Communauté de l'Herbier de poésies

jeudi 18 janvier 2018

P. 96 mémé



Ça colle, ça brille, ça joue...
Dodo ? Dodo ? Mais ça tout sauf dodo !
Merci les brindilles ! 
Ça beau !



Une œuvre de Françoise Isabele



 

Une chanson « douce »...


Une chanson « douce » que me chantait ma mémé, en suçant mon pouce
j'écoutais en ne fermant les yeux... !
Orpheline de père et de mère, la société m'avait confié à ses bons soins et Tagada,
la fraise des dents de lait !
La petit chaperon rouge est aux abois, dans le bois se cache le loup... où où où où, ah va savoir !
Elle brouille les pistes, change de trottoir, enfin de chemin.
Mais un « brave » chasseur passant sur ses terres, pris la gamine par la main... voulant plus !!
Tu auras 100 euros si tu te laisses faire à mon zoom...
Ah ah ah ah ah pédo file, s'égosilla une Juanita à la banana qui passait par-là,
fille de Henri Salve d'Or...
Ô le vilain comte que voilà, un coup de régime le changea en cerf, vidé de toutes mauvaises envies...
Même dans les chansons la vie n'est pas toute rose ou bleue,
elle a une part de noir qui fait peur la nuit aux petits enfants...

Une chanson « douce » que me chantait ma mémé, la la la la, et cetera...


  ©jill bill 
  http://jill-bill.eklablog.com 












Mémé est gourmande de la vie
Elle a mangé tous les bonbons
Mémé n’aime pas se faire gronder par la femme de ménage
Qui se prend pour la diététicienne du quartier
Mémé est futée
Pour tuer et le temps et les remontrances
Elle a collé tous les papiers
Consciencieusement
En couches épaisses bien agencées
En écoutant Régine chanter les p’tits papiers
En écoutant avec bonheur les craquements
Crépitements crissements des papiers de couleur
En écoutant son âme créatrice
En écoutant sa joie couler
En écoutant le son des couleurs le tintement de l’arc en ciel
En écoutant son cœur
En écoutant ses mains
Celles qui font des merveilles avec des petits riens
Mémé est artiste
Son œuvre sera affichée dans la grande expo
Qui a pour thème « bonheur et création »
Mémé a eu le premier prix
Elle a gagné une énorme bonbonnière
Remplie de gourmandises
Mémé est estimée dans tout le quartier
Ne voilà ti pas que son travail a trouvé acheteur
Et qu’aujourd’hui elle est cotée
Au Bénézit vous la trouverez
À la page des grands artistes du Lyonnais
Ma mémé je l’ai tant aimée!


©jamadrou (A fleur d'image)





Chaos de douleurs

Chaos de douleurs qui explosent dans le corps et la tête
Céphalées qui vrillent les pensées dans le crâne
Dès le matin, le mal sourd, palpite, se réveille
Quand il ne lance comme une épée qu’on enfonce

Laura VANEL-COYTTE







Nuits de janvier

Dans les nuits de janvier, valsent l’esprit de fête de fin d’année,
le sapin se déshabille, en froissant quelques papiers, mémé a distribué tous ses cadeaux avant d’aller se coucher, les apprentis photographes ont usés des kilomètres de négatifs, bonnes ou mauvaises prises, les souvenirs seront stockés…

Dans les nuits de janvier, valsent le bilan des festivités,
des mots écrits, des chèques signés, des rendez-vous promis, des vœux échangés, mémé attends toujours ses visites du premier janvier, les couleurs s’estompent, une nouvelle année s’est installée…

Dans les nuits de janvier, valsent, les projets d’avenirs, les résolutions à tenir,
un coup de vent, des chutes de neige, un zoom ici, une déchirure là, mémé nous a quitté, les cadeaux sont rangés, les comptes sont réglés, tourne la roue, les fêtes sont oubliées…

Sapin, papiers, négatifs, mots, chèques, vœux, couleurs, vent, neige, zoom, tout en soldes, sauf mémé que janvier nous a volée…

Restent les images et les rêves bercés d’amitié…

©ABC
http://jardin-des-mots.eklablog.com/








Chagall ou pas ?
Apollinaire ou pas ?


Dors l'enfant do
Le film se déroule
Dans tes rêves dorés
Tournent les images
Petit manège animé
En rouge, en bleu
En paillettes qui tintent
Dors l'enfant Do
Derrière tes yeux fermés
Tourbillonnent et frissonnent
Des personnages bigarrés
Des clowns et des girafes
Des tutus, des éléphants
Qui trompettent gaiement
En sarabande
Une raie manta
Assure avec prestance
La sécurité du défilé...


©Marine D








As-tu vu mon ami le sourire éclatant d'un dimanche au soleil peint en technicolor ?
Draps d'argent, poisson-lune et cerises amères, quel délicieux déjeuner aux champs !
Alors on s'improvise magicien de l'instant, jongleur de nuages, souffleur d'akènes blancs ou peintre de l'indicible.


As-tu senti ami les fragrances sauvages qui courent sur les herbes, les pétales d'envie qui ondoient dès l'aurore, les longs cordons iodés dérivant sur la grève ?
Et l'on danse en riant à ce plein d'harmonie, à ce bouquet festif dorlotant nos désirs, à la vie qui palpite chaque brin de silence. 


As-tu posé tes rêves sur le tronc engourdi d'un chêne centenaire, tes mots endoloris sur la blessure fraîche d'une fleur printanière ?
Dans ces élans de coeur où débordent les larmes, les rires et les joies, nous croyons fermement que la terre survivra, à nos caprices, à nos manques, à la déroute humaine. 

©Balaline





Regards en miroir

Collage de Noël
En étonné face à face
nébuleuse d'Orion.

Miroir mon beau miroir, il n'y a pas de concours entre nous. La magie de Noël nourrit l'imaginaire aussi bien que les pupilles et les papilles.

Nature mystérieuse
lentement apprivoisée,
alchimie des sens.

Mystère et pensée,
connaissance, inconnaissance,
alchimie du sens.

Par la fenêtre de mon écran, l'oeil Hubble m'offre la poésie de l'espace, lointain reflet du KDO magique de mémé. 
Qu'est-ce que le progrès ?

©Jeanne Fadosi






 

                                            Le gredin gourmand


Il tire la langue le gredin


caché sous ses colifichets de bazar à quelques euros
il a tout pris

papier d’alu
papier cadeau
enveloppe
pellicules
carton
un fouillis de couleurs
pour s’y rouler


ô comme il tire la langue le gourmand

la confiture de fraises cuisinée par mémé dégouline

gourmand
gourmand
gourmand

Tu exagères !


cerises au bout du nez
maquillé ananas et pommes d’amour

Tu devrais avoir honte !


tu a sali ta belle chemise bleue

taguée
déchirée
noircie
cheveux hirsutes

tu t’es roulé dans la peinture


Et tu crois sincèrement passer inaperçu ?


©Adamante Donsimoni (sacem)
LE CHAMP DU SOUFFLE 


7 commentaires:

  1. Sourire, surtout cette fois ci, chouette tout ces écrits sur cette illustration signée "mémé"... Merci encore, bonne nuit la compagnie, au plaisir, JB

    RépondreSupprimer
  2. Une page jolie
    Simple comme un cadeau de nouvel an d’antan.
    Bravo à tous

    RépondreSupprimer
  3. Une belle Page !
    Vous êtes des fées jolies !
    Comme celles de Robin WRIGHT
    https://youtu.be/lqUU-CfTgOw

    RépondreSupprimer
  4. L'année commence fort en promesses poétiques. Je sens les pousses prêtes à nous enchanter pendant les onze prochains mois : une page de rêve !

    RépondreSupprimer
  5. Poésie, humour, douceur du matin.
    J'ai beaucoup aimé vous lire.
    Merci les brindilles !

    RépondreSupprimer
  6. une page bien émouvante de douleurs et de rires ... je reviendrai plus posément les jours prochains. et bonne année de joie les brins de poésies

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -