Communauté de l'Herbier de poésies

jeudi 24 mai 2018

la Page 112 vogue sur les mots



 
Dessin (non signé ), proposé par Jamadrou,  couverture du livret de présentation de la  21 ème édition du festival de la correspondance de Grignan juillet 2016 ( lettres d’exils)




À la rame
Parfois à la ramasse
Les mots glissent
Les mots s’enfuient
Rebelles
Sur l’onde du papier
Ils m’échappent
Je tends ma voile
J’implore le vent
Voyelles et consonnes
Se jettent à l’eau
Une de trop
Une de moins
Faute ou étourderie
Mauvais hasard
Quelques dents grincent
Des sourcils se plissent
Je verse une larme
L’orthographe résiste
Luttant sans arme
Je m’entête
Ma plume m’impose
Ses imperfections

Au gré du courant
À la rame
Comme à la ramasse      
Sans compassion
Blessures et doutes
Solidement ancrés
Au cœur de soi






En barque.

Affaler les voiles
Se laisser flotter paisiblement sur  mer d’écume
Seules les vaguelettes de mots  donnent le tempo
Naviguer où les flots de mots portent
Dériver mais pas sombrer
La vie n’est qu’embarquement d’aventures mot à mot.

Jama le 19 mai, à fleur d’image.





 

Archives

Patiente et passionnée elle vit émerger des dossiers poussiéreux
des matelots          confirmés ou de pacotille
Conduisant vaille que vaille ou vaillamment
Leur barque jusqu'au port
La vie en elle en témoignait
                          chaque jour

23 mai 2018
Françoise la Vieille Marmotte















Sur l'océan des mots

L'esquif a affalé sa grand voile.
Sur l'océan infini des mots
le sillage impassible trace son empreinte.
Le clapotis les fait danser doucement
et le regard s'apaise à les regarder indistincts.
Juste la beauté de l'image.
S'éviter de comprendre,
se préserver de leurs sens.
Inlassablement, au vent ou sous le vent,
ils poussent la barque vers l'horizon qui se dérobe.
et tout le reste ne serait que conjecture.

©Jeanne Fadosi, mercredi 23 mai 2018
pour l'herbier de poésies 112



suggestion d'écoute : 
Une barque sur l'océan, de Maurice Ravel (Miroirs III)


suggestion de lecture (sans mots)
le roman graphique de Sergio Lzarro et Luca Ferrara Mediterraneo
https://www.arte.tv/fr/videos/082993-000-A/mediterraneo-le-drame-des-refugies-en-bd/
 
 











Le bateau et l'horizon aveugle
Elle va sans voile et sans vent,
Dans les limbes vivants de l’instant insondable.
Qui dira, aux filets de ma pêche,
Quels poissons seront retenus ?
Qui dira demain,
Ce qu’il m’eut fallu faire, ce matin ?
Tout est-il vain ?
Que reste-t-il au sortir de l’ivresse,
Que reste-t-il Li Taï Pé,
Au lever des brumes, du plaisir et du vin ?
J’ai espéré quelque destin
Quand le devenir m’entrainait de formules ternes,
En calligrammes ou en dessins gris.
J’ai voulu endiguer le flot des mots
Or, derrière moi, intacts, ils s’effacent.
Et mon sillage, lui-même,
Indifférent, retourne à l’étal.
Li-po croyait mener sa barque
Et la barque le mène,
Nous pensions, tout à sa façon, fendre les vagues du temps
Et le temps, écran si blanc, nous malmène.
Je hante, aveuglé, l’antichambre floue d’un avenir sans certitude .
Poète, il n’y a nul capitaine ! Poète, sache-le bien !
Il y a mille marins libres, attelés à la barre,
Ficelés aux voiles, à batailler dans les vents contraires
Qu’un seul cap, l’inconnu de toi-même, et la mort, enfin,
Mais surtout, nul capitaine !

https://plus.google.com/+SergeDeLaTorre





 

Sur une mer de mots, le poète 

Sur une mer de mots, une vie de recherche
chemin d’humanité, d’errances, de découvertes
de rencontres,
Bonheur des escales partagées entre amis
quand on lève son verre pour saluer la lune
gommer, d’une lampée, les soucis, les tracas,
et parler
Parler, de ces riens qui rassurent en glissant sur les vagues
en oubliant la terre, la propriété, les contraintes
uni à l’horizon qui absorbe le temps et vous libère l’âme

Liberté des tempêtes qui donnent brusquement sa valeur à la vie
et parler aux sirènes depuis le bastingage
lorsque le temps se fait serein et que le vin vous grise
S’endormir enfin, se laisser dériver,
aller où le vent porte
voguer ainsi sans but et accomplir sa quête
aller là où soi-même on ne s’attend pas
pour se trouver et redevenir
infime étincelle d’espace.





 



D’abord une citation, un extrait qui concerne Li Po qui pourrait être mort sur l’eau, éventuellement un peu ivre, en accord avec notre thème hebdomadaire (Serge de la Torre)

La lune, cette nuit-là, brillait comme en plein jour ;
« Li-taï-pé (Li Po) soupait sur le fleuve, lorsque tout à coup, au sein des airs, retentit un concert de voix harmonieuses qui peu à peu s’approchèrent du bateau.
 Il s’éleva aussitôt un grand tourbillon au milieu des eaux : c’était des baleines qui se dressaient, en agitant leurs nageoires ; et deux jeunes immortels, portant à la main des étendards pour indiquer la route, arrivèrent en face de Li-taï-pé.
Ils venaient, de la part du Maître des cieux, l’inviter à retourner prendre sa place dans les régions supérieures.
Les gens de l’équipage virent le poète s’éloigner assis sur le dos d’une baleine ; les voix harmonieuses guidaient le cortège... bientôt tout disparut à la fois dans les nues »
Contes et Nouvelles traduction. Th. Pavie


Où l’on voit que la légende, communiquée par Serge, prend racine dans un des derniers poèmes de Li Po.
Li Po l’immortel banni, « buvant seul sous la lune » Ed. Moundarren


De Chin Ling, Li Po remonte le Long Fleuve jusqu’à Tang tu. À la fin de l’hiver 761, il se rend à Tsai chi, les Récifs de couleur, au bord du Long Fleuve, chez Li Yang ping, gouverneur de Tang tu, un de ses cousins éloignés. Li Yang ping écrit :


« … Li Po est affaibli. Ses manuscrits sont éparpillés en dix mille rouleaux, ils n’ont pas encore été rassemblés. Allongé, il me les tend et me charge d’écrire une préface… »
C’est à Tsai chi que Li Po compose ses derniers poèmes.

Pensée d’une nuit calme

Devant le lit le clair de lune
comme du givre sur le sol
je lève la tête, contemple la lune sur la montagne
je baisse la tête, songe au pays natal.


Nous sommes en l’an 762,
une nuit de printemps, au bord du Long Fleuve,
dans la crique de l’Îlot du Buffle, près des récifs de couleur
la lune est claire, extraordinairement claire
Li Po, seul sur une barque,
ivre se penche pour boire la lune dans l’eau
il tombe et disparaît dans le Long Fleuve
le miroir des eaux, un instant troublé, redevient calme
juste au-dessus du fleuve, sous la voûte nocturne étoilée,
scintille Tai po, l’étoile blanche.

Son corps est alors inhumé à Tang tu. Quelques années plus tard (…/…) la dépouille de Li Po est transportée sur la Montagne verte où on l’ensevelit conformément à son vœu. Sa tombe s’y trouve encore aujourd’hui.

Peu de temps avant d’apprendre la mort de Li Po, Tu Fu*, son cher ami, lui a dédié un dernier poème où il écrit :

« son pinceau se pose, provoque vent et pluie
son poème achevé, dieux et diables pleurent. »
Tu Fu (un autre grand poète chinois)




Voici le texte de Marine, un peu en retard, mais tout de même fidèle au rendez-vous.

UN PETIT BATEAU BLANC

Il a suivi sa route
Le frêle bateau blanc

Il a marqué la vague

De folles intentions
Je suis sa trace
Je suis le vent

Je sens la vie qui nous bouscule
Comme une mer sans fin
Nous le voyons voguer
Sur les crêtes mousseuses
Lorsque la terre s'effondrera
Sous un ciel d'opale
Il nous conduira
Vaille que vaille
Vers ces contrées lointaines
Où le soleil ne se couche jamais

marine D
http://emprises-de-brises.over-blog.com/

11 commentaires:

  1. Autre poème aux mots "forts" que m'évoque ce même thème :
    https://youtu.be/aDHu3r2VLv0

    Le poème cité de LI PO : Pensée d'une nuit calme, me ramène quatre années en arrière dans mon approche de la poésie chinoise à travers mes essais et étude de la calligraphie chinoise. Des moments fameux ! J'essaierai d'en faire un album sur G+ .....

    RépondreSupprimer
  2. Je me suis laissée voguer
    sur la vague de vos mots
    à la rencontre de vos plumes
    douceur d'un vent calme
    apaisant l'ardeur quotidienne
    de colères qui emportent
    dans les remous de la discorde
    j'ai bu à la surface de l'onde
    à la source de l'amitié
    loin des larmes
    loin de la peur
    j'ai empli mes poumons
    du souffle lénifiant
    des herbes poétiques

    RépondreSupprimer
  3. merci pour tous ces poèmes qui, pour moi qui habite au bord de la mer, ont en commun l'humilité ...
    PS : j'apprécie la "règle" "pas de rime" !

    RépondreSupprimer
  4. Dans le sillage de ce voilier les lettres s'agitent et se mêlent pour écrire une merveilleuse page dans l'Herbier

    j'ai pensé au conte de Marguerite Yourcenar "Comment Wang Fo fut sauvé" inspiré des contes chinois

    RépondreSupprimer
  5. C'était une belle image et la moisson pour l'herbier est magnifique.
    Merci, Adamante.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. une page émouvante pour suivre ce sillage de mots dont on ne sait qui de l'onde ou de la barque mène l'autre si toutefois il y faut un meneur
    bravo et merci pour ces brins d'herbier trassant les lettres et les mots à notre fantaisie

    RépondreSupprimer
  7. Dans le silence d'après la houle:

    Une belle page, oui!
    Oui,une belle page encore.
    Note suspendue...

    RépondreSupprimer
  8. Chez moi, le mot vogue a le sens de fête foraine...
    alors vogue frêle esquif sur l'océan des mots de chacun en une fête joyeuse du partage dans le sens du vent qui est certainement plein de bon sens!
    J'aime beaucoup cette page 112 où le poète sur la mer de mots cherche le sens de sa vie.

    RépondreSupprimer
  9. Une réponse à tous pour vous remercier de vos poèmes et de vos commentaires.
    Oui comme le dit Serge, une belle page en fête, émouvante comme le dit Jeanne traçant les mots en fantaisie ; une page qui a fait penser Josette à Yourcenar, nous allons nous y croire dis donc Josette, il ne faut pas nous dire de telles choses. Un petit coucou à Quichottine qui ne manque jamais de nous faire plaisir en posant quelques mots. Merci à tous et surtout ne m'en veuillez pas de ne pas avoir le temps de vous visiter chez vous pour vous dire à quel point j'apprécie ce que vous faites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié Tizef, un commentaire qui me touche beaucoup par le mot humilité, merci Tizef, de notre part à tous.

      Supprimer
    2. Vous allez dire que je fais exprès de revenir pour colmater mes oublis, (au piquet la linotte)reprends ton clavier!)
      Comment ne pas goûter le poème d'ABC qui donne à nos mots la vertu de dépasser la discorde et la promesse de calligraphies chinoises (ou marmotéennes) de Françoise. Cette fois je crois avoir fait le tour sans oublier personne. Bonne nuit les brins, à bientôt !

      Supprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -