Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 15 mars 2016

L’herbier Page 37



Merci Jeanne, pour cette photo qui a enfanté de si beaux textes.



Voici la 37 ème page, toute de pluie, de gouttes, de larmes, bref, un temps à ne pas mettre un parapluie dehors.

                               Car dehors...  « la pluie fait des claquettes… »




La complainte du parapluie...

Temps de chien
Par la vitre
À ne pas mettre
...Un parapluie dehors !
Pitié... Pitié,
Ce nordiste se rêve sudiste
Plus besoin de se mouiller
En vacances
À l'année peuchère...
Avec cet écriteau
« Fermé! »
Pour cause de beau temps !
Temps de chien
Par la vitre
Soupir, madame veut sortir,
Il en est tout retourné à l'avance
Mais elle s'en bat l'aine,
Il fait venteux en plus
Ça sent le pépin !
Et comme madame est tête en l'air
Elle va encore l'oublier
Dans un coin... foi de pébroque !
Temps de chien
Par la vitre
Il se replie, se fait tout menu
Espère que s'ouvre...
Une éclaircie !





 





Mémoire

La tendresse des larmes s'étale sur la vitre mouillée de mes souvenirs d'êtres disparus trop tôt. Les pleurs paisibles laissent place à la joie du cœur. Notre mémoire veille à notre sérénité. Elle nous rappelle les heures heureuses partagées avec nos proches, nos amis, nos connaissances. Ils ne sont plus de ce monde, mais ils respirent toujours avec nous.













La goutte d’eau


La pluie cingle le pare-brise. Décor aquatique que racle la musique saccadée des essuie-glaces.

Obligation de m'arrêter, moteur coupé !

Attente patiente...

La colère crépite sur chaque seconde qui passe, charriant l'azote subtil, le rugissement puissant des Océans, l'eau primitive tiède encore du germe originel charnel, les éternels recommencements souvent semés d'embûches et d'horreurs, le monde trompeur.... les chamailleries chagrines des vents....

Turbulences en cascades sur l'effritement du Temps qui enfanteront l'Homme féroce, œuvre sublimée contenant Ciel et Terre, ivre de ses errances, pris dans une trajectoire dont il ignore tout....

J'aimerais cueillir la Beauté sauvage qui vient du fond des Temps en chaque goutte qui coule, source de vérités profondes, espérance de vie enfermée dans la poésie de son âme immortelle.

Multitudes de gouttes qui tutoient le Ciel, se répandent et fécondent la plaie béante de la Terre matricielle méprisée, massacrée par l'Homme.

La goutte d'eau sait d'où elle vient et où elle retournera : une goutte perdue dans l'immensité des eaux... alors que la marche aveugle de l'Homme -poussière dans l'immensité de l'Univers - l'entraîne vers des rivages à jamais perdus.

La goutte d'eau sans cesse défie l'Espace et le Temps.... mais l'Homme traverse des guerres meurtrières, s'égare dans des déserts arides, confie son âme à des tyrans avides qui fanfaronnent...

Larmes de l'Homme enfermé dans le béton et les éternels renoncements qui enfantent l'enfer.... Homme captif des causes vaines, des libertés bafouées.... gangrené par la trahison de ceux qui le sonde sans répit en sa profondeur pour en tirer profit !

L'Orage soudain jette avec rage des trombes d'eau sur la voiture et la campagne.

Je frémis en pensant aux dérèglements climatiques - ouragans, villes englouties, sécheresse.... - prévus par les climatologues... dont nous avons déjà des avant-goûts !

Toute la campagne alentours boit goulûment la colère du ciel ; mais un arbre géant, secoué violemment, fait triste mine sous la cataracte qui lacère son feuillage.

Des diamants se mêlent et s'entremêlent sur la vitre rudoyée, et le tonnerre roule sa Gloire d'apocalypse en d'aveuglantes clartés sur mes nerfs à vif ... Poumon de l'air dilaté à l'extrême qui entonne son chant de soudard au-dessus de la vie liquide ...

Peut-on aimer ce qui cherche à vous détruire ? Terrée dans ma voiture ballottée, je crie des mots qui rebondissent et volent dans l'espace clos... et j'aime tout ce tintamarre, cette furie rebelle et libre...
Mais je n'y vois plus goutte !





 








SPLASH ! ..... splash ... splash

Les gouttes s'écrasent sur l'objectif. Comme des larmes dans les yeux. La vie s'embrouille comme la vue. Zoom avant, les couleurs s'entreclaquent. Zoom arrière, comme je l'aime cet arbre penché sur la rivière. Douce et câline symphonie en bleu-vert ourlé de mauve.

À moins que Nounours, interdit devant cette flaque d'eau in-connue, renonce à s'y noyer.







Non ce n’est pas une vitre où dégoulinent pluie et neige mêlées !
Non ce ne sont pas mes lunettes après ma traversée sous l’orage.
Non ce n’est pas ma dernière aquarelle
Non ce n’est pas mon paysage vu à travers mes larmes de chagrin.

C’est simplement l’état du timbre que je viens de lécher !!!
Je n’ai plus l’habitude de faire travailler ma langue ainsi ; trop mouillé ce timbre.
Pour une fois que je voulais renouer avec ce rituel des vacances. Une carte postale c’est quand même plus sympa qu’un bref texto ou qu’un e-mail envoi groupé. De plus c’est quand même bien agréable de recevoir dans sa boîte aux lettres une jolie carte choisie avec amour.
Mais de nos jours, la carte postale de vacances est tombée en désuétude et moi avec !
Si je veux encore envoyer des cartes postales, de deux choses l’une :
Ou je tempère ma langue
Ou j’achète des timbres autocollants.

Mille baisers bien secs d'un long séjour dans le Sud.









Gouttes gouttelettes de pluie
Ma palette s'abreuve
Gouttes gouttelettes de pluie
Mon pinceau aussi

Je glisse sur la toile
Instant bonheur et charme
Mon tableau se nourrit
Des larmes du paradis

ABC


                             et une seconde version 


Peinture éphémère
Au fil de son eau
Sur la vitre du palais
Pas si laid
Messire Joli
Les larmes du paradis
Décolorent les marches
De son humble cabanon

De là-haut se déverse
Un dernier saut
À l’assaut de sa fenêtre
La vie coule
Sur les carreaux
D’un coup de baguette magique
Son petit bout de royaume
Se « pastellise »

ABC




Coule l’eau du cœur
sur la vitre embuée
flou et attente.








Il pleure sur la vitre
et le jardin devient flou,
tel le vaste monde.

Dans la neige et dans le froid
Les oiseaux ont déserté.










 


À travers le carreau par temps de pluie


Tout est flou. Le carreau pleure et les formes s’estompent.
En code imaginaire, l’œil compose hors du rail, distorsion des formes, libres de toute précision.
C’est peut-être cela la beauté, une idée vague qui musarde passé les limites de ce que l’on nomme le réel.

Le carreau pleure
l’imprécis se dessine
beauté du rêve.






Un petit dernier le 17 mars 2016

Quelques notes tendres...
douce mélancolie
sur mon carreau barbouillé de larmes
j'écris ton nom
en lettres de pluie 


Ballaline



11 commentaires:

  1. Quelques larmes
    la journée sera grise
    Nos cœurs restent soleil


    les larmes de pluie abreuvent la terre et font courir les plumes en mille et une interprétations, l'herbier fleurit de mots... Beau partage !

    RépondreSupprimer
  2. Coucou tout l'monde, c'est vrai que ton Herbier de Poésie, sans rimes, attention, fait couler de l'encre et de la belle, merci et bravo à tous !

    RépondreSupprimer
  3. Je viens cueillir et .... engranger ! Et sur l'article préparé pour ce jour, je ne peux m'empêcher de faire référence au mythique "chantons sous la pluie" !

    RépondreSupprimer
  4. des mots qui s'entrecroisent tout en douceur estompée et qui me font venir les larmes aux yeux

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour tous ces mot Adamante
    C'est un succès !

    RépondreSupprimer
  6. La pluie inspire les poètes !
    J'ai ajouté sur ma présentation personnelle le mythique "Chantons sous la pluie" !

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup aimé lire les poèmes que je n'avais pas encore découverts chez leurs auteurs.
    Tu as raison, la photo est magnifique et j'ai beaucoup aimé la diversité des textes proposés.

    Merci encore à toutes.

    RépondreSupprimer
  8. Quelques notes tendres...
    douce mélancolie
    sur mon carreau barbouillé de larmes
    j'écris ton nom
    en lettres de pluie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Balaline, je rajoute à la page. Y aurait-il un lien à ajouter ? Merci beaucoup.

      Supprimer
  9. Une très belle brassée de pluie dans le flou.
    Merci Adamante pour tous ces beaux textes que tu nous donnes à lire.

    RépondreSupprimer
  10. J'avais, cette semaine-là, écrit un texte, sans pouvoir le publier dans les délais. Le voici avec beaucoup de retard:
    (Il n'est jamais trop tard pour un cadeau, dit-on chez nous. (sans prétention)

    Le ton était monté,
    Pour des raisons bien banales,
    Diable de bouteille, j’avais trop bu.
    Propos comme des blessures.
    Détermination, gestes et colère.
    Ils ne disaient rien, que notre commune bêtise,
    Et déjà, nos regrets futurs.
    Puis elle prit un manteau, franchit la porte
    Et fit le premier pas, dans ce damné jour de pluie.
    Je la vis encore, par la fenêtre, lessivée de vent, de brume et de gouttes,
    S’engager sous les arbres, en direction de la haie.
    Du ciel, la tempête se fit louve hurlante, assoiffée de ce sang,
    Et avant même qu’elle soit loin,
    Elle l’avait prise, Marie.
    Demain et tous les jours, je pleurerai son ombre absente,
    Mon soleil disparu.
    Je pleurerai, ma fille, commissaire,
    Sous cet arbre abattu.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -