Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 23 février 2016

L'Herbier page 34





Entre louches et notes, la petite musique des mots illumine la 34ème page pour accompagner la barque de la nuit. Il nous en reste le goût sucré des confitures de grand-maman que l'on rêve de manger à la cuillère.





Comme des notes de musique
Sur la colline le ciel un instant
S'est animé
Montrant six cuillères magiques
Pour faire danser les gnomes 
Autour de La Befana 
Et de son chaudron marabouté.



Marine D






Chelou...  


Chez bonne-maman

La fenêtre de la cuisine

Est restée entrouverte

La nuit est tombée ;
Ouille... Quelque chose de louche
Se passe encore dehors...
Les louches à confiture
Ont repris la clé des champs ! 
Le raconter elle n'ose
À personne
Que va t-on en dire,
Qu'elle les perd...
Louches et esprits !!
Ca fait tout de même
Trois fois qu'elle en rachète
De chez Marc Lévitation...
C'est chelou, nan ?
jill bill







À trop sucer le miel
C’est à pleine louche
Qu’ils dévorent le noir
Une cuillère pour la peur
Une cuillère pour l’horreur
Une cuillère pour les pleurs
Attendant impatiemment
La cuillère de l’espoir…

ABC





Soleil couchant soleil levant bon an mal an 
la barque attend 
mer et nuit confondues 


Françoise Isabelle La Vieille Marmotte







Des notes de musique
s'envolent
des arbres vers le ciel

comme pour les réunir
les lier l'un à l'autre
qui dépend de l'autre 


Pimprenelle

























L'image suggère des notes plutôt monocordes et incite au rythme en effet :


réré dododo
la scie monotone
tambourine

réré dododo
doucement
fébrilement
la transe s'installe

réré dododo
sur les carreaux
la pluie
dans la chambre
la nuit

réré dododo
moite est la couette
Morphée s'invite
je glisse
avec la mélopée
vers le grand sommeil.

Jeanne Fadosi





Comme un rêve monte
à la surface de nos nuits
elles fusent
libres
vers le ciel
les lumières
échappées des réverbères
et leur rire
fait trembler les ombres.

Adamante









Et encore aujourd'hui, le coin des retardataires.


Il fut un soir, il fut un matin où tout s'est arrêté . Les oiseaux n'ont plus eu envie de chanter, la terre a cessé de tourner. Plus de bruit, plus de musique, silence total dans la lueur rouge d'un jour sans fin. Les notes avaient migré dans un pays sans fond et sans histoire. Oui il fut un soir il fut un matin où la musique s'est tue. Les notes avaient toutes pris la clef des champs.

Jamadrou

13 commentaires:

  1. Ah bravo tout l'monde... Ces mardis sont tout simplement un régal... Merci m'dame , au plaisir, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il me vient même des idées... mais à creuser encore, à creuser.

      Supprimer
  2. Je n'avais pas encore tout lu... mais que c'est joli !
    Belle inspiration que cette image !
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quichottine, et comme il y a toujours des retardataires... Je me dis bien toujours que je les laisserai en commentaire, mais jusqu'à présent, je n'y arrive pas. J'aime la qualité des participations, alors, entre deux je fais l'effort.
      Quand je l'ai lancée , je me demandais si créer cette communauté était une bonne idée, à présent je peux dire sans une once d'hésitation : OUI !

      Supprimer
  3. une très belle page !!! J'espère avoir le temps de visiter chacune mais ce n'est pas sûr...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annick, je n'ai pas toujours le temps non plus de visiter comme je le souhaiterais, mais bon...
      Et merci aussi de me joindre systématiquement l'adresse de ton lien sous ton texte, cela m'évite de chercher ailleurs, c'est un appréciable gain de temps (pour me battre avec la mise en page par exemple).
      Belle soirée.

      Supprimer
  4. la mise en perspective de ces instantanés sur une même page, c'est vraiment formidable
    merci adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous toutes qui participez avec fidélité et... talent. Cela me touche beaucoup.
      Amicalement

      Supprimer
  5. par contre je ne comprends pas les différences de caractères

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas pour moi je ne comprends pas non plus, aussi difficile à mettre en page si non plus que sur OB. Taille des caractères, modification de la mise à la ligne pour un texte en enfilade (j'ai été obligée de centrer celui de Jill pour palier le phénomène). Bref, un travail à vue, un résultat qui ne me convient pas vraiment, mais impossible de faire mieux. C'est bien dommage, je rêve d'autre chose. Mais où aller ? Belle soirée, Jeanne, et merci de ta participation.

      Supprimer
  6. Mais que dis-tu Adamante ? Déjà celle que tu avais créée sur O.B était très belle. Pourquoi celle-ci n'en prendrait-elle pas le même chemin ?
    Bien sûr, sans compter sur ma participation régulière car c'est devenu difficile.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la même communauté, le fait de venir ici était pour éventuellement trouver une administration qui me permette une mise en page à mon goût. Cela me donne hélas autant de fil à retordre sinon plus.
      Quant à la communauté, l'idée de réunir des gens autour d'une image pour des vers libres et sans rime (mais avec quelle raison) était, je peux le dire maintenant, une excellente idée. C'est un vrai bonheur pour moi de découvrir tous ces textes d'une grande qualité.
      J'espère que tu vas bien. Belle soirée, Pimprenelle.

      Supprimer
  7. J'aime ton rire de sorcières Adamante, et merci à toutes pour avoir bien voulu mettre des mot sur cette photo de ma colline la nuit !
    Je vois que tu as eu un souci de mise en page, mais bon on lit et c'est l'essentiel, merci encore

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -