Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 12 avril 2016

L'herbier de poésies, page 41


  En suivant le chemin de plates-bandes gourmandes, 
une p’tite cousette, 
jolie comme un bouton de nacre 
ramasse des morceaux de vie, 
des p’tites cassures de temps, 
qu’elle colle sur un batik de Selva Veeriah. 

 Mais une odeur de café, flotte dans l’air du printemps...

"Tuit, tweete" ! Chante le merle. 

Alors elle abandonne son ouvrage 
pour une tartine de beurre. 




                                                                              Bonne lecture et belle semaine.

 






Pétales oiseaux
Petits moulins
Tournent et volent
Au vent fripon
Fleurs de pommiers
Matin d'avril
Respire à fond
Je te le dis
La vie est belle


 
 
De chemin bleu en chemin bleu, Madame Croquandise déposait, tous les matins, quelques savoureux délices pour garnir ses plates-bandes gourmandes, les fleurissant de berlingots, de sucettes, de caramels, de pistaches et autres friandises.
Chaque oiseau de passage, voletait dans ce labyrinthe exquis, vers son biscuit du jour… Sur le chemin de l’école, les enfants dévoraient la vitrine des yeux…
Le salon de thé de la pâtisserie vivait toute l’année au rythme sucré de ses confiseries.







La robe...

Au marchand d'étoffes
Jambes à son cou
P'tite cousette de vingt ans
S'en court telle une Perrette
Des rêves plein l'ciboulot
À singer à la Singer,
Corsages neufs
Dans les vitrines du Printemps
Et autre magazine Mod'elles...
Des fleurs, des oiseaux
Du rose, du bleu
Des boutons de nacre,
Les filles sont jolies
À la belle saison dit une chanson...

Drelin drelin
Et s'ouvre la porte
Du marchand d'étoffes Ali,
C'est comme une caverne
Elle en reste baba
Impressionnée
Au milieu des tissus
De toutes impressions...

Son index a choisi, sans hésiter,
Un batik Selva Veeriah
Pour une robe, pas si sage,
À faire se retourner un saint...









Dans la cour du Lycée français, les élèves tweetaient furieusement durant la pause. Seul dans son coin, assis par terre, un crayon entre les dents, son carton à dessin sur les genoux, Marco rêvassait. Ils allaient devoir tout réaliser, de A à Z ..... de la création du tissu à l'objet fini.

- Tui ... tui, tuiT ..

- Twweet tweet !

-TUIIIIIT

-Tui, tui, tui TUITUITUIT ! ....

_ ..........

- TUIiT ?

-Tuituituitui Tweete ! ..............................


Traduction :

- Salut ... tu l'as vue ...

- Je lui ai même causé !

- NON TU EXAGÈRES

- C'est MA Fleur. Ma fleur TU ENTENDS ! ....

- (Un Silence) ..... .....

- Tu m'as bien compris ?

- ..... ça va ça va cause lui tout seul à ta fleur ................

Elle se promenait dans ses plus beaux atours ! Elle était fière de son nouveau sari. La douceur des beiges et des marrons qu'atténuaient encore les vieux rose et les gris bleutés, mettait parfaitement en valeur son teint mât. Elle le savait. Encore une fois son artiste d'ami avait réussi un imprimé qui ferait fureur à l'automne.

- Ma Fleur ... il n'y a que moi qui ai le droit de lui causer !







 


Écoutez l'histoire d'arbres en automne
qui cachent des morceaux de vie en rose et en bris.
Bris, brisures ou cassures?
Vitrail du temps sur nos soucis
Transparence du verre
Éclats de rire éclats de verre
Du vert, il n'y en a pas!
Le printemps est encore loin de là.
Pourtant des oiseaux tournent,
ils sont messagers de Joie
Des oiseaux sifflent autour des branches
merles chanteurs
merlin l'enchanteur
Ils enchantent la vie des couleurs de leur mélodie
ils sont merles en mon cœur.








NAISSANCE DU "JE"


Dans ce rêve céleste traversant des profondeurs obscures sourient des Espaces de liberté qui sentent bon le vent printanier.

Partout explosent les couleurs de la vie au cœur d'une douce et chaude lumière frémissante d'amour.

Étrange transe végétale !

Efflorescences de rameaux aux formes variées, glissements fuyants de feuilles bleues au gré du vent, solitudes graciles de tulipes en rangs serrés en déroutantes balises sur un chemin tronqué...

Et comme un prétentieux langage, de curieuses marguerites qu'une main impulsive invisible aurait jetées à la volée sur ce fond végétal au dernier moment...

Sur l'une de ces marguerites est tombé comme le rire d'une grâce divine, heureuse et fraîche élue auréolée d'ivresse, née d'un souffle qui l'élève et l'émerveille...

Dans la lumière de son cœur... le "JE" se créé ! le "JE" qui fascine, comme un mystère qui domine... le "JE" comme une graine qui aurait pourrie en terre, qui aurait germée et s'épanouit enfin !

Un "JE" qui a encore besoin de l'Humilité de la Terre, si frêle en apparence, mais qui crie déjà très fort son bonheur à l'Appel qu'il n'entend pas encore...

L'élue, en sa brillante parure, entend les gémissements de ses pâles sœurs aux yeux clos encore sur leurs rêves obscurs.

Son cœur bondit de tendresse pour sa familière fratrie, et le "JE" frémissant de sa pétulante jeunesse s'inquiète soudain....

"Elles me ressemblent tant ! qui suis-je parmi elles, qui sont elles ? qui est l'autre ?"

Dans le doux refuge de sa verticalité, l'élue voudrait avoir des ailes, tant elle a besoin de ce qui est éternel afin d'exister...

La lumière lui vient alors des quatre points cardinaux en voletants petits oiseaux lumineux qui lui murmurent tout bas :

"Ne crains pas Je suis là !" dit l'un

"Ne crains ni les épaisses nuées, ni les orages violents, ni les tempêtes sournoises... ni la vastitude de la solitude..." chuchote l'autre

Ne crains pas d'y perdre tous tes repères... Car Moi, Je suis là ! "Va pas à pas ! " affirme le 3ème


Et quand ton pas sera affermi, toi, tu affirmeras le pas de tes sœurs, car de tes sœurs tu es solidaire ! Ai-je répondu à ton attente ?" lui confie le 4ème....









L’éclosion des marguerites

À l’horizon
au soleil du matin
derrière les fleurs
une porte s’ouvre
parfum de café
de tartine
de beurre
un rideau frémit
à peine une onde
la main d’une Pénélope peut-être
lasse de son ouvrage
au jardin
un oiseau appelle
juste une note de printemps
un désir de nid
la paix dans un rai de lumière
mais soudain
une Cléopâtre des champs
le front ceint d’un diadème
sourcil feuille
lèvres bleues
apparaît
la reine du printemps préside
à l’éclosion des marguerites.






Le coin des retardataires




Une page de vie étalée au soleil
odeur de fleurs séchées
des printemps envolés.
Déjà,
une ombre brune se dessine
brodant tous les regrets:
pétales fins des frissons printaniers,
légers, légers à accrocher les rêves
lignes sinueuses des amours cabossés
couleur sépia de l'étoffe du temps
mille fois déchirée,mille fois reprisée
quelques rides encore pour offrir un sourire
un nouveau chant d'automne sur le pré défleuri.


Balaline




Et puis, une fois n'est pas coutume, il y a des rimes,  une comptine qui m'a ravie :








Ma très âgée voisine bretonne
dans une veille robe en cretonne
par grand souci
d'économie
elle a cousu
au point de Jésus
un tablier fleuri
pour ce printemps qui en rit
tellement de bon cœur
que s'en est tout un bonheur...


 
Yeodi       

15 commentaires:

  1. Bonjour mesdames... Cette page commence sur un melting-pot, bien joué ça Adamante et encore bravo à toutes... un mardi doux tel un printemps; accompagné par de la musique... JB

    RépondreSupprimer
  2. Tout me plait tartine et café, Tuit Tweete, batik de Selva, naissance du je, désir de nid, mélodies de merles, une Cléopâtre des champs, l'éclosion des marguerites, un bonheur ! C'est le printemps qui émerge enfin avec ces fleurs...
    Amitié Adamante

    RépondreSupprimer
  3. Que c'est joli !
    Tout dans un style très différent, mais j'ai adoré lire ta page.
    Merci à toutes.

    RépondreSupprimer
  4. Comme le printemps est beau jaillissant des plumes des internautes !
    Merci à Selva Veera de nous avoir permis de laisser fleurir notre imagination !

    RépondreSupprimer
  5. C'est tout un parterre de tendresse printanière ! Un magnifique patchwork coloré à toutes les imaginations fertiles des plumes aminautes .... et que c'est beau, mais que c'est beau !!! Je raffole de vos interprétations si libres qui savent vous détacher de l'image sans pourtant vous en éloigner... Grâce à vous, je vais apprendre à voir derrière l'image sans la dénaturer. C'est formidable !
    Merci à vous, un grand merci à Adamante et à Selva Veera et bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Les joies de la chouette

    ma très âgée voisine bretonne
    dans une veille robe en cretonne
    par grand souci
    d'économie
    elle a cousu
    au point de Jésus
    un tablier fleuri
    pour ce printemps qui en rit
    tellement de bon coeur
    que s'en est tout un bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien qu'avec rimes, je vais rajouter ton joli poème à la suite des autres.
      Tout ce qu'il faut savoir sur l'herbier est ici :
      http://imagesreves.blogspot.fr/p/communaute-lherbier-de-poesie.html
      Merci Yeodi, belle soirée.

      Supprimer
  7. Encore une fort belle moisson ! quel bonheur !
    Comme dans une chorale,où chacun garde sa personnalité tout en chantant d'un même souffle.
    Une belle symphonie printanière !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'image de la chorale où chacun apporte sa couleur sans jamais écraser l'autre. Merci aussi pour la découverte de cet "oiseau" si talentueux. J'ai beaucoup aimé.

      Supprimer
  8. oui une bien belle potée fleurie où les oiseaux peuvent bien chanter le printemps bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jeanne, c'est en effet une "belle potée". À bientôt j'espère.

      Supprimer
  9. Comme tu as bien fait de recréer Adamante. L'herbier est un creuset.
    Toujours d'aussi belles plumes.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pimprenelle, je suis d'accord avec toi pour les belles plumes, même si j'ai bien du mal à rendre les visites. Amitiés.

      Supprimer
  10. Bonjour Adamante,

    me voici de retour.
    Que c'est beau tout ça! Ce qui est très intéressant c'est également l'extrême diversité des styles. Pas de lassitude. L'esprit reste en éveil.
    Bravo à tout le monde
    ;)

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -