Communauté de l'Herbier de poésies

mercredi 5 octobre 2016

La page du vendredi ?



Internet sur un portable
Séjours répétés dans une province quasi blanche
Une exposition de peinture et une rentrée accaparantes
Résultat : un herbier endormi, des brins abandonnés dans la nature et une jardinière confuse qui fait son retour à pas de loup.


Je sais qu'il ne faut pas déranger ce qui sommeille. Mais enfin, il faut se donner le courage.
Je pousse doucement la porte, elle grince. Quelques frissons. J'ai la sensation que ce long silence a laissé aux araignées, à la poussière et aux Esprits tout loisir de hanter ces pages.  Le souffle de ce domaine abandonné  a soudain des relents d'herbes sèches. Souvenirs craquants de la campagne. Une vie semble palpiter ici qui est d'une autre dimension, mais je sais qu'elle attend de se nourrir de nouvelles idées, de nouveaux mots, de nouveaux rêves. Alors, si le cœur vous en dit toujours...



 Une proposition pour...

Sans titre - récréanote Adamante -

Verriez-vous un problème à reporter nos parutions au vendredi ? 

À vendredi prochain ? 






9 commentaires:

  1. Coucou Adamante, je passais par hasard, comme parfois et là... j'ai vu de la lumière... ,-) Vendredi en huit donc, soit le 14 c'est bien ça... ma foi si ça t'arrange mieux ! Allez c'est reparti... merci, bizzz

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir tristesse...

    Au fil des rues
    Dans la nuit noire
    Et ces phares qui m'éblouissent
    Tête basse, col relevé,
    Je marche sous la pluie
    La pluie qui mouille
    Comme un gros chagrin...

    Je rentre chez nous,
    Non, non, c'est trop dur...
    Entre nos murs il y aura toi
    En portrait, si vivante, si jolie...
    Alors,
    Je m'saoule dans un bar
    Un verre et un verre et encore
    Pour ne plus penser
    Que cette nuit
    J'aurai si froid à la chambre
    Toi dans une mortuaire,
    Bonsoir tristesse...

    jill bill

    http://jill-bill.eklablog.com















    RépondreSupprimer
  3. Tu feras au mieux... et c'est bien ainsi.
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime cette entrée en matière à pas feutrés...

    RépondreSupprimer
  5. Les araignées ne dorment jamais que d'un œil toujours prête à bondir...
    Le respect de l'emploi du temps de chacun doit jouer dans la blogosphère comme ailleurs, alors compréhension et poésie c'est reparti...
    chez toi pas de souci pour le vendredi sur mon blog ce sera peut-être un peu décalé, mais toujours après, jamais avant pour laisser la surprise chez toi.
    Contente de te retrouver, bonne journée !

    RépondreSupprimer
  6. Ah moi aussi j'y vois la lumière. Va pour le vendredi. Peu me chaut du jour, pour reprendre une expression tombée en désuétude, pourvu que j'ai un délai pour que ma plume et mon esprit d'escalier aient le temps de se dégourdir.
    Merci de maintenir cet herbier qui m'enchante depuis que je le connais

    RépondreSupprimer
  7. Voici ma participation, la semaine prochaine sera très dense pour moi; j'assume aujourd'hui, trop contente de renouer avec ton herbier poésie.

    Nuage de poussières
    Au ballet de l’instant
    Le volcan soupire

    L’araignée s’enfuit
    Abandonnant sa proie
    Aux tourments du jour

    Les cendres pleuvent
    Sur un désert d’ombres
    Trou noir sans la nuit

    Apostrophes blanches
    En souffle de vie
    Sous le noir et le gris
    Renaît la lumière

    ABC

    RépondreSupprimer
  8. La fête aurait donc lieu le vendredi.
    Qu'aux Dieux ne plaise!
    Ils seraient assurément tous là les convives,
    ils se feraient silencieux eux aussi s'il le fallait,
    pour n'effrayer personne, pour ne chasser ni ombre, ni silence.
    L'essentiel étant d'être du rêve,
    l'essentiel de participer aux mystères.
    Rêver, oh rêver, rêver enfin, rêver encore!

    RépondreSupprimer
  9. Va pour vendredi ! Si c'est pour aujourd'hui (puisque ton invitation est du 5, c'est :
    Trou Noir
    Espoir !
    S'il s'agit du 14, on va dire que c'est un acompte !!!
    Amitiés aux Herbes Rares !

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -