nos jeunes le trouverait kitch à souhait)
Ton tourne disque était rouge
Tu écoutais les Bee Gees, les Beatles...
Quand j'arrivais
Tu mettais Procol Harum
Je me souviens bien de ce premier baiser...
Ferme les yeux, clique ici et écoute.


              Jamadrou






Tu vas danser, tu vas chanter
Belle gitane
Ton corps palpite
Au rythme des séguédilles
Rouge sang et notes d'ors
Jusqu'au bout de la nuit
Frappent les zapateados
Résonnent les guitares
Un tango langoureux
Terminera en beauté
Cette nuit de miel et de ferveur...

Marine

           
Et un autre pour ce beau tableau de M. Hakopian


Le grand livre est ouvert
Sous un vent de lumière
Porteur du son fluté
Des musiques berbères
Des mélopées andines
Des rondeaux, des cantates
Des appels, des grelots
Des poèmes effacés...

Le pages savent dire
Les moissons attendues
Les soirs couleur de jade
Et les ciels mandarine
Le grand livre est ouvert
Aux flammes de l'extrême
Chaque voie est inscrite
Chaque joie est comptée 
















Des goûts et des couleurs

"Quelle est ta couleurs préférée ?"
La question avait surgi comme un cheveu sur la soupe.
Vite, trouver une réponse ...
Ses yeux balayèrent le salon, s'accrochèrent au tableau, au dessus de la cheminée...
"Rouge"
C'était une réponse de hasard.
Il s'en empara pour reprendre son monologue dans une litanie hallucinée, lui attribuant ses pensées délirantes.
Échapper au filet de ses mots piège. Mobiliser sa propre pensée, en liberté.
Par chance son cerveau était capable de faire deux choses à la fois. Les mots entendus glissaient...
Écouter attentivement et se poser la seule question qui vaille : comment et pourquoi isoler une seule des couleurs de l'arc-en-ciel quand toutes se complétaient, se nuaient, se mêlaient sur la palette de la vie ?
Mobiliser les ressources de ses sens à l'appui de son imaginaire.
Rouge ...
Rouge coquelicot des talus bordant les blés dorés.
Soyeux de la robe velours de cette rose pourpre au parfum enivrant. Odeur plus délicate et sucrée de celles qui grimpaient en rouge vermillon à l'assaut du vieux mur.
Goût suave des cerises cueillies à même les branches au milieu du bourdonnement des insectes et des trilles des merles s'empiffrant dans la cime pour nous inatteignable.
Les rouges des fraises, des framboises, des groseilles, tous différents, et la bonne odeur de confiture envahissant la maison avant que l'écume encore tiède ne régale les gourmands petits et grands.
Enfin les mûres virant du rouge au noir et les premières calvilles rouges annonçant la rentrée des classes ...

       















Le livre blanc

Un gros livre tout blanc
à la portée du monde
soudain surgi du néant
Il faut chercher deviner croire surtout
pour découvrir la formule magique
Quelques tours de passe-passe
pour émerveiller les yeux des mécontents
libérer les couleurs de la vie
le jaune d'or des tournesols
les rouges coquelicots des blés mûrs
le blanc éclatant de l'innocence
puis danser danser danser
aimer aimer aimer
jusqu'au bout de la vie




         



Danse rituelle. 

Au lointain le rythme des percussions nous entraîne vers nos racines, et ça résonne au cœur du corps dans la chaleur d’une nuit universelle. Les notes s’envolent, se délient, serpentent, les peaux ruissellent leur parfum primitif. Les corps se cherchent, le trouble remonte du profond des âmes où le savoir disparaît sur l’autel des espèces. L’inexplicable en chemin s’écrit en arabesques de feu et d’eau sur les pages glacées d’un livre des origines. Le sacré se nourrit d’humeurs, de sang répandu sur la pierre, du martèlement hypnotique des tambours chaman explorant la Terre mère, exprimant la mémoire des abysses primordiales où le premier frisson fit exploser la vie. 
Livre toujours ouvert et pourtant invisible, révélé par l’expression spontanée de quelques lignes de soleil tracées sur l’expression architecturale d’une œuvre.





11 commentaires:

  1. Ah rien n'est évident au départ d'un tableau de le raconter, mais chaque mardi les aminautes sont au rendez-vous et avec quelle inspiration, bravo !!!

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Adamante
    N'ayant pas pu composer et publier mon texte car journée chez le médecin, je me permets de te livrer ce texte composé cette nuit ... Avec mes remerciements et surtout mes excuses pour ce retard..

    LE LIVRE

    Devant moi le Grand Livre était ouvert. Il m'attirait, une Puissante Force latente résidait en Lui !

    Grand conflit intérieur - choix douloureux à faire !

    "La vie a t elle un sens ?

    "Pourquoi tant de souffrances ?"

    C'était une nuit éclairée d'une lune rouge. Des éclats sanglants lunaires tourbillonnaient autour de moi. Tout s'allumait....

    Et voici que des Lettres comme de l'or en fusion s'arrachèrent du Livre en dansant, et pénétrèrent dans les profondeurs de mon âme.

    Je sentis soudain ma conscience fusionner avec le mot "LOVE" qui irradiait de compassion et d'un amour profond ?! Que se passait il ?

    Immédiatement, ma colère se volatilisa sous le choc, pendant que je vis dans une vision terrible des nuages noirs continuer de rouler sur la terre au milieu d'une violente tempête zébrée d'éclairs... Un grondement me fracassa de cette vérité absolue et brutale :

    "C'est aux humains d'éliminer la souffrance du monde !"

    Le Livre se dressa devant moi comme un mur en irradiant une lumière aveuglante et j'étais submergée comme dans un océan en fusion... Tout mon être était secoué par des pulsations indescriptibles...

    J'étais terrorisée ! Puis une Voix douce surgit du Livre :

    "Choisis maintenant !"

    Tandis que "LOVE", ruisselant comme soleil en lettres de feu et d'or, folâtrait dans le ciel, chevauchant les nuages noirs.... et le monde fut peu à peu revêtu d'une Beauté sans pareille !

    J'étais émerveillée !

    Un flot d'énergie se déversa dans mon corps, ma conscience s'élargissait de plus en plus et j'eu soudain l'impression d'être en AMOUR avec le Livre, avec le Monde, avec moi-même.....

    Le Livre veillait sur moi et me protégeait !

    C'était comme une Intelligence Universelle qui m'enlaçait de ses bras....

    Expérience de l'UNITE de TOUTES CHOSES.... dans laquelle je m'abandonnais avec une Joie immense !

    "LOVE" m'emmaillotait de voiles de tendresse, de douceur, de paix et c'était comme si toutes mes digues se rompaient au plus profond de moi dans un grand flot d'énergie puissante qui déferlait en mosaïques de lumière en mon être...

    Alors je promis au Livre d'être ma Source continuelle de méditation et d'inspiration !

    Luciole

    RépondreSupprimer
  3. Riche palette de poésie
    où le froid et le chaud n'a pas fait de tiède.
    Tout est beau.

    RépondreSupprimer
  4. Des merveilles encore une fois sur cette page.
    Le tableau ne me parlait pas, mais il l'a fait à d'autres.
    Bravo à tous ! C'est superbe !
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer
  5. Les peintres sont des enchanteurs: sous la couleur de leurs pinceaux, ils écrivent la vie en quelques lignes; en quelques vagues et couleurs, appliquées avec méthode ou liberté, ils rêvent le monde.
    Et les poètes, de leurs mots, nous apprennent que les yeux sont menteurs.
    Ils lèvent les apparences et dans le flou des jours, derrière les images qui s'affichent, ils disent leurs vérités; non celle des savants, mais celles qu'éclairent leur cœur blessé.

    Merci les artistes!

    RépondreSupprimer
  6. Que j'ai aimé ! Bien ri avec la valse des artistes de Jill, Bien apprécié le cocktail chaud-froid de ABC, merveilleux Beatles de ma jeunesse ... merci Jamadrou, adoré le Tango et la musique berbère de Marine, retourné en enfance dans les champs de coquelicot et grimpé dans les cerisiers avec Jeanne, cherché la formule magique dans le livre de Balaline et dansé à corps perdu bouleversée par les percussions de Adamante....
    DEs merveilles !
    Bravo à vous et merci... Si avec tout cela je ne guéris pas !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Merci Adamante, c'est épatant tout a fusé pour brosser de beaux tableaux virtuels !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. Au bal de la peinture,de la danse,de la musique, de la gourmandise et de l'amour, que de délicieux moments de partage ! merci à toutes.

    RépondreSupprimer
  9. Une œuvre aux nombreuses facettes, joliment mises en valeur par chacun des participants... Un plaisir de pouvoir venir aujourd'hui lire ici tous les textes.

    RépondreSupprimer
  10. je reviens doucement sur les blogs après une dizaine de jours fort occupés. Merci encore pour cette page, ces pages où j'ai toujours autant de plaisir à découvrir ces brins de poésie. Alors ton retard pour la proposition suivante ne me choque pas du tout. Je ne fais pas grand chose et j'ai pourtant toujours l'impression de courir après le temps.
    Les autres participants m'excuseront sans doute si je tarde à venir sur leurs pages personnelles. Je me suis fixée une durée par jour à ne pas dépasser devant l'écran d'ordi.
    En attendant et en dépit de la météo je vous souhaite à tous un bel été

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -