vendredi 17 novembre 2017

Page 91, paroles d'écorce







Autrefois...

On a marché sur la Lune,
on y a cru, puis on a crié à la mise en scène...
On a marché sur Mars, Vénus, Mercure, Jupiter, Saturne,
Uranus, Neptune, ah non, mais les hommes en rêvaient, conquérants insatiables...
On a marché sur la Terre, autrefois, autrefois, autrefois, vidée, sucée jusqu'aux entrailles, il en demeure quoi... de la roche, des flaques d'eau, quelques émeraudes, plus âme qui vive, de l'homme, abuseur notable, ne reste que des restes, paix à ses cendres, lui qui brûla cette planète par les deux bouts...

On a marché sur la Terre, hier, verte comme l'Espérance, bleue comme l'Océan.
On a marché sur la Terre, fantômes s'en souviennent...
On a, tout finit par s'écrire au passé !


jill bill
http://jill-bill.eklablog.com







Là où se heurte mon regard,
se posent mes pas…
Entre bleu et noir
sur les rochers d’une plage déserte
Très lentement
je progresse...
Ici, un crustacé,
là, un quartz scintillant,
la vie du rivage m’interpelle…
Pas un bruit, plus une vague,
le monde marin murmure,
sous la plante de mes pieds…
Tous sens en éveil
je me laisse guider…

Là où se heurte mon regard,
sous mes pas,
une fenêtre s’ouvre
              sur un ailleurs à décrypter…

ABC




Regarder
Regarder sans forcément chercher ce que ça représente, regarder
De tous ses yeux, ouvrir son âme, sans comprendre ni analyser
Ce qu’il a voulu dire, faire, laisser l’artiste simplement nous pénétrer
Union de deux âmes, deux regards, deux corps à reconnecter.






Soudain sur l'écorce un visage apparaît
Petit à petit les traits se précisent
Sa coiffe de plumes ne laisse plus de doute

Fils du Nuage
Il a quitté son temple
Pour nous parler du désert et de la pluie
De l'obsidienne et des sacrifices
En son honneur
Lui le Serpent à Plume


 Josette






 

Je voyais une fissure profonde et sombre où s’infiltrait le néant tel une grande phrase creuse. Malaise indescriptible.

Je voyais la roche poreuse grise et triste, pierre de lave, pierre ponce disait la grand-mère aux mains propres. Attente désemparée.

Et puis j’ai vu le bleu, le bleu lagon disait le père. Surprise étonnée.
J’ai cru alors que l’éruption n’avait pas eu lieu.

Seule au milieu de nulle part je me suis remise à rêver que le volcan n’avait jamais existé.

Jamadrou


Qu'est devenue la vie ?

Sillons dessinés par les larmes amères
taries dans l'ombre des paroles
Un coup une marque en bleu ou en noir
le rêve s'est brisé sur ce chemin de peine
Silence et solitude
Seules les traces diluées osent dire la blessure

Qu'est devenue la vie ?

Balaline




As-tu vu Dame Tortue
As-tu bien entendu
Le cric le croc le crac
Du grillon qui grommelle
En mâchant de la réglisse
J'ai une salade bien verte
Pour la tortue gourmande
Qui circule entre les carottes
Les framboises et les fraises
Tu nous en donneras
On pourra faire la nouba !




Sous la mer se dégagent
Des visages et dans ses ombres
Flottent et se reflètent
Des monstres passifs
Des créatures sans paroles
Liquides et transformistes
Qui regardent vers un ciel de verre
Sans jamais pouvoir y accéder...


Marine D





 











L'eau bleue sur le sable
dessine le visage
d'une antique statue maya

Elle a le profil égyptien
au pays d'autres pyramides
le front bombé
l'œil amusé ou las.

Que dit-elle si fort ?
est-ce son souffle
ou sa colère ?

la mouche en cœur
insolante
sur son nez
l'agace.

Un minuscule papillon blanc
de ses ailes froisse
sa matière grise.

Là siège non seulement les limbes de la raison mais aussi toutes les émotions, le berceau des sentiments, l'origine du vivre ensemble.

©Jeanne Fadosi


 









 J'y ai au premier regard vu ce visage et la sensation d'une réminiscence.

La deuxième ouverture a fait tilt et m'a renvoyé à cette statuette vue au musée du Quai Branly en 2011 lors de l'exposition "Maya de l'aube au crépuscule". Statuette qui d'ailleurs figurait sur l'affiche.








La caverne de Xibalba*
 

À Xibalba, le dieu des Mayas trône dans la caverne, entourés de ses multiples.
Et chacun de murmurer à son immense oreille leurs idées autour de la création.
Mais le moustique, dissimulé dans une anfractuosité de la roche, écoute, mémorise
et voilà qu’il révèle au monde les noms secrets des Dieux.

Mais qui connaît le nom des dieux devient lui-même un dieu.
L’empire fragilisé s’effrite
Un geyser d’émeraudes fuse de ses entrailles,
Les hommes s’en emparent.

Connaissant désormais le grand dessous des choses, ils ne vénèrent plus leurs égaux.

Alors, le Dieu des Mayas,  courroucé se venge, 
il leur voile le regard.

Mais que notre monde se rassure ou s’inquiète,
Nous conservons au fond des yeux l’instant où nous étions des dieux.

Adamante


 *Xibalba le monde d'en dessous chez les Mayas Quichés (Popol Vuh)
Quelques infos supplémentaires :   https://fr.wikipedia.org/wiki/Mythologie_maya




 

 






17 commentaires:

  1. Que de monde sur cette écorce... c'est beau !!! Merci Adamante, de jolies plumes encore que j'irai saluer, bonne nuit, JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi, toujours la première :)) Un grand merci, Jill, pour ta plume et ta gentillesse.

      Supprimer
  2. Merci Adamante, je vais lire toutes ces participations
    Je comprends pourquoi mon adresse mail apparait c'est parce que à la fin de mes mails elle se met automatiquement mais ce n'est pas nécessaire de la noter ici
    Bises Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, je n'ai pas fait attention. La page était déjà programmée et j'ai rajouté le texte en dernière minute. Je veillerai la prochaine fois, promis. Merci de ta participation pleine de sourires et de fruits.

      Supprimer
  3. Avec vos mots à toutes... si vous le voulez bien! :))

    Ecorce terrestre.
    Où TOUT fini par s'écrire au passé
    Où se heurte le regard contre une fenêtre qui s'ouvre sur un ailleurs
    Où l'Artiste simplement veut nous pénétrer
    Où parle le Serpent à plumes
    Où le volcan s'est exprimé
    Où la blessure cherche ce qu'est devenue la vie
    Où sont installées toutes les émotions
    Où, qu'on se rassure ou s'inquiète, on conserve au fond des yeux l'instant où on fut (toutes) des dieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dieux ayant cette chance d'avoir les qualités des deux sexes, êtres complets (quelle chance !), on peut donc parfaitement sortir le (toutes) de ses parenthèses.
      Et merci pour ce "résumé" poétique.

      Supprimer
    2. Adamante, c'est certain, les dieux sont bien loin des dé-lires de l'écriture inclusive!...:)

      Supprimer
  4. Je cherche encore le visage tout en découvrant les riches interprétations nées de cette image...

    RépondreSupprimer
  5. A Laura, nul besoin de chercher, juste regarder et le regard de l'artiste (ou ici je crains que ce ne soit de l'aléatoire) s'efface au regard de la connection entre le regard du spectateur et ceux de n'infinie mémoire collective.
    A tous regards multiple qui s'enrichissent les uns les autres de variations en divergences et convergences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "(ou ici je crains que ce ne soit de l'aléatoire)"
      Si voir ce que montre une écorce, la prendre en photo, la travailler pour aller dans le sens de l'image et donc l'interpréter (les quelques étapes qui jalonnèrent cette prise de vue), alors en effet on peut dire que c'est de l'aléatoire.

      Supprimer
  6. Que de visions cosmiques... merci Adamante pour cette page

    RépondreSupprimer
  7. Pa de souci Adamante, je veillerai aussi pour qu'il y ait assez de marge en bas du texte et du lien
    Merci encore, bises

    RépondreSupprimer
  8. Elle se corsent toutes ces histoires !
    Pfftt ! pardon pour ce jeu de mot spontané à deux balles !

    Allez, pour me racheter !!

    " ... Mon canot est fait d'écorce fine
    Qu'on plume sur les bouleaux blancs
    Les coutures sont faites de racines
    Les avirons de bois blanc. (...}
    ..... J'ai connu des tribus sauvages
    Et leur langages différents.

    https://youtu.be/8f1qVkS3dF4?t=20

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne réponds qu'aujourd'hui. J'ai visité le lien, que de choses à faire avec un canot. Merci, Dame Marmotte.

      Supprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -