Communauté de l'Herbier de poésies

mercredi 23 mars 2016

L'herbier, proposition 39

Pour mardi prochain, une nouvelle image. Que l'inspiration soit avec vous.
Belle semaine et n'oubliez pas, bla, bla, bla...  tout ce qui est nécessaire pour me faciliter la mise en page.

Je compte sur vous.

Merci de votre participation.









22 commentaires:

  1. Ok Adamante, avec le http !!! Bonne nuit !

    RépondreSupprimer
  2. Regrets éternels...

    A feu et à sang
    On a mis un morceau de cité,
    L'esprit des morts
    Flotte au dessus des décombres
    A la touffeur de pandémonium...
    Là, fantôme d'une femme
    Paupières closes pleure
    Son printemps fauché
    Comme quille dans un jeu,
    Le jeu de quelques sanguinaires...

    A l'aube avec les autres
    S'en allant gagner son pain
    Elle perdit la vie,
    A l'aube, matinale et ignorante
    Elle allait à l'abattoir,
    Bétail pour ces bouchers...

    Sur les lèvres des vivants
    Son nom ricoche, incrédules,
    Tandis que sur la pierre
    Un marbrier déjà s'exécute...

    Porter le noir du deuil
    Sur soi et à l'intérieur
    Et laisser sur une gerbe
    Des mots qui font mal, mal,
    « A notre fille, regrets éternels »


    jill bill


    http://jill-bill.eklablog.com






































    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Adamante,

    Superbe cette image. Que les muses soient avec nous!
    ;) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Martine, vas-tu participer ? La page est prête pour paraître demain 9h.
      Belle soirée.

      Supprimer
  4. Un rêve souriant, j'aime beaucoup.
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer
  5. Bon... C'est ma première participation... je demande indulgence...
    A bientôt
    Denis/margi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, Margi Mond, je n'ai rien reçu, la page paraît demain 9h.

      Supprimer
  6. Une bourrasque
    cheveux au vent
    le regard se déchire
    un œil aperçoit
    la flamme qui s’éteint
    l’autre se tourne
    vers une plage bleue
    la vie tourbillonne
    sans ménagement
    autour de l’axe
    des incohérences humaines
    le souffle de la vie
    décoiffe
    sa chevelure blanche

    Demain, le vent
    Chassera les nuages

    ABC

    http://jardin-des-mots.eklablog.com/

    RépondreSupprimer
  7. Une bourrasque
    cheveux au vent
    le regard se déchire
    un œil aperçoit
    la flamme qui s’éteint
    l’autre se tourne
    vers une plage bleue
    la vie tourbillonne
    sans ménagement
    autour de l’axe
    des incohérences humaines
    son souffle meurtri
    décoiffe
    sa chevelure blanche

    Demain, le vent
    Chassera les nuages

    ABC

    http://jardin-des-mots.eklablog.com/

    Cette version annule et remplace la précédente

    RépondreSupprimer

  8. Aux confins des iles
    ils ont pris le vent marin
    pour ne plus revenir
    un poisson lampion
    a éclairé la scène


    Je cherche a donner un nom a ce petit gnome orangé, tu me poses une colle Adamante !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  9. Sur le dos du dauphin
    La belle a embarqué
    Pas de chance Nemo
    L'oeil de Caën a tout vu
    Je reste sur le quai

    RépondreSupprimer
  10. Une très belle image. Si tu savais comme elle me parle, mais ... encore faut-il que j'écrive.
    En tous cas, si je suis présente, j'essaierai de ne pas oublier le http/
    Bonne soirée Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pimprenelle, j'espère que tu auras l'inspiration d'ici demain, ou plutôt ce soir, article programmé à 9h demain matin. ;-)

      Supprimer
  11. Ut était harassé. Il décida de faire une pause. L'orage menaçait. Il déposa son lourd sac à dos sur le sol, sorti un sac de couchage. S'allongea. Sa tête reposait sur la seule pierre plate dénichée par là. Il s'endormit aussitôt. Elle revint ... depuis quelque temps, elle revenait souvent Ut attendait ce rendez-vous .... Elle émergeait toujours de l'azur. Aujourd'hui son épaule restait dans l'ombre. Sa main potelée paraissait refléter une lueur incandescente.

    Lentement, elle remuait l'eau de l'abreuvoir, systématiquement, d'une manière appliquée, une eau qui se colorait peu à peu de sang. Ut frissonna. Il crut un instant qu'il s'agissait de son propre coeur. Elle restait sereine, la Femme de Dieu. Il ouvrit les yeux, La nuit était tombée, Claire. Etoilée. L'orage s'était éloigné. Il eut faim. Demain, il redescendrait au village.

    La V. Marmotte, 27 Mars 2016
    http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com

    RépondreSupprimer
  12. ma participation :
    Volcan

    Dans ses entrailles
    la lave hurlante
    Dans l'air sidéré
    des cendres
    rien que des cendres
    et l'anéantissement.
    non. Une virgule se déplie,
    une lueur
    la vie
    l'espoir
    Jeanne Fadosi
    pour l'herbier de poésie 39
    http://fadosicontinue.blogspot.fr/search/label/l%27herbier%20de%20po%C3%A9sie

    RépondreSupprimer
  13. Excuse-moi Adamante. Pourrais-tu compléter mon dernier vers qui deviendrait
    l'espoir en suspension ...

    RépondreSupprimer
  14. Et si tu veux




    Cendres volcaniques
    Pulsations hystériques
    Dévastation


    Braises et fulgurances
    Des lueurs mensongères
    Insidieuses…


    Cendres et braises
    Halo diabolique
    Ciel plombé


    Aux confins des sommets
    Les fureurs du volcan
    Univers corrodé



    Un air de fin du monde
    Secousses funestes
    En bouche un goût amer…



    L’esprit des eaux
    Fuyant le feu et les abysses
    A choisi de déserter



    Bonne journée Adamante et une fois de plus merci !

    RépondreSupprimer
  15. Et voilà, j'ai laissé passer le moment. Mais si tu veux, chez les retardataires ...

    Comment dire
    comment expliquer
    les années ont passé
    est-ce moi qui t'appelle
    est-ce toi qui vient
    que le rêve soit endormi
    que le rêve soit éveillé
    tu es là
    cheveux bouclés
    flottants au vent
    yeux plissés
    bouche un peu narquoise
    toi quoi

    pimprenelle
    http/entrebrumeetsoleil.apln-blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai publié ton texte dans le coin des retardataires. J'espère te lire pour la page 40 (déjà !) le temps passe vite et les pages se tournent.
      Demain j'anime un stage de qi gong (dernière préparations).
      Belle soirée, Pimprenelle.

      Supprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -