Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 5 avril 2016

L'herbier de poésie Page 40



Martiros Hakopian a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "L'herbier de poésie proposition 40" :

Thanks for your attention Dear Friend.....

Thanks, MarHak, this page for you with life love 




Carrousel...

Chevaux de bois
Dans mes rêves
Reviennent à l'assaut
Quand j'ai froid de l'enfance,
Au son de l'orgue de Barbarie...
Un ticket à dix sous
Pour un tour de manège
Tout en rond, mille et mille fois
Répété...voilà la besogne
Du palefroi de carrousel
Comme l'a dit un jour Verlaine...
Sur ce champ de foire,
P'tite bataille pour le plus beau,
Chevaux à piston
Montent et descendent
De la joyeuse marmaille,
Nés avec un sourire
Sans se plaindre jamais de rien...
Chevaux de bois
Dans mes rêves
Reviennent à l'assaut
Quand j'ai froid dans mon automne
Et que le monde a trop de barbarie...






Symphonie d'amour.

Quand le rouge s'éclate en chantant,  il écrit "in love" dans la mélodie de sa nuit.
Il laisse voler en éclats les œufs de Pâques sur le bleu de la prairie.
Ainsi naîtra le vert tendresse où iront migrer les canards sauvages.
Aucune fausse note dans la symphonie du verbe aimer.

Jamadrou                   





Malgré les derniers flocons de l’hiver
La flamme brouillonne du printemps
Accroche sa chaleur
Dans le tourbillon
De la voie lactée
Derrière la vitre du jour
La saison mélange ses couleurs
Le soleil darde son ocre
Sur les primevères
Fleurissant à leur gré
Portes et fenêtres s’ouvrent
Sur la renaissance







Petit Flocon était perdu ! de sa vie de Flocon jamais il n'avait vu de ... chose aussi bizarre. Chose n'était pas un mot de son vocabulaire. Il venait de l'inventer ce mot. Il fallait bien qu'il se rassure. Ce qui n'a pas de nom fait peur, c'est bien connu !

Chose était tout marron, une couleur qui n'était pas de l'univers de Petit Flocon. On aurait dit qu'il avait un ventre tout rond, ce qui était rassurant de prime abord. Mais il avait aussi une grande gueule ouverte, et une seule dent. Il aurait pu avaler tout rond Petit Flocon ... Peur ! ...

Il vint à l'idée de Petit Flocon que Chose était blessé. On n'a pas peur d'un pauvre Chose blessé se dit-il. Il fit appel à toute la chaleur qu'il avait en lui, et même à la chaleur de ses frères, grands et petits. Ils lui firent un nid douillet et cotonneux. La chaleur se concentra sur le dos de Chose, et se confondant avec la couleur marron de son dos, lui fit une couverture dorée.

Azur bleu mauve et
 Pâquerettes et pissenlits
 Une étoile luit

Rire danse et tourbillons
 Energie




 Dans l'oeuf est la vie
Au centre de tout
D'un côté du mur fragile
Où vacille un espoir
Guettent les crocs du tyran
Prêt à prolonger l'attaque
A son chevet une femme patiente
Madone, piétât, mère universelle
Arcboutée sur l'avenir de cet être
Qu'elle voudrait triomphant

Marine        






Lucarne allumée,

De l'Autre au ciel, de L'Etre à l'objet,
Qu'il soit rêve ou plénitude goûtée
A la fenêtre brumeuse des nuits sans sommeil,
Quand Aimer se fait imaginaire ravi,
L'or illumine l'hiver et la passion brûle l'azur.
Un seul mot pour le plus haut, le même pour le plus bas
Un seul mot pour la Vie, regardée à l'envie,
La lucarne est allumée jusqu'aux firmaments gazeux,
A la merveille nous mène, hébétés, l'Infini.


Serge De La Torre







Le petit cheval rouge

Le cirque de l’univers allume ses étoiles
un petit cheval rouge s’élance sur la piste
émotion de la voie lactée
il caracole parmi les astres en fusion
sa cavalière
habillée de soleil
virevolte
pirouette
partout la fête
explosion de lumières
vibration des couleurs
sur une symphonie Chagallienne
le dragon de l’amour s’enflamme
exprime son génie
Love ! crie la Terre
love ! répond le Ciel
love ! martèlent les sabots

le petit cheval rouge
sème sur son chemin
marguerites et boutons d’or
un Elfe se penche
sa main s’emplie de fleurs.






Le pinceau en liberté
sublime les couleurs
et met le feu à ses ailes.

Le petit cheval
laisse ses sabots de plomb
à ses basses besognes.

Le pinceau l'arrache à la pesanteur parmi les fleurs de la prairie. Il n'était pas fait pour ça. Ce n'était pas du courage, juste de la docilité. Plus jamais, il ne guidera la foule triste des refoulés.







Tu as beau être gros
tout habillé de rouge
à qui veux-tu faire croire
que tu livres des cadeaux aux enfants
en cette belle nuit de Noël
certainement pas
à la petite vieille qui court devant toi
croyant que tu veux lui voler son sac
mais moi, je sais ptéranodon
que ta gueule grande ouverte
est prête à se refermer sur elle
pour la croquer.






12 commentaires:

  1. Bonjour Adamante, ah le cheval a la cote ce jour, encore un défi tableau qui porte de beaux fruits... bravo à tous, merci... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Belle idée ce cheval rouge, symphonie chagalienne, effectivement on y retrouve le monde ludique et coloré de ce grand artiste
    Ma participation a été plus sombre...
    Merci pour tous ces beaux textes Adamante

    RépondreSupprimer
  3. C'est génial quand l'auteur vient aussi.
    Merci pour ce partage, Adamante.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. Un magnifique feu d'artifice qui s'allume de participation en participation, le petit cheval poétique n'a pas fini de galoper à travers la prairie !

    RépondreSupprimer
  5. une fois de plus un beau partage. merci, vraiment

    RépondreSupprimer
  6. L'image se fait mots, et les mots, images: en un ballet cosmique, plein d’abîmes et de répons. Mystère du poème, triomphe de l'art. La figure de la cavale hante les cieux éblouis de couleurs et de lumières.
    Beaux échanges!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge,de ce si agréable commentaire. Je m'aperçois que le lien ne fonctionne pas. Y en aurait-il un qui débouche sur un blog ?
      Je rajoute celui de Google.

      Supprimer
  7. Un de mes vieux articles

    Ce petit sentiment de supériorité ...

    Le pompon sur les manèges d'enfants à la fête foraine...

    Avez vous déjà remarqué le bonheur et la fierté
    que l'on peut lire dans les yeux du petit chanceux
    qui a su attraper ce truc virevoltant
    au dessus des têtes de charmants gamins
    qui a été multicolore
    et qui est devenu un rien crasseux
    à cause des traces de barbe à papa
    et de gaufres au chocolat...
    La joie se devine aussi sur le visage des parents:
    leur enfant promet
    n'est-il pas le plus beau,
    le plus habile??...

    -"Débrouillard ce petit,
    il deviendra un chef" ....

    Apostille: décrocher le pompon:
    c'est l'emporter sur les autres.

    http://tootsie.skynetblogs.be/archive/2010/02/25/ce-petit-sentiment-de-superiote.html#

    RépondreSupprimer
  8. Le cheval est très présent et les mots sont joie.
    Il est sympa ton artiste de venir ici.
    Bonne soirée Adamante.

    RépondreSupprimer
  9. Bravo à toutes et tous pour vos symphonies poétiques

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Adamante,

    Une symphonie de couleurs et de mouvement. j'ai aimé tout ce qu'il a inspiré. Bravo à tout le monde.
    Un Herbier riche de talent et d'imagination.
    Amicalement
    ;)

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -