Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 3 mai 2016

L'herbier page 42


Des eaux émergent une moisson généreuse, variée, contrastée que je vous laisse découvrir sans rien ajouter d'autre que : merci pour tous ces textes où sourire et réflexion se partagent les lignes.
Belle aventure que cet Herbier de poésie.



Récréanote Adamante





Le diable des eaux...


Un nemrod vicelard
De cent années vieux
Usant de ruse
Entre deux eaux nage
Imitant le bois mort,
Son oeil émerge
Tel un périscope
Et sans faire de vagues
S'avance vers la rive...
A la tombée du jour
Gazelles s'abreuvent,
Il va leur tomber dessus
Desserrer une gueule
Aux mille harpons
Crocs de crocodile
Mécanisme mortel
Qui écrabouille peau et os...

Noir comme ses desseins
Dans l'onde sombre,
Noir comme la faucheuse
Il est le diable des eaux...






 
On dit que les crocodiles ont des larmes...
Celui-ci, à ne pas en douter, pleurait.
Que lui avait-on fait ?
Une sorcière avait transformé en chiffons la peau dont il était si fier.









Ada a vu un diamant brut
Surgi du volcan
Œuf en gestation
Scintillante gemme
Bulles et particules
Fluides sphériques
Fulminances


Sa robe flammée de pourpre
Transfigure le bleu de la nuit
Qui ouvre son baiser
Pour on ne sait quelle éclosion...









Voilà ma participation, renvoyée dès la parution de ta proposition au poème de Victor Hugo et que m'inspire l'actualité du moment et la dissymétrie de traitement l'information entre la mort d'une célébrité aussi talentueuse que sulfureuse et celles des noyés de la méditerranée qui n'auront bientôt même plus le droit à quelques lignes.


"L'œil était dans la tombe"
et la tombe est la mer
la mère ogresse
qui se nourrit insatiable
des désespoirs errants.


"l'œil [sera] dans la tombe"
et la tombe sera livre
à l'aune de l'Histoire
plus sévère sans doute
envers ceux qui passifs
auront détourné le regard
figé les mains tendues
l'Histoire qui taira
car l'Histoire est oublieuse
les basses collusions
des intérêts supérieurs
et des mafias.


"L'œil [est là] dans la tombe"
la tombe est ascenseur
la blanche neige a eu raison
du petit prince surdoué
qui est trahi encore
dans sa mort
en célébrant de lui
son avatar d'opérette
icône désincarnée
bien malgré lui
taisant les cinq cents autres
et la peine de ceux
pour qui ils étaient chers
et leur chair
et leur âme.





 
 Trois haïkus différents pour célébrer l’image :


Silhouette de femme
au firmament nocturne –
vogue la tortue bleue










Plongeon de lune
au pied de sa reine
apparition virginale






 










La terre tourne
sur un lit de perles bleues
un ange passe  


















Le Monde nouveau
 

Entre le bleu des océans et le gris du ciel
Une bulle attend
Autour d'elle des millions de point en suspension
Prennent le temps de l'observation.
Qui aura la force ou le courage de pénétrer la bulle
Ce lieu magique où les élus :
Points en suspension gonflés de résistance
Trouveront un refuge propice à la méditation ?
Méditation puis lente construction
De la suite de l'Histoire du monde.
Une suite qui voit déjà sa route toute tracée
Passerelle striée de rose
Posée entre mer et ciel.
C'est écrit ici :
Le Monde Nouveau puisera ses ressources dans l'océan.
                    










Il était comme un bateau sans capitaine, comme une tête ballottée de naufragé au cœur d'un monde obscur, un monde de tribulations.... au plus fort d'une pensée gélatineuse réduisant au silence le génie au profit de l'individu conditionné et passif...

L'angoisse l'ébranlait sans relâche dans cette immensité sans bornes, désertique, monotone, de l'Océan mièvre de la dégradation de la pensée, du formatage des esprits précipitant les regards des hommes vers l'indifférence totalitaire, favorisant l'exclusion.

Les yeux clos fermés sur toute cette idéologie envahissante qui ne permettait plus les trouvailles des chemins buissonniers, il laissait échapper son souffle bulle à bulle, comme un ballon qui se dégonflait lentement... Plus rien n'avait d'importance !

Bonhomme têtard étrange obligé d'évoluer dans la mare boueuse des principes économiques industriels voraces qui entendaient imposer leur gestion comptable sur tous ses désirs, son esprit, son cœur et même sur son âme.

Sombre monde qui pesait massivement sur son être ! Il pouvait à peine respirer !

Au plus profond de lui, il entendait sourdement les cris discordants des myriades d'enfants de la Terre auxquels on voulait couper le son...

Son cri à lui, c'était l'inertie ... qui ravageait son avenir !

Comment pouvait-il vivre dans un monde qui est tellement le contraire de ce qu'il devrait être ?

Quelques fois le rêve le cueillait en son île salvatrice... fronde intellectuelle rejetant au-dehors l'orage de ses vies inaccomplies... où son "Moi" narcissique triomphait, grandiose et exaltant, sous l'emprise de l'inconscient, roulant sur les gloussements sonores de ses bulles d'illusions qui sortaient de sa bouche.

Puis peu à peu, têtard baignant dans le liquide primordial dans lequel s'articulait son incommensurable besoin d'amour, non plus rythmé par sa propre respiration, mais par celle de sa mère via un cordon ombilicale qui la tenait serrée debout à ses côtés, matrice sanglante omniprésente....

Et les bulles de respiration devenaient langage en cœur à cœur, son oxygène....











Hooooo Hisse! Hooooo hisse!
Allez les gars, encore un petit effort! L'union fait la force
Hooooo Hisse! Hooooo Hisse!

 
- Ouais, toujours les mêmes qui s'y collent, râle en sourdine Gros Grain Gris
- Oh toi, du moment qu'il faut travailler, tu n'es jamais content, souffle Petit Grain bleu.
- Tu ne vas pas me dire que tu te régales à t'user la peau depuis deux cycles? Et puis d'abord, à quoi ça rime de faire rouler ce rocher?
- L'exercice, c'est bon pour la ligne. Grâce à ça, la mienne est sans défaut. Pour ce qui est du rocher, si tu écoutais Grain Capitaine, tu saurais que c'est vital pour la communauté.
- Vital, grimace Gros Grain Gris.
- Oui mon cher. Il faut boucher le trou remuant
- Encore! Mais je croyais le problème réglé depuis longtemps!
- On ne sera jamais tranquille tant qu'il ne sera pas adulte.
- Ah ce gosse! A toujours courir partout, il ne récolte que plaies et bosses. Et qui est-ce qui doit réparer les dégâts? Nous, les défenses immunitaires!
- Tais-toi et pousse!

Hooooo-Hisse! Hooooo-Hisse!
Allez du nerf! Nous y sommes presque!
Hoooo-Hisse! Hoooo-Hisse


















Présence à l’Indifférencié.


Dans le brouillard et la tourmente,
Femme d’oblation et de piété,
Abandonnée, et sereine,
Les pieds fichés aux raideurs d’un réel de pierrailles,
Elle reçoit la sphère du sacré.
Quand la profondeur se lève au cœur,
L’Ego triste s’efface.
Et la tête aux vents d’orage,
Offerte et sereine, 
Il ne lui reste au cœur qu’un sentiment pâle
Où s’abîme l’ongle qui griffe la pierre.
Et la tête, aux vents d’orage offerte.
Sereine, elle qui contemple en amour et silence,
Elle porte à jamais sous ses pas légers,
L’essentiel comme une offrande.








Tout au fond de toi
Blotti
À l’écoute
Mes yeux étaient fermés
Pourtant je voyais des couleurs
Du gris
Du noir
Du rouge
Un jour
Je me suis senti glisser
Je n’ai pas eu le temps de voir des couleurs
Il me fallait faire tellement d’efforts
D’un seul coup
Tout est devenu lumineux
J’étais né
Un jour qui devait être bien gris
Dans ma jeune vie
Rappelle-toi
Je t’ai demandé si je pouvais retourner
Tout au fond de toi
C’est une chose vraiment impossible
As-tu dit










Une image pour porter ces mots en réaction à certaines manières d’être « tellement tendances. »


La bonté du masque


Roulent les flots d’un monde moussu de détergents stériles.
Vitrine d’un entre-soi de bien-pensants se penchant sur les misères du monde, se félicitant de tant de clairvoyance, se congratulant de tant de générosité.
Et pendant ce temps, le prisonnier innocent continue de croupir en sa prison plurielle, celle de tous les horizons fermés où n’arrive pas une note de ces voix, justes capables de gonfler les gosiers sur la mélodie de l’ego.
Le chant de l’oiseau, incantation au lever du jour, a bien plus de force pour ouvrir la porte des geôles. Cette force-là, cette magie sans calcul, a la grâce de l’amour qui se donne par amour.







11 commentaires:

  1. Ah qu'en dire encore, sinon un Herbier riche de ses participations qui surprennent chaque mardi, les plumes ont de l'imagination comme tes illustrations, bravo !!! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Que de regards différents sur une même image ! Magie de l'herbier-poésie qui se renouvelle avec bonheur chaque mardi...Je ne la regarderais plus comme hier.

    RépondreSupprimer
  3. un rendez-vous comme dit Jill riche de ses participations et aussi de leur réunion
    merci et bravo

    RépondreSupprimer
  4. Tu vis dans l'ombre bleue des rêves insoumis
    sentinelle paisible en garde de ses clés
    Où sera-t-il demain ce trésor de partage
    à la blanche alliance du pur et du serein?
    Comme gouttes d'amour parsemées sur le sable
    gardiennes de la vie, de l'espoir
    tu retiens les "peut-être"
    les lendemains heureux des hommes en devenir
    Et l'ombre bleue frissonne aux battements de joie
    aux doux mots d'espérance qui flottent sur sa peau

    Alors, fermer les yeux pour retenir l'instant...

    Balaline
    http://balaline.eklablog.com

    Désolée Adamante, mais je suis encore la retardataire de la semaine; merci pour tout.

    RépondreSupprimer
  5. Bonne fin de soirée !
    https://www.youtube.com/watch?v=QtFPdBUl7XQ

    RépondreSupprimer
  6. Plongés dans nos nuits noires, effrayés, tâtonnants, nous allons, si souvent, quêtant une lumière, une direction, un bras simplement où oser nos petites confiances, une oreille où crier nos peurs. Pour assurer nos pas, et poursuivre le déroulé de nos chemins.

    Entendre d'autres voix parler de cœur et porter des doutes est peut être la plus rassurante des évidences.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Adamante,

    Comme à chaque fois, je suis admirative face à tant de belle diversité. Comme un groupe de dix peintres face au même paysage, disposant d'un même matériel qui au final offrent dix interprétations très personnelles de la réalité. Une expérience excitante et riche souvent vécue.

    J'ai beaucoup aimé lire ce florilège.
    Merci et bravo à tout le monde
    ;)

    RépondreSupprimer
  8. Lune toute ronde
    étoiles dorées à sa traîne
    promesse à venir.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Adamante, un beau rassemblement !
    Bises du jour

    RépondreSupprimer
  10. L’œil du voyant
    ne retient pas ses larmes
    sur l'humanité

    RépondreSupprimer
  11. C'était un très beau défi, et j'ai beaucoup aimé chaque participation.
    Merci à toutes.
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -