Communauté de l'Herbier de poésies

dimanche 22 janvier 2017

Proposition d'image pour la page 63



Un internet capricieux, mais parait-il désormais fiable, espérons le.
Un vendredi blanc donc, j'en suis désolée, mais...

Voici pour vendredi prochain une œuvre de Françoise Isabel
une invitation irrésistible au voyage.













6 commentaires:

  1. Je m'en doutais côté internet, pas grave Adamante, va pour le 63, merci vous deux, jill

    RépondreSupprimer
  2. Miel de Louvre...


    Dans un musée
    Rêver, il y a de quoi... !

    Si j'étais p'tite abeille
    Ce tableau ci
    Me ferait de l'oeil...

    Océan floral
    En grappe de couleurs
    Ô butiner jusqu'à l'ivresse...

    Saupoudrée de pollen
    Jaune or
    Chargée comme une mule...

    Bourdonnante de plaisir
    Ne pas déranger
    Ou dare-dare, je pique !

    Miel de...
    Louvre, quelle classe,
    Impayable...

    Miel de Louvre
    En épicerie fine
    Pour Joconde seulement...

    Rentrer dans un musée
    Entrer dans ses chefs-d'oeuvre...


    jill bill


    http://jill-bill.eklablog.com














    RépondreSupprimer
  3. Très belle toile.
    Tu as raison, c'est une invitation au voyage.
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer
  4. Mon pays

    Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’envers
    Ma prairie ce n’est pas une prairie c’est un rêve
    Mon ciel ne n’est pas un ciel c’est la bise glacée
    Dans la floconneuse cérémonie
    Où le givre au vent se marie
    Dans ce pays de taches
    Rit l’immensité qui se fait ciel ouvert
    Je veux dans le froid être solitaire
    Je veux rêver de couleurs extraordinaires
    Je veux croire aux pouvoirs de l’air
    Je veux voir l’endroit quand tout est à l’envers
    Je dépose sur le lac gelé l’oiseau de la paix
    Je dépose sur ma prairie rêvée les fleurs d’un paradis
    Mon pays c’est l’envers et dans un ciel d’hiver mon cœur est en été.

    (des mots soufflés par Gilles Vigneault)

    jamadrou jama.e-monsite.com

    RépondreSupprimer
  5. Le chant des coquelicots

    Joie fleurie des collines
    où dansent les oriflammes
    Il danse,le vivant
    cette vague impérieuse
    qui repousse la mort
    Les blés sont mûrs
    et la terre odorante
    Sur le rythme bleuté
    des sources indomptées
    miroirs secrets du ciel
    on perçoit un murmure
    le chant des coquelicots
    qui souffrent sous le vent

    Balaline
    balaline.eklablog.com

    Merci Adamante,merci Françoise pour cette invitation estivale.

    RépondreSupprimer
  6. ma proposition pour vendredi :
    nb en la relisant, je m'aperçoit que je n'ai voyagé que dans le temps mais c'est déjà un voyage. et comme d'habitude je vais bisser ce commentaire en courrier contact.

    Ce n'est pas un brin d'herbes folles
    qui met de la couleur dans l'hiver gris.
    C'est bien plus !

    Une gerbe de toutes fleurs
    généreuse, chaleureuse,
    une moisson de soleils
    et de flammes à foison
    un doux tapis d'herbe et de mousse.

    Et dans le ciel bleu océan,
    l'ange gardien de la raison
    ©Jeanne Fadosi
    http://fadosicontinue.blogspot.fr/search/label/l%27herbier%20de%20po%C3%A9sie
    Belle journée Adamante

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -