lundi 29 mars 2021

La page 175

 



Nos vies froissées...



Matin sachet de pain

Pain sur la planche

Planche à découper

Chacun sa tranche

Son pot de confiture....


Sachet vide,

Pots de peinture, une idée, en faire une « croûte »...


Covid19

Nos vies froissées

 Se prendre la tête...

 Mur sombre, bleu canard

Chacun son coin, nu, socialement...

Julie la rousse, la cantatrice chauve,

Privées de planches

A quand les trois coups !?


Il court il court le virus, fichtre, dame,

Sans peur du gendarme.


« Sachet de pain peint

je te gonfle, tu exploses

Eclats de rire »




jill bill








À mi-parcours :


Perplexité, doute, jovialité, indifférence, déception, amertume, partage, bien-être, tous les masques de sa vie défilent devant elle, comme un pêle-mêle de photos éparpillées au hasard, sur le reflet d’un ciel presque sans nuage.


Sourire ou grise mine

ses diverses facettes  s’exposent-

masques après masques


Des nuages il y en eut, des bobos aussi, tâches en touches, ombres rouges et idées noires à repousser hors cadre.


Dans l’intimité

se la jouer baba-cool -

simple mise à nu


Elle, pas elle, pas tout à fait elle, morceau par morceau, elle reconstitue le puzzle de son enfance jusqu’à ce jour. Son sourire énigmatique ne dit pas ce qu’elle en pense.


Chaque pièce

pour se construire

sa vie se bâtit


Non ce n’est pas un rêve, c’est elle en sa vision du jour. Perplexité, doute, jovialité, indifférence, déception, amertume, partage, bien-être, sans oublier l’humour qu’elle associe à la joie. Son baluchon est prêt pour continuer son propre jeu de piste. 


Fin de la pause

reprise après la mi-temps -

boussole en tête


ABC







NUES


Ensemble

Elles disent oui

Quand elles veulent

 Elles disent non quand c'est non

Nues sur la plage

A l'ombre d'un parasol

Dans le jardin sous un pommier

Sur la balancelle

Des chats, un chien, un oiseau

Pour toute compagnie

Nues

Elles écoutent de la musique

Un moment de langueur

Sous les feux de l'été

Sans équivoque

Ensemble

Sans besoin de mots



                                                        Marine Dussarrat

                                                










Ce que le Tout Paris comptait de plus chic, de plus artiste, de plus  tout Ci, de plus Tout ça, se pressait aux portes du Théâtre.

 

                             Sûr on m’y verra

                             Car j’ai mon mot à dire

                             Et je le dirai


Pas sûr qu’on l’entendît, car ce fut un tel brouhaha, qu’il termina en pugilat. 

Mais quel était ce musicien qui enfreignait aussi allègrement les règles ? 

Mais quel était ce chorégraphe qui faisait sauter les danseurs au plus haut qu’ils pouvaient jusqu’à toucher le ciel ?

 

                             Fureur d’un moment

                              À vouer aux gémonies

                              Un pur chef d’œuvre 


Et de nos jours encore, les plus Grands des Artistes s’y mesurent. 

Rien ne s’invente, tout se crée quand on laisse jaillir la Vie du profond de soi-même. 

Faite d’archaïsmes, de mythologie, de rites.


Françoise , 21 mars 2021


 

P.S. 

Outre le Tableau d’Adamante qui m’a fait immédiatement penser au Sacre du Printemps , le texte ci-dessus s’inspire de la vidéo.  https://youtu.be/FLzgLwPIy20              

Et pour ceux qui aiment la danse, là,  https://youtu.be/0VqaGkKQRCU   un extrait de la chorégraphie de Pina Bausch.








En apesanteur



Tout ce bleu profond

à la fois mer et ciel

berceuse et mélopée

pareilles à un chant d'allégresse

Toute cette fougue d'azur

un régal de réjouissances

de liberté retrouvée

où les naïades délivrées

voguent en apesanteur

dans ces flots devenus solaires

Adieu masques et entraves

voici la béatitude printanière

celle qui câline rayonne 

sacre

le voyage vers l'été insouciant


Balaline

26 mars 2021





Fenêtre sur un hypothétique possible

au pays de la liberté




Les masques sont de sortie

La nudité sautille

sans voile et sans remords


Oyez ! Oyez ! 

La grande pantomime

en sourires débridés

s'ébat ce soir dans la clairière


Venez applaudir

la femme zébulon

la femme tronc

la reine Guenièvre

le bébé charmeur

le lièvre et la tortue

le clown à trois têtes

les sœurs siamoises

le fantôme de l'Opéra

Le grand matou équilibriste

la créature d'Allien

rouge  flammes 

sang de braises

le feu

et


ceux qui se cachent encore

dans le grand chaudron magique de la création



Adamante Donsimoni







8 commentaires:

  1. Bravo les brins... merci Adamante, l'inspiration fut au rendez-vous et pas n'importe laquelle ! Amitiés, jill

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Adamante ainsi qu'à tous les brins,

    Je croyais que ce sujet était pour le premier lundi d'avril.

    La vérité toute nue se dore au soleil.
    Brune, blonde ou rousse, le masque est tombé en même temps que les vêtements de ces dames.
    Plus de faux semblants moulants comme autant d'armures trompeuses.
    Authenticité lumineuse et sensuelle
    La vérité toute nue se dore au soleil

    RépondreSupprimer
  3. Quelle diversité de ressentis sur ta création Adamante ! J'aime beaucoup ce foisonnement imaginaire sur une seule et même œuvre...

    RépondreSupprimer
  4. que d'images et d'interprétations...
    bravo et merci à toutes

    RépondreSupprimer
  5. Ton tableau a suscité beaucoup de textes divers, actuels et intéressants ! Je remarque aussi le sacre ou "massacre du printemps" ... Et puis c'est amusant de croiser la femme Zébulon, Guenièvre ou le fantôme de l'Opéra, et ces animaux mais pas les mêmes !
    Merci Adamante

    RépondreSupprimer
  6. Il y en a du monde dans ce Carnaval de la vie qui fête ce retour du printemps !
    Et dans ce labyrinthe, suivre le fil rouge d’Ariane ?

    RépondreSupprimer
  7. bravo les brins ! ça fait du bien de pousser les rives des possibles en imagination puisque covid oblige, la réalité l'en empêche, du moins à la plupart.

    RépondreSupprimer
  8. Quelle richesse d'interprétations,un régal !
    Merci Adamante,merci à tous les brins.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha.