Communauté de l'Herbier de poésies

mardi 12 janvier 2016

L'herbier page 29




Mardi est revenu, quatre poèmes pour trois femmes


Merci à vous.






Ces dames de la chose...

Dans une ruelle d'Anvers
C'est là l'endroit
Des torrides vitrines,
Marie, Madeleine et les autres
Font commerce
De leurs charmes,
Plus vieux métier du monde...
Blonde, rousse ou brune
Assise sagement, nue,
Voire contorsionniste
Histoire d'exciter le bonhomme
Elle s'expose
Se consomme chaude sur place
Avec la bouche, les doigts
Comme un cornet de frites...
Un habitué, ou pas... Elle ferme tentures
Et les yeux sur ses façons,
Payée pour faire la chose
Sans amour,
Lui jette encore la pierre
La brave épouse irréprochable,
La cocue, qui ne le sait pas...




Brune
Nonchalamment assoupie
Blonde
Dormant à l’ombre d’elle-même
Appuyées sur leur rêve
Repoussant d’une seule main
Leur espace vital
Pour déployer
Finesse et grandeur
D’un corps svelte
Le sien
Le leur
En songeant à l’espoir éternel
D’une gracieuse féminité

©ABC



Femme alanguie
Femme admirée
Sensuelle ou résignée
Femme en attente
Au regard inspiré
Intériorisé
Inaccessible
Eloignée
Parfois donnée
Au corps exposé
La femme
Tout simplement

©Marine D



         Le trois 
Trois
symbole

au centre
ce qui émane de la conjugaison
de deux antagonismes
l’élévation
le mouvement
mais aussi soupir
fatalisme
le domaine du faire
du tenir
du vouloir

à sa droite, l’imperturbable
mais ce n’est pas encore la paix
plutôt le retrait
l’attente
pas de détachement
en filigrane le désir
l’envie
le masque du calme

à sa gauche, la sereine
sagesse et sentiment de paix
détachement
« Je suis »
vibration du cœur
l’amour sans attache
celui qui donne
et n’attend rien
riche du Tout

le trois
créé
nu
la femme
la vie
la Soleil
rayonnante
comme
au
premier
jour.
       ©Adamante

et un cinquième que je n'ai pas reçu pour être déposé ici et que j'ai découvert ce matin grâce à ABC, il aurait été dommage qu'il ne soit pas là.


Drôle de triptyque
qui résume la peinture
en trois artistes

À gauche Léonard
Mona Lisa nous toise
blonde et boudeuse

Au centre Pablo
sa Demoiselle s'est échappée
d'Avignon

À droite repose
l'Europe alanguie
par Henri enlevée

Josette T


et puis... les retardataires.



"1, 2, 3 soleil !

Trois déesses en hiver
Pas si grasses que ça
Pas si heureuses que ça
Pas si jeunes que ça
Mais pas si vieilles non plus 
Sur un podium posent nues.
Celle du centre est excentrique
Celle de gauche est maladroite
Celle de droite a mal à gauche.
Avec le printemps elles pensent retrouver l’Allégresse
Avec l’été elles espèrent avoir l’Abondance
Et avec l’automne revoir le temps de la Splendeur.
Sur le podium elles étaient trois grâces qui rêvaient de soleil."

Jamadrou


16 commentaires:

  1. Magnifique, Adamante, et toutes ! Des mots en superbes légendes à ce triptyque très original. Bises et bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lénaïg, il ne faut pas hésiter à participer.

      Supprimer
  2. Un trio que j'ai aimé découvrir à travers le tableau et ces poèmes.
    Merci à tous.
    Passe une douce journée Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la variété des interprétations. Une belle aventure que cet Herbier.

      Supprimer
  3. Quand la femmes s'exposent les femmes savant en parler !

    une belle participation aussi chez Josette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les femmes savent en parler, mon doigt a dû déraper...

      Supprimer
    2. On parle aussi des femmes savantes ces derniers temps, les doigts suivent rapidement le cerveau au travers de toutes ses connections simultanées. ;))

      Supprimer
  4. Bonjour "mesdames" ah fait pour nos plumes ce tableau, bravo et vous et merci à toi et à Arnaud... bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi, c'est très intéressant. Biz Dame JeeBee

      Supprimer
  5. de belles femmes mais un métier peu recommandable

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Adamante
    Trop tard peut-être...
    mais ce tableau m'a dit:

    "1, 2, 3 soleil !

    Trois déesses en hiver
    Pas si grasses que ça
    Pas si heureuses que ça
    Pas si jeunes que ça
    Mais pas si vieilles non plus
    Sur un podium posent nues.
    Celle du centre est excentrique
    Celle de gauche est maladroite
    Celle de droite a mal à gauche.
    Avec le printemps elles pensent retrouver l’Allégresse
    Avec l’été elles espèrent avoir l’Abondance
    Et avec l’automne revoir le temps de la Splendeur.
    Sur le podium elles étaient trois grâces qui rêvaient de soleil."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai rajouté dès réception. À une prochaine fois j'espère, demain la nouvelle proposition est programmée.

      Supprimer
  7. Désolée Adamante merci d'avoir trouvé la page et merci à ABC ...j'ai du faire une erreur et mon commentaire pour te prévenir n'est pas passé, je suis très très maladroite avec les liens !
    j'ai retrouvé ici les textes que je n'avais pas lu sur les blogs personnels.

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Adamante et à toutes les participantes
    Un triptyque très savamment interprété... Quel brio !
    Avec mes excuses d'arriver un peu tardivement... une très bonne année à vous et bcp d'inspiration...
    Bises admiratives

    RépondreSupprimer
  9. Merci Adamante pour cette belle moisson

    RépondreSupprimer
  10. le triptyque me fascinait mais ne m'inspirait pas. Il a soufflé de bien jolis vers dans des poèmes tous différents. bravo mesdames

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -