Communauté de l'Herbier de poésies

vendredi 24 mars 2017

Rêves bleus pour la page 71



Un petit brin de sable blond nostalgique avec un rêve en bleu
(Marcel Amont  - archives Ina)
Rien que du souire !





eMmA MessanA





 
Cris d’enfance
contre encre violette -
pierre ponce







Rage nuageuse
sur bougies de rosée -
candeur interrogative








Loup et agneaux
pourquoi râle-t-il ?
il a un bleu à l’âme

cool le gros
c’est notre nuit de noce !









C'est bleu...


A l'école
On se prend
Des retenues
Des punitions
Des mauvais points
Aussi... Faut pas
Etre dans les nuages
Pauvre cancre !

Maître Jacques a dit
Copie-moi
Le verbe rêvasser...

Alors sur la feuille blanche
Il a barbouillé...

« C'est bleu,
Comme un...
C'est bleu,
Comme une...
C'est bleu,
Comme un...
C'est bleu,
Comme un rêveur
Des ailes dans le dos
Qui allume des bougies
Puisqu'il n'est pas une lumière...

Maître Jacques a souri
Ce p'tit Prévert deviendra grand...




et un second




Il eut...


Il eut
Sa période blanche
Toiles vierges...
Il eut
Sa période noire
Sombres tableaux...
Il eut
Sa période rose
L'alcool et ses éléphants...
Il eut
Sa période verte
Mais sans espoir...
Il eut
Sa période jaune
Rien de neuf...
Il eut
Sa période rouge
A la banque...
Il eut alors
Sa période bleue,
Heureux tel un poisson dans l'eau
Enfin...








 

Je laisse chaque jour "l'ancre" bleue couler en petites pochades
Je laisse chaque jour les poissons bleus remonter à la source
Je laisse chaque jour la folie bleue envahir mes notes
Je veux entretenir cette harmonie bleue qui éclate en moi
Je veux ouvrir grand les fenêtres quand l'heure bleue m'offre  son silence
Je veux faire de la note bleue la note qui rend heureux.









Azul azuleros
des mots arabes au persan
tel un vase de Chine

Lampe d'Aladin au Génie
pour des amours clandestines

L'encre en mélange d'aquarelle s'est libérée pour leur montrer la vie en rose, à l'aune de coeurs à l'unisson. Mais quel est cet oeil dont la vue se brouille de gris bordé de noir ?



accompagnement musical, les mots bleus de Christophe en live :
une version toute en retenue que je préfère de beaucoup à l'enregistrement officiel.






Une île

Là-bas, une île
aux contours d'aquarelle
baigne ses pieds d'opale
dans l'eau céruléenne
Dégradés d'océan
en frissons azurés
le rose délavé
s'égoutte sur la grève
C'est la brise du soir
Les nuages monotones
au goût de myosotis
dérivent
vers le bleu de la nuit







 






Un ouragan d'amour
a soufflé sur nos âmes
il nous a terrassés


&



Le ciel est jaloux
tu refais le monde en bleu
lèvres offertes

jusqu'à demain tu dois
m'aimer au bord des flots











Ciel bleu estival-
Celui de ses yeux
plus profond encore




Toi
Moi
Et l'océan des vacances..




Turquoise, améthyste
Ou saphir
La vague emporte
Petit bateau nuage
Un rêve d'évasion...









Bleu

Le soleil sur les épaules
Je lève les yeux vers le ciel
Et ce bleu du Maroc, éternel
M’en rappelle d’autres

Le bleu des nus de Matisse
Bras croisé derrière la nuque
Jambe repliée devant le buste
Le bleu du Maroc de Matisse

« La porte de la Casbah » bleu-
Lumière de l’Orient, unique
Bleu de la mer ou de l’Atlantique
Bleu de volume et de distance

Comme pour son aîné Cézanne
Qui peignit beaucoup de vases
Bleus : bleu de cobalt, bleu de Prusse
Bleu d’outremer,  noir de pêche

Le bleu de cobalt des faïences
Et des maisons portugaises
Le bleu d’outremer tiré d’une pierre
Le «  Prusse » plus bleu que le bleu pétrole.

Le bleu utilisé par Majorelle
Pour peindre sa villa marocaine
Choqua tant de monde
Qu’on l’appela « bleu Majorelle »

C’est un bleu outremer intense
Clair, doux qui tranche
Avec le vert des plantes
Et les fleurs jaunes, oranges …

« Plus bleu que le bleu de tes yeux,
Je ne vois rien de mieux,
Même le bleu des cieux »
Chantait Edith Piaf à son amoureux.
  
Chez moi, il y des palmiers
Dans le ciel dégagé

Chez moi, il y a des nuages
Dans le ciel d'orage

Chez moi, il y a l'océan
Qui joue avec le vent

Chez moi, il y a la pluie
Qui tombe même la nuit

Chez moi, il y a le soleil
Qui rit dès le réveil

Chez moi, le champagne
Pétille dans les verres

Chez moi, le thé somnole
Dans le midi de canicule

Chez moi, c'est ici encore
Chez moi, c'est là-bas si fort

 ©Laura Vanel-Coytte


Projections en bleu

Animal d’azur, en arrêt. Étonné !
Chevelure marine au courant emporté,
Ici et aujourd’hui. Éclat d’eau, vagues…
Deux hémisphères tronqués, papillon asymétrique ?
Deux bougies où tremblent autant de flammèches affolées ?
En fait, deux silhouettes, unies dans la tendresse d’un regard.

 





 
Pourquoi s’en faire ?

Le petit bonhomme du ciel, le petit bonhomme au gros nez, clope au bec façon Prévert et casquette façon Hardellet, a revêtu sa cape de lumière, sa traîne d’eau.  Super héros des nuages, il s’élance au-dessus du fleuve vers deux amoureux-pétales à peine épanouis, deux amoureux contemplatifs, si absorbés l’un par l’autre qu’ils ne voient pas le petit bonhomme. Il s’agite pourtant, se transforme. 


« Eh ! regardez-moi, regardez votre avenir ! Regardez l’enfant, l’ange, prêt à s’envoler et ce personnage nimbé d’une lumière sombre qui s’éloigne doucement sans faire de bruit pour ne pas vous déranger. » 

Mais le silence recouvre tout, comme la brume recouvre le lac de leurs yeux qui se boivent.
Après tout, à chacun son tour. Le un devient deux, le trois se dessine tandis le quatre s’efface. Chacun sait que le carré est un leurre, que seul le cercle est réel, que seul le cercle n’a pas de fin. Alors, pourquoi s’en faire ?


Un petit nouveau qui vient se rajouter au précédent texte de Marine.
 
Une rafale a ramené des bleus sur ma page Adamante


Bleu ultramarin
Ponctué d'un rose céleste
Un soir où le vent s'allie aux esprits des grands fonds
Qui découvrent les espaces infinis
Sur les voies des alizés
Miracle de beauté
Dangereux et perfide
A la surface de l'océan
Les monstres se diluent dans l'espace
L'amour croit en son impermanence...

11 commentaires:

  1. Bonsoir Adamante et tous, ma première visite est pour l'Herbier, curieuse de voir, enfin lire vos "bleu"... c'est tout beau comme Marcel Amont qui prend l'accent du Sud, merci et bravo ! Amitiés, JB

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Adamante,

    Du bleu! Tout ce bleu merveilleux que j'emporte avec moi.
    Merci pour toutes ces lectures qui sont magnifiques!
    Douce journée à tout le monde
    ;)

    RépondreSupprimer
  3. Malgré les nuages noirs
    que votre printemps soit bleu
    en écho à vos mots

    RépondreSupprimer
  4. agréable bouquet aux teintes aquarelle merci

    RépondreSupprimer
  5. Un tout grand merci à chacun des participants à cette ronde poétique autour de mes silhouettes de papier.
    J'aime la façon dont vous êtes approprié leur singularité bleue et leur avez fait chanter une autre chanson. A présent, je les vois un peu autrement !
    Toute ma reconnaissance à Adamante et à vous tous.
    Bien à vous,
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci à toi qui nous a fait "lever l'ancre" pour partir en voyage. Art divinatoire que de lire l'aquarelle en bleue, car tu le sais bien, le ciel ne cesse de parler.
      Et merci à tous pour vos écrits, quel bonheur cet Herbier. Merci, trois fois.

      Supprimer
  6. Pour ce qui est de tout lire, je n'y parvenais pas au début. Aujourd'hui j'essaye (pour cela) de moins écrire en volume (de mieux me relire et retravailler mes écrits) et de lire plus le résultat du travail des autres: je m'y essaye sans jugement, ni pesée, sans jugement ni comparaison, et le cœur ouvert. La diversité m’intéresse. Le résultat me ravit.
    La lecture des autres devient une occasion de la relever, de noter l’exiguïté de mon propre regard parfois, de connaitre la multiplicité des références autour d'un même thème, au minimum.
    Merci à celle qui nous propose l'exercice et le lieu de rencontre! Merci à chacun de son implication .

    RépondreSupprimer
  7. Je savais que la récolte serait à la mesure du tableau d'eMmA... magnifique !
    Merci pour ce partage Adamante.

    RépondreSupprimer
  8. Des rêves de vacances à l'encre de nos doigts,les bouquets des champs bleus ont un goût de lavande! merci à vous, c'est un régal tout printanier .

    RépondreSupprimer
  9. Et avec notre ami béarnais Marcel Amont un vent de gaité passe sur tout ce bleu !

    RépondreSupprimer
  10. Une rafale a ramené des bleus sur ma page Adamante



    Bleu ultramarin
    Ponctué d'un rose céleste
    Un soir où le vent s'allie aux esprits des grands fonds
    Qui découvrent les espaces infinis
    Sur les voies des alizés
    Miracle de beauté 
    Dangereux et perfide
    A la surface de l'océan
    Les monstres se diluent dans l'espace
    L'amour croit en son impermanence...



    Marine

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -