Communauté de l'Herbier de poésies

mercredi 1 février 2017

Entrons en gare avec la proposition 64





Claude Monet - la gare St Lazare - 1887


Comme d'habitude, haïku ou prose, aucun effet de style, toujours plus de simplicité. 



Je vous confirmerai la réception de vos textes, alertez-moi si vous ne recevez rien.
Belle fin de semaine et à très vite. Encore merci de votre présence ici. AD








Règles de l’herbier




14 commentaires:

  1. Bonsoir Adamante, je passais par ici au hasard, ah ok, merci pour l'Herbier suivant... bien à toi, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faisons cracher les escarbilles ! Belle nuit, JB

      Supprimer
  2. OUPS !Coquille sur la date du Tableau, non ?

    RépondreSupprimer
  3. La séparation...


    A force de zigzaguer
    Gare
    Notre amour dérailla
    Enfumé
    Dans la mésentente,
    Histoire de fesses, de papier monnaie,
    Et puis, le train-train,
    Tel celui des voyageurs...
    Dès lors, l'arrêt s'imposa,
    On plia bagage,
    Claude à droite
    Moi à gauche,
    On se perdit de vue
    Quand on perdit la même voie,
    Ce chemin qui n'était guère de fer
    Sur des sables mouvants...


    jill bill


    http://jill-bill.eklablog.com









    RépondreSupprimer
  4. Une bonne idée... :)
    Merci, Adamante.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Zut j'accumule les retards et les mels à lire.Je viens juste d'ouvrir le tien. Je me dépêche de solliciter mes neurones.

    RépondreSupprimer
  6. voilà mon petit brin 64 doublé comme d'habitude en courrier contact :

    Partir ! Laisser les soucis dans le trou de a serrure et jeter la clef. Ne pas se retourner, ne pas revenir. Quel sédentaire n'a pas un jour envié les nomades aux semelles de vent. Sans terre et sans attache.

    Le train entre en gare
    ramenant au quotidien
    tous ses voyageurs

    ©Jeanne Fadosi
    http://fadosicontinue.blogspot.fr/search/label/l%27herbier%20de%20po%C3%A9sie

    RépondreSupprimer
  7. Voilà ma participation:
    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2017/02/03/mon-poeme-inedit-sur-ce-blog-j-aime-les-gares-5906316.html
    Merci et bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. J'ai envoyé hier soir, mais étais-je en retard ou en avance ????

    RépondreSupprimer
  9. je n'ai pas eu le temps pour ce vendredi je vais m'y "coller" ce soir seulement !

    RépondreSupprimer
  10. Il est en train de...

    Sa mémoire n'est plus que petites fumerolles bleues au milieu du flou de sa vie
    Fumerolles vagabondes qui veulent prendre congé sans panache
    Thérapie du voyage
    Il voudrait partir à l'envers de sa vie
    Pour se retrouver à un autre endroit
    Il voudrait tant oublier pendant quelque temps
    Qu'il est en train d'oublier son propre temps
    Il est toujours là mais on dit qu'il est absent.

    jamadrou © 3 février 2017  

    jama.e-monsite.com

    RépondreSupprimer
  11. Alerte postée sur G+ ! Tu n'étais pas à l'arrivée du 00:02 ! Mais je ne suis pas inquiète. Tu me trouveras dans le Hall des Pas perdus, à moins que je ne soye dans l'une des deux cours à admirer les oeuvres d'Arman, ces deux structures, au nom enchanteur. Magnifiques, l'une amoncellement de montres, l'autre amoncellement de valises !
    Bon, tu as ton portable ? Tu bigophones !! on finira bien par se retrouver.

    RépondreSupprimer
  12. N° 64

    Attention attention
    Le train pour Rouen entre en gare
    Enfin il était temps
    Seul sur le quai
    Je suis gelé
    J'observe
    Cette foule voyageuse
    Surchargée de bagages
    Où vont-ils ces déserteurs
    De la ville
    Le serpent d'aluminium
    Va les avaler
    Les digérer
    Dans son estomac
    De boa monstrueux
    Nourriture inconsciente
    Balancée dans la torpeur
    Rejetée sur un autre quai
    Et le trajet est déjà
    L'illusion des vacances
    Aujourd'hui partis pour Rouen
    Vont-ils revenir avec le sourire

    http://lacachetteajosette.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -